Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Alphonse III des Asturies dit Le Grand

Alphonse III des Asturies dit Le Grand

mardi 10 août 2021, par ljallamion

Alphonse III des Asturies dit Le Grand (vers 848-910)

Roi des Asturies de 866 à 910

C’est sous son règne que le royaume étant devenu le refuge des anciennes élites wisigothes [1], que naît véritablement l’idée de reconquête.

Alphonse III est le fils d’Ordoño 1er d’Oviedo. Il épouse Doña Jimena fille de Garcia Íñiguez, s’assurant ainsi l’appui du royaume de Pampelune [2] dont elle est issue. Malgré son jeune âge après son couronnement le 26 mai 866, il doit combattre un soulèvement basque en 867 et plus tard, celui de Froilán Vermudez le comes de Lugo [3] en Galice [4].

Le roi met à profit les difficultés multiples d’al-Andalus [5] après les troubles et les persécutions religieuses contre les chrétiens de la décennie 850 pour agrandir son royaume, portant ses limites de la Cantabrie [6] au nord à la rivière Douro [7] au sud qu’il fortifie à Simancas [8], Toro [9] et Zamora [10], de l’Atlantique à l’ouest à la Navarre [11] à l’est. Il poursuit son expansion dans le nord de l’actuel Portugal et il occupe en 868 Oporto [12] et en 878 Coimbra [13]. Ces zones prises aux musulmans connaissent alors un important processus de repopulation, avec des colons venant du nord.

L’émir de Cordoue [14], tente de réagir en envoyant une importante armée vers les places de León [15] et Astorga [16], ses forces sont repoussées lors de la bataille de Polvoraria, dont le roi asturien sort victorieux.

En 881, Alphonse III pénétra au sud du Tage [17], comptant sur l’appui des Banu Qas [18] et de la monarchie navarraise.

En 883, les troupes musulmanes sont battues à Pancorbo [19] et Castrojeriz [20]. L’émir est contraint de signer un traité de paix qui marque l’apogée de la puissance d’Alphonse III qui restaure les évêchés de Porto [21] en 881, Coimbra [22] en 887 Viseu [23] en 889 et Zamora en 905. Dans le même temps Diego Rodriguez de Castille qui s’intitule dans ses chartes comte par la grâce de Dieu restaure l’évêché d’Osma [24] et fonde en 884 la ville de Burgos [25].

Alphonse III, est à l’origine de la rédaction de trois chroniques connues sous les noms de : “Chronique Albeldense” vers 881/883, “Chronique prophétique” en avril 883 et les “Chronique dites d’Alphonse III” sans doute rédigées après sa mort vers 911/914 à partir des annales royales. Ces documents s’efforcent de présenter la dynastie du royaume des Asturies comme l’héritière du royaume des Wisigoths et revendiquent l’héritage de sa domination sur les autres royaumes de la péninsule. Le roi est aussi à l’origine de la reconstruction en 899 à Saint-Jacques-de-Compostelle de la basilique [26] qui abrite le tombeau de l’apôtre.

La fin de son règne fut marquée par une forte rébellion dirigée en 909 par son propre fils aîné García 1er d’Oviedo soutenu par la reine mère et un comte castillan nommé Munio Núñez et qui entraîne brièvement la déposition du vieux roi.

À sa mort, le royaume est partagé entre ses fils aînés, perdant ainsi sa cohésion. Plus tard, ses successeurs porteront le titre de rois de León.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Alphonse III des Asturies Portail de l’Espagne/ Catégories : Roi des Asturies

Notes

[1] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.

[2] Pampelune en français, Pamplona en castillan, Iruña ou encore Iruñea en basque, est une ville et une commune de la communauté forale de Navarre en Espagne. C’est la capitale de la Navarre. Elle se situe à 440 m d’altitude. Le royaume de Pampelune, constitué en 905, fut le noyau de celui de Navarre.

[3] Lugo est une ville du nord-ouest de l’Espagne, capitale de la province de Lugo, dans la communauté autonome de Galice. Elle est située à une centaine de kilomètres de la « Costa Verde » sur le golfe de Gascogne. La ville est connue pour les remparts qui entourent la ville, vestige bien conservé de la civilisation romaine datant du 3ème siècle. Lors du déclin de l’Empire romain, les Suèves, un peuple germanique qui avait envahi l’Hispanie en 409, s’emparèrent de Lugo et de tout le nord-ouest de la péninsule Ibérique, et fondèrent dans la région un royaume avec Braga pour capitale. Ce royaume sera annexé en 585 par les Wisigoths. Lugo fit alors partie du royaume wisigoth d’Espagne, jusqu’à la conquête musulmane du début du 8ème siècle. Occupée par les Arabes en 714, la ville sera reconquise par le roi Alphonse 1er des Asturies en 741.

[4] La Galice est une communauté autonome avec un statut de nation historique située à l’extrémité nord-ouest de l’Espagne. Elle est entourée par la principauté des Asturies, la Castille-et-León, le Portugal, l’océan Atlantique et la mer Cantabrique. Elle recouvre une superficie de 29 574 km². La Galice se compose de quatre provinces : La Corogne, Lugo, Ourense et Pontevedra. Saint-Jacques-de-Compostelle, cinquième ville galicienne par sa population et située dans la Province de La Corogne, est la capitale politique de la communauté autonome, sans être celle de la province, qu’est La Corogne, ancienne capitale politique de la Galice et ville la plus importante de la région.

[5] Al-Andalus est le terme qui désigne l’ensemble des territoires de la péninsule Ibérique et de la Septimanie qui furent sous domination musulmane de 711 (premier débarquement) à 1492 (chute de Grenade). L’Andalousie actuelle, qui en tire son nom, n’en constitua longtemps qu’une petite partie. La conquête et la domination du pays par les Maures furent aussi rapides qu’imprévues et correspondirent à l’essor du monde musulman. Al-Andalus devint alors un foyer de haute culture au sein de l’Europe médiévale, attirant un grand nombre de savants et ouvrant ainsi une période de riche épanouissement culturel

[6] La Cantabrie est une communauté historique et une communauté autonome monoprovinciale espagnole. Elle est délimitée à l’Est par la Communauté autonome du Pays basque (province de Biscaye), au Sud par la Castille-et-León (provinces de León, de Palencia et de Burgos), à l’Ouest par les Asturies et au Nord par la mer Cantabrique. Santander en est la capitale et la commune la plus peuplée.

[7] Le Douro est un fleuve qui prend sa source en Espagne à 2 160 m d’altitude, dans la sierra de Urbión appartenant à la cordillère Ibérique. Il serpente à travers la Meseta pendant 612 km. Puis sur 122 km, il marque la frontière entre l’Espagne et le Portugal dans une région accidentée, sa pente s’accentue et son lit se creuse entre de hautes parois granitiques. En aval de Barca de Alva, il devient complètement portugais sur les 206 derniers km de son cours et devient navigable avant de se jeter dans l’océan Atlantique à Porto.

[8] Simancas est une commune de la province de Valladolid dans la communauté autonome de Castille-et-León en Espagne. En l’an 939, sous les murs de la ville, il y eut une bataille entre les forces chrétiennes de Ramire II et le calife Abd al-Rahman III connue sous le nom de bataille de Simancas.

[9] Toro est une commune au nord de la communauté autonome de Castille-et-León en Espagne. Elle appartient à la Province de Zamora.

[10] Zamora est une ville d’Espagne, capitale de la province de Zamora, en communauté autonome de Castille-et-León. Elle est située au Nord-Est à 80 km du Portugal, elle est traversée par le fleuve Duero d’Est en Ouest. Zamora conserve dans sa vieille ville de nombreux édifices de style roman, ce qui lui a valu d’être classée site historique. Située sur les bords du Duero, le long de la « Ruta Vía de la Plata » (la route de l’argent), cette ville possède de nombreux remparts, palais et églises témoignant de son influence à l’époque médiévale. Sa cathédrale, construite entre 1151 et 1174, est connue pour sa coupole de style byzantin.

[11] Le royaume de Navarre est un royaume médiéval fondé en 824 par les Vascons, dont le premier roi est Eneko Arista, premier d’une lignée de seize rois basques qui régneront sur le Royaume jusqu’en 1234. Attaquée depuis trois siècles au nord des Pyrénées, dans le duché de Vasconie par les Francs, et au sud par les Wisigoths, puis les Omeyyades (musulmans), la Vasconie est réduite au petit Royaume de Pampelune, terres ancestrales du Saltus Vasconum. La Haute-Navarre fut conquise en 1512 par le royaume d’Aragon et fut intégrée en 1516 dans l’actuel royaume d’Espagne et l’autre partie (Basse-Navarre), restée indépendante, fut unie à la couronne de France à partir de 1589 d’où le titre de « roi de France et de Navarre » que portait Henri IV

[12] Porto (/ˈpoɾtu/) est une ville du Portugal. Durant les siècles qui suivent la chute de l’Empire romain, la ville connaît plusieurs invasions, notamment par les Suèves, les Wisigoths, les Normands et les Maures. En 858, Porto est pillée par le chef viking Hasting. Avec l’essor de la ville se développe une seigneurie féodale, qui, au fil du temps, se fait appeler « Portugal ». Le comté de Portugal va du Minho au Douro. Porto fait partie du royaume de Castille depuis le début du 11ème siècle. En 1096, Alphonse VI de Castille l’octroie à sa fille naturelle Thérèse, mariée avec Henri de Bourgogne. Leur fils, Alphonse Henri, est le premier souverain portugais.

[13] Coimbra ou Coïmbre est la ville universitaire la plus ancienne du Portugal. C’est une ville importante dans le pays où elle est située dans le centre en surplombant le fleuve Mondego. C’est à Coimbra que fut construite la première université portugaise, l’université de Coïmbre. Elle compte parmi les plus anciennes d’Europe avec la Sorbonne, Bologne, Oxford ou Salamanque.

[14] L’Émirat de Cordoue est le premier État unifié d’Al-Andalus. Fondé en 756 par le seul rescapé de la dynastie omeyyade, il se transforma en califat de Cordoue en 929.

[15] León est une ville espagnole de la comarque de Tierra de León. C’est la capitale de la province de León, dans la communauté autonome de Castille-et-León. Le Camino francés (« chemin français ») du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle passe par cette ville. Le Camino real (« chemin royal ») y aboutit également. Elle fut conquise par les musulmans en 712. Désertée à la suite de l’invasion musulmane en 717, la ville garda néanmoins le nom de Legionis, qui donna León. Vers 846, un groupe de mozárabes (chrétiens alors sous domination musulmane) tenta de reconquérir la ville, mais une attaque musulmane mit fin à cette initiative. En 856, sous le règne d’Ordoño 1er d’Oviedo, une tentative de reconquête eut lieu, avec succès cette fois, et, plus tard, le roi Ordoño II en fit la capitale du royaume asturléonais en 914. Au 10ème siècle, sous le règne d’Alphonse III le Grand, avec l’expansion du territoire, le roi asturien et ses descendants bâtirent les murailles sur les ruines de fortifications romaines. León devint un royaume chrétien indépendant vers 910, lorsque les Asturies furent partagées entre les trois fils d’Alphonse III, après l’abdication de ce dernier.

[16] Astorga est une ville, chef-lieu du municipio (canton) du même nom et des comarques de Maragatería (comarque traditionnelle) et de Tierra de Astorga (es) (comarque administrative), dans la province de León, communauté autonome de Castille-et-León, au nord-ouest de l’Espagne. La ville appartient jusqu’au début du 8ème siècle au royaume wisigoth d’Espagne. Lors de la chute de ce royaume du fait de l’invasion musulmane de l’Espagne en 711, la ville est assiégée par les Arabes en 714. Elle est reconquise sur les Arabes par le roi Alphonse 1er des Asturies.

[17] Le Tage est un fleuve qui prend sa source en Espagne, traverse le Portugal où il se jette dans l’océan Atlantique à Lisbonne. C’est le plus long fleuve de la péninsule Ibérique (1 078 km, dont 802 km en Espagne, 48 km le long de la frontière entre le Portugal et l’Espagne et 228 km au Portugal, y compris les 35 km de son estuaire dans la mer de Paille, qui borde Lisbonne). Les plus grandes villes arrosées sont Aranjuez et Tolède en Espagne, et Santarém et Lisbonne au Portugal.

[18] Les Banu Qasi ou Banu Kazi ou Banū Qāsī, fils du seigneur Cassius, sont une importante famille d’origine vasconne et wisigothique. Devenue muladí, elle joua un rôle politique et militaire de premier plan dans la Marche supérieure d’Al-Andalus, pendant les premières guerres de la Reconquista et lors des nombreux soulèvements que connut l’émirat de Cordoue, entre les 8ème et 10ème siècles. Cette famille, originaire de Tudela, dans le sud de la Navarre, étendit son autorité sur la région de Tarazona, Ejea de los Caballeros et Nájera. La famille donna également des gouverneurs à Pampelune, du fait de leurs alliances avec les rois de Navarre. Musa ibn Musa, dans la première moitié du 10ème siècle, fut, par sa mère, le demi-frère d’Eneko Arista, roi de Pampelune.

[19] Le défilé de Pancorbo est une gorge qui entaille par le milieu les monts Obarenes au nord de la province de Burgos, en Espagne. Situé sur le territoire de la commune homonyme de Pancorbo, il revêt une très grande importance pour les communications routières et ferroviaires dans le nord de l’Espagne.

[20] Castrojeriz ou Castrogeriz est une commune située au nord de l’Espagne, dans la comarca (comté ou pays ou arrondissement) d’Odra-Pisuerga, dans la Communauté autonome de Castille-et-León, Burgos. C’est aussi le nom du chef-lieu du municipio.

[21] Le diocèse de Porto est une église particulière de l’Église catholique au Portugal. Son siège se situe dans la cathédrale de Porto. Créé au 4ème siècle, il est suffragant de l’archidiocèse de Braga et s’étend sur 3,010 km².

[22] Le diocèse de Coimbra est le siège de l’Église catholique au Portugal qui est suffragan de l’archidiocèse de Braga.

[23] Viseu est une ville du Portugal, chef-lieu du district de Viseu dans la région Centre. Viseu est partie intégrante du Comté de Portugal et obtient sa première charte en 1123 par la comtesse Thérèse de León. Son fils Afonso Henriques, devenu Alphonse 1er de Portugal, concède une nouvelle charte qui n’entre en application que sous le règne de son fils Sanche 1er en 1187. Cette charte définit quatre classes parmi la population : les chevaliers, le clergé, les marchands et les paysans. Le fils de ce dernier, devenu le roi Alphonse II de Portugal, entreprend une longue série de confirmations et de révocations des titres accordés par ses prédécesseurs, à la noblesse, au clergé mais aussi aux villes. Cela aboutit à la confirmation de la charte de Viseu en 1217. Viseu est constituée en fief pour la première fois le 7 juillet 1340, date à laquelle Alphonse IV de Portugal l’offre à Constance de Castille, peu avant son mariage avec son fils et héritier Pierre 1er de Portugal. Après la mort de Constance, le roi fait passer la seigneurie à sa propre mère, Béatrice de Castille, le 9 juin 1357. À la mort de celle-ci en 1359, le fief repasse à la couronne, jusqu’au 2 octobre 1377, quand Ferdinand 1er de Portugal le dote à sa fille naturelle, Isabelle, qui le garde jusqu’en 1383 et la crise dynastique. Durant la crise dynastique (1383-1385), Viseu est attaquée, pillée et incendiée par les troupes de Castille, puis une seconde fois en 1396. Jean 1er de Portugal ordonne en 1412 l’érection d’une muraille défensive tout autour de la ville, dont il reste encore deux des sept portes initiales. Le futur Édouard 1er naît à Viseu le 31 octobre 1391. Son père Jean 1er crée le duché de Viseu en 1415 et nomme son fils l’Infant Don Henri, plus connu comme Henri le Navigateur, premier duc de Viseu en récompense de la conquête de Ceuta. C’est le plus ancien duché du Portugal avec celui de Coimbra, créé pour son frère l’Infant Pierre. Le cinquième duc, Manuel de Beja, est couronné roi sous le nom de Manuel 1er de Portugal en 1495, incorporant le titre de duc à la couronne royale. Celui-ci ne sera plus donné qu’occasionnellement à des infants royaux, sans être héréditaire.

[24] Osma est une commune ou une contrée appartenant à la municipalité de Valdegovía dans la province d’Alava, située dans la Communauté autonome basque en Espagne.

[25] Burgos est une ville du nord de l’Espagne, chef-lieu de la comarca de l’Alfoz de Burgos, dans la Communauté autonome de Castille-et-León, capitale de la province de Burgos. Elle est traversée par la rivière Arlanzón, qui appartient au bassin du Duero. Burgos fut choisie comme capitale du royaume unifié de Castille et León en 1037, titre qu’elle céda à Valladolid en 1492, au moment de la chute de Grenade.

[26] L’archidiocèse de Saint-Jacques-de-Compostelle est un diocèse d’Espagne dont le siège ecclésiastique est la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle dans la ville du même nom. Le diocèse de Saint-Jacques de Compostelle est l’héritier du diocèse historique d’Iria-Flavia. Par la bulle Bula Onmipotentis dispositione du 27 février 1120, le pape Calixte II élève l’église "compostelane" au rang d’archevêché métropolitain de Saint-Jacques-de-Compostelle en remplacement de celui de Mérida, ce dernier ayant disparu sous le pouvoir musulman. L’archidiocèse de Saint-Jacques-de-Compostelle est devenu par cette bulle capitale de la Lusitanie et de ce fait les diocèses de Beja, Lisbonne, Ossobona (Faro), Idanha -Dioecesis Ægitaniensis - (Guarda), Coimbra -Dioecesis Conimbricensis-, Viseu, Lamego, Ciudad Rodrigo, Salamanque, Ávila, Evora et le diocèse de Coria sont devenus ses suffragants. Les diocèses du royaume de Galice continuent à être suffragants de l’archidiocèse de Braga jusqu’en 1395, date à laquelle ils deviennent suffragants de l’archidiocèse de Saint-Jacques-de-Compostelle.