Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Ruaidri Ua Conchobair ou Ruaidri mac Toirdelbach Ua Conchobair

Ruaidri Ua Conchobair ou Ruaidri mac Toirdelbach Ua Conchobair

lundi 14 février 2022, par ljallamion

Ruaidri Ua Conchobair ou Ruaidri mac Toirdelbach Ua Conchobair (vers 1116-1198)

Roi de Connacht de 1156 à 1186-Ard ri Érenn de 1166 à 1186

Fils de Toirdelbach mac Ruaidri Ua Conchobair chef du Sil Muiredaig roi de Connacht [1] et Ard ri Érenn [2] et de son épouse Caillech Dé fille de Ua hEidin roi d’Ui Fiachrach Aidne.

Ruaidri est mentionné la première fois en 1136, quand âgé d’une vingtaine d’années il est emprisonné par son père malgré la protection de l’Église. En 1143 il est de nouveau capturé par son frère Conchobar , agissant sous l’autorité de leur père qui permet de penser que Ruaidri s’était engagé dans un conflit pour la succession paternelle.

Conchobar est tué en 1144, un autre de ses frères Tadg meurt peu après de maladie. Ruaidri est relâché à la suite de l’intercession du clergé et à partir de cette date il est considéré comme le successeur désigné du royaume.

En 1147 il conduit un grand raid à Dartraige [3] et il est à l’origine de la capture d’un rival Domnall Ua Conchobair par Toirdelbach Ua Briain , roi de Thomond [4]. En 1153 il participe à la campagne de son père contre Muirchertach MacLochlainn roi du Cenél nEógain [5] et prétendant au titre de d’Ard ri Erenn. Ruaidri commande les bataillons de l’ouest du Connacht quand son camp à Fardrum dans le comté de Westmeath [6] est surpris par une attaque des forces de MacLochlainn.

À la mort de son père en 1156, il lui succède comme roi du Connacht et il assure rapidement sa position en aveuglant un de ses frères Brian Breifnechet et en emprisonnant deux autres ; Brian Luignech et Muirchertach Muimnech.

En 1157 alors que Muichertach MacLochlainn s’était fait reconnaître comme Ard ri Erenn et menait campagne pour imposer sa domination sur le Munster [7], Ruaidri en son absence attaque le Cenél nEógain ce qui signifiait son intention de contester la position d’Ard ri Erenn de Muichertach.

Ruaidri va ensuite être en campagne lui aussi au Munster restaure Toirdelbach Ua Briain comme roi et prend des otages à Diarmait Mac Carthaig le roi de Desmond [8]. Il rassemble une grande flotte sur le Shannon [9] dans l’intention d’aller directement défier MacLochlainn dans son royaume.

En 1158 Ruadri envoie une flotte attaquer les côtes du Cenél nEógain et l’année suivante l’édification d’un nouveau pont à Athlone [10] destiné à faciliter son accès vers le royaume de Mide [11] entraîne un conflit avec Donnchad Ua Máelsechlainn son roi, dans lequel l’héritier potentiel de Ruaidri, Áed trouve la mort.

Plus tard la même année Ruaidri conduit une armée contre MacLochlainn dans le comté de Louth [12] mais il subit une cuisante défaite suivie d’un raid de son ennemi dans le Connacht au cours duquel il détruit plusieurs de ses points fortifiés. En 1160 au cours d’une entrevue à Assaroe dans le Donegal [13] les 2 rois concluent une trêve. En 1161 Ruaidri se retourne contre le Leinster [14] et impose sa domination sur le nord c’est-à-dire sur les Uí Fáeláin et Uí Failge au détriment de Diarmait Mac Murchada le roi de Leinster. Ruaidri donne 4 otages à Muirchertach MacLochlainn comme Ard ri en échange de sa suzeraineté sur le royaume de Breifne [15], Conmaincne, la moitié ouest du Mide et le Leath Moga [16], bien qu’en 1162 Diarmait Ua Máelsechlainn paie 100 onces d’or pour recouvrer sa souveraineté sur l’ouest du Mide. En 1164 poursuivant la politique de son père de construction de châteaux il bâtit celui de Tuam [17] et en 1166 il offre un nouveau reliquaire d’or pour les reliques de saint Manchan de Mohill dans le comté de Leitrim [18] témoignage de la continuation de la politique de son père en matière religieuse et artistique.

Après la mort de Muirchertach MacLochlainn en 1166 Ruaidri Ua Conchober et Diarmait Mac Murchada roi de Leinster se retrouvent face à face comme prétendants au titre d’Ard ri Erenn. Ruaidri prend un avantage décisif sur son concurrent en s’assurant le contrôle du royaume de Dublin [19] dont il chasse Mac Murchada en août 1166. Ruaidri Ua Conchobar est reconnu comme Ard ri Erenn lors d’une grande assemblée à Athlone la même année dans laquelle il s’engage à verser à Dublin 4.000 vaches. En 1167 et 1168 il célèbre la traditionnelle fête de Tailtu lors d’une assemblée sur l’antique site de Teltown dans le comté de Meath [20] une cérémonie qui établit sa souveraineté sur l’Irlande.

Lors d’une autre assemblée à Athbot en 1167 il réunit les archevêques ainsi que Tigernan Ua Ruairc roi de Breifne Donnchad Ua Cerbaill , roi d’Airgíalla [21], Mac Duinnsleibhe Ua hEochadha roi d’Ulaid [22], Diarmaid Ua Maeleachlainn roi de Mide et Raghnall fils de Raghnall.

Ruaidri n’a cependant pas réussi à se faire reconnaître par le Cenél nEógain et pour ce faire il envoie une flotte contre Derry [23] et lui-même conduit une armée avec ses vassaux dans le Tir Eógain [24] qu’il partage entre les deux lignée rivales des Maclochlainn et des Ua Neill dont Niall MacLochlainn ne reçoit que la partie nord en donnant deux otages et Áed In Macáem Toinlesc Ua Neill celle au sud des Slieve Gullion en donnant également 2 otages.

En 1168 le nouveau roi de Cenél nEógain accompagné par l’abbé de Derry est reçu par Ruaidri Ua Conchobair à Athlone et ils acceptent de recevoir une somme en échange de leur fidélité. En 1169 il accorde une bourse annuelle de 10 vaches afin d’assurer la charge d’étudiants d’Irlande et d’Écosse un geste destiné à faire confirmer son statut de Haut-roi [25] par l’église d’Armagh [26].

Diarmait Mac Muchada roi de Leinster est chassé du trône en 1166 par une révolte de ses sujets. Ne trouvant aucun appui en Irlande il passe la mer et finit par rencontrer Henri II d’Angleterre en Aquitaine [27].

Ce roi qui s’était fait reconnaître en 1155 par le Pape Adrien IV la souveraineté de l’Irlande en cas de conquête voit alors l’occasion d’intervenir même indirectement. Il délivre Diarmait des lettres patentes lui permettant de lever une armée parmi les barons des marches galloises du sud, normands ou flamands et en particulier auprès du puissant Richard FitzGilbert de Clare, Comte de Pembroke [28].

Revenu en Irlande en 1167, Diarmait porte sa première attaque grâce au débarquement d’une petite troupe menée par FitzGerald mais sans grand résultat à l’exception de la prise de Wexford [29] qui lui permet de récupérer le sud du Leinster son domaine des Uí Cheinnselaigh [30] Ruaidri conduit un contingent dans le Leinster et obtient des otages dont Conchobar le fils légitime et héritier potentiel de Diarmait. L’Ard ri Erenn doit ensuite intervenir dans le Munster qu’il partage en 1168 entre Domnall Ua Brian roi de Thomond et Diarmait Mac Carthaig roi de Desmond et dans le royaume de Mide qu’il divise en 1169 confiant l’est à son allié Tigernan Ua Ruairc et gardant le reste pour lui-même.

En mai 1170 Richard de Clare et Robert Fitz Stephen débarquent avec un fort contingent de chevaliers en cotte de mailles accompagnés de fantassins et d’archers sur promesse de la main de la fille de Diarmait et donc de l’héritage du Leinster pour Richard. Il s’empare de Waterford [31] puis Strongbow et les envahisseurs attaquent et prennent Dublin en septembre, Ruaidri exécute ses otages et envoie une armée pour soutenir en vain Askulf Mac Torkil le roi détrôné. En 1171 à la mort de Dermot Mac Murrough , Richard FitzGilbert de Clare s’empare aussitôt du Leinster et repousse une attaque des Irlandais.

En 1171/1172 lors de l’intervention d’Henri II d’Angleterre en Irlande qui voulait réaffirmer son autorité sur ses vassaux, Ruaidri refuse de se soumettre.

Le roi d’Angleterre réunit à Cashel [32] un synode où les évêques de l’île reconnaissent son autorité. Le nouveau pape Alexandre III confirmera en septembre 1172 la souveraineté du Plantagenêt sur l’Irlande et sa mission d’y réformer l’Église en fait de continuer l’œuvre de Laurent O’Toole archevêque de Dublin [33] depuis 1161.

Avant Pâques 1172 le roi d’Angleterre qui repart combattre la révolte de son fils Henri le Jeune concède les seigneuries de Leinster et de Mide, respectivement à Richard FitzGilbert et à Hugues de Lacy ce qui soustrait définitivement ses deux anciens royaumes de l’autorité de Ruaidri Ua Conchobar.

En 1173 Conchobar Maenmaige un fils de Ruaidri conduit un contingent du Connacht aider Domnall Ua Briain à chasser la garnison anglo-normande de Kilkenny [34]. En 1174 assisté de Domnall, Ruaidri défait Richard FitzGilbert de Clare à Thurles [35] et envahit ensuite le Meath avec les forces du Connacht du Cenél Conaill, du Cenél nEogain, du Breifne d’Ulaid et d’Argialla et ils détruisent les forts édifiés par les anglo-normands à Trim [36] et Duleek [37].

Ruadri Ua Conchobair met à profit cette petite victoire pour envoyer l’archevêque de Tuam Cadla Ua Dubthaig, Cantordis abbé de Clonfert et Maître Laurent son chancelier, négocier un traité avec le roi d’Angleterre qui est finalement conclu le 6 novembre 1175 à Windsor [38].

Henri II s’arroge la suzeraineté sur le Leinster et le Mide et Ruaidri, demeure roi de Connacht, avec la souveraineté sur le reste de l’Irlande c’est-à-dire les territoires irlandais non soumis aux Anglo-normands mais il devient l’homme lige du roi d’Angleterre, il doit s’engager à lui verser un tribut annuel, à combattre les rebelles à son autorité et il doit également apporter son soutien aux garnisons anglaises en Irlande.

C’est dans ce contexte que Ruaidri assure la sécurité d’une force anglo-normande qui vient piller en octobre 1175 Limerick [39], la capitale d’Ua Briain sur le Shannon entre le Thomond et le Connacht. Lorsque la garnison anglaise quitte Limerick en 1176 Ruaidri est obligé de trouver un accord avec Domnall Ua Briain.

En 1177, Murchad un fils de Ruaidri, allié avec Milo de Cogan attaque Roscommon [40]. Les anglo-normands sont repoussés et le prince Murchad capturé est aveuglé par son père. En 1178 une troupe conduite par Hugues de Lacy seigneur de Meath se retire de Clonmacnoise [41] par crainte de Ruaidri. En 1179 une fille de Ruaidri épouse Hugues de Lacy. Cette union pour laquelle l’accord d’Henri II n’a pas été demandé permet au roi de Connacht de sécuriser sa frontière est.

En 1183 un autre de ses fils Conchobar Maenmaige toujours allié aux anglo-normands envahit le Connacht et Ruaidri doit se réfugier au Munster après avoir été déposé de la royauté. Lorsque Conchobar est assassiné 6 ans plus tard en 1189 les droits de son fils Cathal Carrach Ua Conchobair sont contestés par Cathal Crobderg , le demi-frère de Ruaidri.

Ruaidri Ua Conchobair se retire à l’Abbaye de Cong [42] où il meurt le 2 décembre 1198 et où il est inhumé. Son corps sera transféré ensuite en 1207 à Clonmacnoise.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du livre de Francis J.Byrne Irish Kings and High-Kings, Courts Press History Classics Dublin (2001) (ISBN 1 851 82 1961)

Notes

[1] Connacht ou Connaught est une province de la République d’Irlande située à l’ouest sur la côte atlantique. La province comprend les cinq comtés de Galway, Leitrim, Mayo, Roscommon et Sligo. Après la première intervention des barons anglo-normands en Irlande Guillaume du Bourg reçoit vraisemblablement le titre de « seigneur de Connaught » mais il ne peut pas prendre possession de son domaine qui demeure entre les mains des Uí Conchobair jusqu’en 1224/1235. À cette date Richard Mor de Burgh se prévalant des droits de son père réclame l’investiture sur le Connacht. Il reçoit l’appui de son parent Hubert de Burgh qui est « Justicier d’Irlande » et qui l’autorise à effectuer une levée féodale parmi les barons normands pour conquérir le Connacht à partir de 1227. Après avoir vaincu Felim mac Cathal Crobderg Ua Conchobair roi de Connacht issu des Uí Conchobair qui ne conserve plus comme vassal du roi d’Angleterre que cinq cantons de son ancien royaume Richard de Burgh se proclama seigneur de Connaught en 1235.

[2] Le Ard rí Érenn désigne, dans la mythologie celtique et l’histoire médiévale de l’Irlande, le souverain qui règne sur la totalité de l’île. Ard rí signifie « roi suprême » et « Érenn » provient de la déesse Ériu, véritable personnification du pays

[3] dans l’actuel comté de Leitrim

[4] Le comté de Thomond est un des comtés historiques de l’Irlande qui correspond aux actuels comtés de Clare et de Limerick ainsi qu’au nord du Comté de Tipperary et à une partie du Comté d’Offaly. Le royaume puis comté de Thomond est issu du partage définitif du royaume de Munster qui intervint après la mort du roi Domnall Mor mac Toirdhelbach Ua Briain en 1194. Cette partie du royaume resta entre les mains des descendants de Brian Boru qui constituèrent la famille O’Brien, l’autre s’appelant Comté d’Ormonde. Le premier roi de Thomond fut Muircheartach mac Domnall Ua Briain (détrôné en 1208).

[5] Cenél nEógain est le nom des descendants d’Eoghan mac Néill, le fils de Niall Noígiallach ancêtre des Uí Néill., qui fonda au 5ème siècle en Ulster le royaume d’Ailech. Ce royaume s’étendait approximativement sur l’actuel comté de Tyrone, et sur certaines parties des comtés de Londonderry, de Donegal, de Fermanagh, de Monaghan et d’Armagh. En 1020, les Cenél nEógain furent pourchassés par le haut-roi Mael Seachlainn II Mór à travers le Sliab Fuait

[6] Le comté de Westmeath est une circonscription administrative de la République d’Irlande située dans la province du Leinster dans les Irish midlands. Westmeath est bordé par les comtés de Cavan, Longford, Meath, Offaly et de Roscommon. Il fait 1 764 km²

[7] Situé dans le sud-ouest de l’île, le Munster, est l’une des quatre provinces d’Irlande. Il comprend six comtés. Au début du Moyen Âge, la plus grande partie de la province actuelle faisait partie du Royaume de Munster, dirigé par Eóganachta, qui succeda aux Dáirine et Corcu Loígde à partir du 7ème siècle. Les trois couronnes du drapeau de Munster ressemblent à celles du drapeau de Dublin et du blason de sudédois, elles représentent les trois royaumes issus de la séparation de la province au 12ème siècle : Thomond (nord), Desmond (sud), et Ormond (est). Ces derniers royaumes furent eux-mêmes absorbés par renonciation et restitution dans le Pairage d’Irlande comme comtés. Ces noms n’existent plus qu’indirectement aujourd’hui, en particulier pour le comté de Thomond.

[8] Le Royaume puis Comté de Desmond est une division historique d’Irlande, située dans le Munster sur la côte sud-ouest du pays. Il a été partagé entre le Comté de Cork et le Comté de Kerry en 1606.

[9] Le Shannon est un fleuve drainant la plus grande partie de la plaine centrale de l’Irlande (son bassin représente environ un cinquième de la superficie de l’île). Ptolémée est le premier géographe à l’avoir mentionné sur une carte. Les 386 kilomètres du Shannon en font le plus long cours d’eau des Îles Britanniques. Il en est également le plus abondant par son débit. Il prend sa source au Shannon Pot à Derrylahan Townland dans le Comté de Cavan à moins de 4 km de la frontière britannique (Irlande du Nord), s’écoule du nord au sud-ouest, et se jette dans l’océan Atlantique par un estuaire situé en aval de Limerick. Sur une grande partie de son parcours, il traverse des successions de lacs, ce qui fait qu’il a toujours constitué une barrière naturelle entre l’ouest et l’est de l’Irlande.

[10] Athlone est une ville d’Irlande située sur la rivière Shannon, à l’extrémité sud du Lough Ree, à approximativement 130 km à l’ouest de Dublin. Elle se trouve à proximité du centre géographie de l’île d’Irlande. La ville est à cheval sur deux comtés et deux provinces.

[11] Mide, est le nom d’un royaume irlandais médiéval. Son nom signifiait « Milieu », du fait qu’il se trouvait au centre de l’Irlande. Le royaume de Mide incluait l’actuel comté de Meath dont le nom reprend celui du royaume, mais également le Comté de Westmeath et des parties des modernes comtés de Cavan, Dublin, Kildare, Longford, Louth et enfin Offaly.

[12] Le Comté de Louth est une circonscription administrative de la République d’Irlande située au nord de Dublin dans la province du Leinster à la frontière avec l’Irlande du Nord.

[13] Le Comté de Donegal est le comté d’Irlande situé le plus au nord. C’est un des trois comtés de l’Ulster qui ne fait pas partie des six comtés d’Irlande du Nord sous souveraineté britannique.

[14] Le Leinster est une des quatre provinces traditionnelles de l’Irlande. Recouvrant la partie orientale de l’île

[15] Le royaume de Breifne était un territoire traditionnel occupé par un groupe tribal irlandais connu sous le nom d’Uí Briúin Bréifne. Ce territoire inclut les actuels comtés de Leitrim et de Cavan, auxquels s’ajoute une partie du comté de Sligo, soit une superficie correspondant grossièrement à celle de l’actuel diocèse catholique de Kilmore. À son apogée au 12ème siècle, quand Tiernan O’Rourke était le roi de Bréifne, le royaume s’étendait de Kells dans le comté de Meath à Drumcliffe dans le comté de Sligo.

[16] Les termes Leath Cuinn (c’est-à-dire Moitié de Conn) et Leath Moga (c’est-à-dire Moitié de Mugh) se réfèrent à une division légendaire de l’Irlande. Cette partition de l’île résulte de la bataille de Maigh Nuadad où après avoir été défait par Mug Nuadat l’Ard ri Érenn Conn Cétchathach qui règne de 123 à 157 selon les dates traditionnelles est contraint d’accepter la division de l’Irlande en deux moitiés

[17] Tuam est une ville du comté de Galway en république d’Irlande, au nord de la ville de Galway.

[18] Le Comté de Leitrim est une circonscription administrative de l’Irlande située à la frontière de l’Irlande du Nord dans la province du Connacht. Le Comté a un tout petit débouché sur la côte atlantique (3 kilomètres en tout et pour tout à l’ouest de Bundoran), mais est principalement un comté de l’intérieur. Il est entouré par les comtés de Donegal au nord, Fermanagh au nord-est, Cavan à l’est, Longford au sud, Roscommon et Sligo à l’ouest. Sa superficie est de 1 588 km²

[19] es Vikings envahissent le territoire environnant Dublin au cours du 9ème siècle, établissant ainsi le royaume de Dublin, le premier et le plus durable des royaumes vikings en Irlande, Grande-Bretagne et dans toute l’Europe hors Scandinavie à l’exception du Royaume de Man et des Îles. L’étendue du royaume correspond peu ou prou à l’actuel Comté de Dublin.

[20] Le comté de Meath est un comté de la République d’Irlande, souvent surnommé le Comté Royal (Royal County), d’une superficie de 2 342 km²

[21] Le royaume d’Airgíalla ou Airgialla est le nom d’une fédération de royaume irlandais qui s’est formée vers le 7ème siècle. Leurs implantations historique s’étend sur les provinces actuelles de Leinster et d’Ulster et correspondant aux modernes Comté de Louth, et Comté de Monaghan. Dans les anciens manuscrits, l’évêque du Diocèse de Clogher est nommé Évêque d’ Oirialla.

[22] Les Ulaid étaient un peuple du nord-est de l’Irlande primitive, qui donna son nom à la province moderne d’Ulster

[23] Derry ou Londonderry est une cité d’Irlande du Nord. Seconde ville de la province d’Irlande du Nord après Belfast. La vieille ville fortifiée de Londonderry se situe sur la rive ouest de la rivière Foyle alors que le vieux Derry était localisé sur la rive est. La ville actuelle couvre les deux rives (Cityside à l’Ouest et Waterside à l’Est) qui sont reliées par deux ponts. Derry fut la dernière ville des îles Britanniques à être enfermée dans des remparts et c’est une des rares en Europe à avoir gardé ses remparts inviolés. Derry est très proche de la frontière avec le comté de Donegal en République d’Irlande (moins de 10 km). Elle est située à 110 km de Belfast.

[24] Les rois d’Ailech étaient les descendants de Eógan, c’est-à-dire les Cenél nEógain, et appartenaient ainsi à une branche des Uí Néill. Après la destruction d’Ailech dans le comté de Donegal par Muircheartach Ua Briain en 1101, ou peut-être même à partir de 1050, les rois d’Ailech furent reconnus à Tuloch-Og dans le comté de Tyrone Les Mac Lochlainn transfèrent ensuite le lieu de leur intronisation à Derry alors que leurs rivaux les O’Neill demeurent à Tuloch-Og.

[25] La souveraineté suprême de l’Irlande est une construction littéraire du Moyen Âge. La liste conventionnelle des individus ayant porté le titre de ard rí Érenn (« haut-roi d’Irlande » ou « roi suprême d’Irlande ») emprunte autant à la mythologie et à la légende qu’à l’histoire.

[26] L’Archidiocèse d’Armagh est l’un des quatre archidiocèses métropolitains de rite romain que compte l’île d’Irlande. Son titulaire siège à la Cathédrale catholique Saint-Patrick d’Armagh et est reconnu comme étant primat d’Irlande

[27] L’Aquitaine est le nom donné depuis au moins le 1er siècle av. jc à une région ancrée sur la façade Atlantique et le versant nord des Pyrénées. En 507, Clovis, appelé par les évêques de Novempopulanie, l’intègre au royaume des Francs, en battant Alaric II, roi des Wisigoths, à la bataille de Vouillé. 671 voit l’indépendance de l’Aquitaine, dirigée par le duc Loup 1er de Vasconie. Entre 719 et 732, les ducs Eudes et son fils Hunald 1er détiennent l’Albigeois où ils ont des biens. Eudes combat les Sarrasins en Albigeois. En 721, le duc Eudes bat le Califat omeyyade à la Bataille de Toulouse. 732 voit la défaite du duc d’Aquitaine et l’invasion de la Vasconie par l’émir Abd el Rahman, arrêté à la bataille de Poitiers par Charles Martel, qui commence la réunion de l’Aquitaine sous contrôle des Vascons au royaume franc. 742 et 743 voient les campagnes des fils de Charles Martel, Carloman et Pépin le Bref, contre l’Aquitaine et la Vasconie (et la Bavière). Entre 760 et 768, Pépin le Bref entreprend chaque printemps des expéditions sanglantes contre le duc Waïfre, fils d’Hunald 1er. Le 2 juin 768, ce dernier est finalement tué par un des siens, Waratton, sur ordre de Pépin. En 778, l’armée de Roland, piégée par le wali de Saragosse, a été défaite par les Vascons dans les montagnes basques de Roncevaux en revenant de Pampelune. Puis Charlemagne crée en 781 pour son fils Louis le Débonnaire alors âgé de 3 ans, le royaume d’Aquitaine englobant les territoires du Rhône à l’Atlantique.

[28] Le titre de comte de Pembroke, associé au château de Pembroke dans le Pays de Galles, fut créé par le roi Étienne d’Angleterre probablement en 1138. Le titre a été recréé neuf fois ensuite, toujours dans la pairie d’Angleterre.

[29] Wexford est une ville du comté de Wexford en République d’Irlande. C’est la capitale du comté de Wexford dans la province du Leinster. Cette petite ville portuaire se situe à la pointe sud-est de l’Irlande, plus précisément au fond de la baie de Rosslare.

[30] Les Uí Cheinnselaigh ou Uí Cheinnsealaigh sont une dynastie de rois du Leinster dont le nom signifie en irlandais petit-fils de Cennsalach. Uí Cheinnselaig tiraient leur origine du roi mythique de Laigin Énnae Cennsalach, contemporain et adversaire du Ard ri Érenn Niall Noigiallach.

[31] La ville de Waterford est la capitale du comté de Waterford en Irlande. C’est la principale ville de la région sud-est, et la cinquième du pays. Fondée en 914 par les Vikings, c’est la plus ancienne cité de l’île.

[32] l’ancienne capitale du Munster

[33] L’Archidiocèse de Dublin est l’un des quatre archidiocèses métropolitains de rite romain que compte l’île d’Irlande. Son titulaire siège à la Pro-cathédrale Sainte-Marie de Dublin et est reconnu comme étant « Primat d’Irlande ». Le diocèse de Dublin aurait été créé selon la tradition en tant que diocèse en 633. Toutefois le premier évêque connu est Dúnán dit Donatus vers 1028 mort le 6 mai 1074 protégé du roi Norvégiens-Gaëls Sigtryggr Silkiskegg et qui est suffragant de l’archevêché de Cantorbéry.

[34] Kilkenny est une ville de la République d’Irlande sur la Nore située à 150 km au sud-ouest de Dublin dans la province du Leinster. Kilkenny est le chef-lieu du comté du même nom. Elle se caractérise par ses monuments historiques qui lui confèrent un aspect médiéval, bien qu’ils soient ultérieurs au Moyen Âge.

[35] Thurles est une ville du comté de Tipperary en Irlande. Vers la fin du 12ème siècle, le pouvoir du clan O’Donoghue commença à s’affaiblir et, au début du 13ème siècle, la dynastie des Normands devint la plus puissante. C’est aux Butler que Thurles doit l’essentiel de son développement initial. Leur héritage architectural peut être vu aujourd’hui avec deux des forteresses familiales d’origine, toujours debout (le Château Noir près du centre et le Château O’Fogarty de Suir).

[36] Le château de Trim, est situé à Trim, dans le comté de Meath, sur les rives du fleuve Boyne. Il s’étend sur une surface de 30 000 m², ce qui en fait le plus grand château d’Irlande et le plus important complexe d’architecture normande en Europe. Il a été fondé par Hugues de Lacy, lord de Meath.

[37] Duleek est une ville du comté de Meath en République d’Irlande.

[38] Le traité de Windsor fut signé le 6 octobre 1175 à Windsor dans le Berkshire entre le roi Henri II et le haut-roi Ruaidri O’Connor. Il s’agissait d’un accord territorial conclu pendant l’expansion normande en Irlande. Globalement, ce traité laissait à Ruaidri un royaume composé de régions d’Irlande extérieures au Leinster, au comtés de Meath et de Waterford, qui avaient été accordés aux barons anglo-normands, tant qu’il paierait un tribut à Henri II. Ce traité consacrait la suzeraineté du seigneur d’Irlande, Henri II, sur le titre irlandais de haut-roi, qui tomba alors en désuétude.

[39] Limerick est la troisième ville en population de l’Irlande après Dublin et Cork et la principale de la façade ouest. Elle est située sur une île et le long du fleuve Shannon, dans le comté auquel elle donne son nom.

[40] Roscommon est une ville du comté de Roscommon en Irlande. Son nom provient de Saint Coman qui y fonda un monastère au 8ème siècle.

[41] Le monastère de Clonmacnoise est situé en Irlande, dans le comté d’Offaly, au bord du fleuve Shannon et au sud de la ville d’Athlone.

[42] Cong est un village situé dans le comté de Mayo, République d’Irlande, près de la frontière de Galway. Il est situé sur la rive nord du Lac Corrib, près de Ballinrobe et des villages de Neale et Cross. Il est célèbre pour son abbaye du 12ème siècle et le château d’Ashford tout proche, qui abrite l’école de fauconnerie d’Irlande.