Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Lucius Cornelius Balbus Minor

Lucius Cornelius Balbus Minor

lundi 13 décembre 2021, par ljallamion

Lucius Cornelius Balbus Minor

  Né à Cadix [1], neveu de Lucius Cornelius Balbus, obtint la citoyenneté en même temps que son oncle, et fut aussi un partisan de Jules César.   En 48 av. jc, lors de la guerre civile [2] entre César et Pompée, au siège de Dyrrachium [3], il s’introduit dans le camp des pompéiens et tente en vain de circonvenir Cornelius Lentulus Crus, le consul de l’année précédente et celui qui avait facilité son acquisition de la citoyenneté romaine.   En 21 av. jc, il est nommé par le Sénat proconsul [4] de la province d’Africa Vetus [5]. Pour éloigner le danger que faisait peser les tribus libyques nomades du nord du Sahara sur les provinces africaines de l’Empire, il entreprit deux expéditions en 21 av. jc contre les Garamantes [6] au Fezzan [7] et occupa leur capitale Djerma [8]. Grâce à ses victoires, il fut le premier provincial et le dernier simple citoyen à avoir le privilège d’un triomphe à Rome en 19 av. jc. Il fut aussi le premier provincial admis dans le collège des pontifes [9]

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Yann Le Bohec, L’Afrique romaine de 146 avant J.-C. à 439, Paris, Picard, 2005.

Notes

[1] Cadix est la capitale de la province de Cadix appartenant à la Communauté autonome d’Andalousie, en Espagne, dans le sud-ouest extrême de l’Europe continentale. Elle est avec Jerez de la Frontera l’une des deux grandes villes de la baie de Cadix. Cadix se situe à environ 30 kilomètres au sud de l’embouchure du Guadalquivir.

[2] La guerre civile de César, appelée aussi guerre civile romaine de 49 av. jc ou guerre civile entre César et Pompée, est un des derniers conflits intérieurs de la République romaine, et fait partie de la liste des nombreuses guerres civiles romaines. Elle a consisté en une série de heurts politiques et militaires entre Jules César, ses alliés politiques et ses légions d’une part, et la faction conservatrice du Sénat romain, appelée aussi optimates, épaulée par les légions de Pompée d’autre part.

[3] Duraz (en italien Durazzo, en albanais Durrës) est une municipalité, le chef-lieu de la préfecture de Durrës et la deuxième plus grande ville d’Albanie après Tirana. Elle est le principal port du pays. Dans l’Antiquité, elle a été connue sous les noms d’Épidamne, et autrefois en français Duras. Elle était le point de départ de la via Egnatia, qui traversait l’actuelle Albanie et la Grèce jusqu’à Byzance.

[4] La fonction de proconsul dans la Rome antique correspond à la notion actuelle de gouverneur. Étymologiquement, ce terme vient du préfixe latin pro, à la place de, et consul. Le premier cas de proconsulat historiquement cité par Denys d’Halicarnasse date de 464 av. jc, lorsque Titus Quinctius Capitolinus Barbatus reçut le pouvoir de diriger une armée (imperium) pour aller au secours d’un consul assiégé. Il s’agit alors d’une solution improvisée sous la pression des événements. La fonction réapparaît avec l’agrandissement de la République romaine au 4ème siècle av. jc, lorsqu’un consul doit finir une campagne militaire ou doit gouverner un territoire au-delà de la durée normale de son mandat de consul (un an). Son pouvoir (imperium consulaire) est alors prolongé, en général pour une durée d’un an et toujours sur un territoire précis, le plus souvent une province. Le terme « proconsul » tient au fait que son titulaire exerçait un pouvoir consulaire ; cependant, tous les proconsuls n’étaient pas forcément d’anciens consuls.

[5] La Tunisie et l’est de l’Algérie aujourd’hui

[6] Les Garamantes étaient un ancien peuple libyco-berbère qui nomadisait, depuis le 3ème millénaire avant notre ère, entre la Libye et l’Atlas plus particulièrement autour des oasis de Djerma (nom moderne de leur capitale, Garama) et de Mourzouk. Leur nom signifierait « les gens de la cité ». Ils faisaient partie de cet ensemble de populations à peau sombre qui se distingue des négroïdes soudanais et des blancs méditerranéens. Il est probable qu’ils auraient été encore plus au Sud, jusqu’au fleuve Niger et la région de Gao. Ils étaient en relation avec le Soudan et le Niger et faisaient le commerce d’ivoire, de métaux précieux et d’esclaves à destination de Carthage. Ce furent des cavaliers de l’armée carthaginoise. Les Garamantes avaient des chariots attelés à quatre chevaux, sur lesquels ils pourchassaient les Éthiopiens Troglodytes.

[7] dans l’actuel sud de la Libye

[8] Germa ou Djerma est une ville située au sud-ouest de la Libye. Connue dans l’Antiquité sous le nom de Garama, elle est la capitale des Garamantes, un peuple berbère saharien.

[9] Le terme pontife, du latin pontifex, étymologiquement « qui fait le pont (sacré) », est utilisé dans la Rome antique pour désigner les membres de l’un des quatre collèges sacerdotaux de la religion romaine, le collège pontifical. À Rome, les pontifes sont chargés de l’entretien du pont sacré (pont Sublicius) et de surveiller la bonne observance des pratiques religieuses. La charge de pontife est exercée à vie, le recrutement se faisant par cooptation. Cette fonction a varié selon les époques. À l’origine ils jouent le rôle de jurisconsulte, c’est-à-dire qu’ils interprètent les lois existantes en s’aidant des augures pour les problèmes difficiles. Ils créent ainsi la première jurisprudence et écrivent les grands traités et recueils de lois.