Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Stanislas-Constantin de Meszek

dimanche 21 juin 2020, par ljallamion

Stanislas-Constantin de Meszek (1657-1747)

Baron

Sa vie est étroitement liée à l’épopée de Stanislas Leszczynski, roi de Pologne en exil, dont il fut le plus fidèle compagnon.

Il est déjà à ses côtés lorsque Stanislas, alors staroste [1] du Palatinat d’Odolanov [2], est élu roi de Pologne le 12 juillet 1704. Ce règne sera de très courte durée puisque dès 1709, Auguste II qui avait été élu roi de Pologne précédemment en 1697, reprend le trône chassant Stanislas et sa Cour. Le baron de Meszek suit alors le roi Stanislas en Suède où ce dernier a trouvé refuge auprès de son ami le roi Charles XII.

À la mort de Charles XII en 1718, Stanislas se retrouve une nouvelle fois sur les routes, sans résidence ni Royaume. Meszek, maréchal du roi déchu, se rend alors à Versailles dans les tout premiers jours de janvier 1719, avec pour mission délicate d’attendrir le Régent, le duc d’Orléans, pour que celui-ci autorise le roi Stanislas à résider en Alsace. Le baron de Meszek s’acquitte de cette mission avec succès et en mars 1719 Stanislas Leszczyński s’installe avec ses proches à Wissembourg [3] où il mène une vie simple.

Le 22 septembre 1725, Louis XV roi de France, épouse Marie Leszczyńska , fille de Stanislas. La même année, le roi Stanislas, sa Cour et Meszek, s’établissent à Chambord. Mais cette vie tranquille ne satisfait pas Stanislas qui rêve toujours de son trône polonais. Ainsi, à la mort d’Auguste II, se précipite-t-il en Pologne où il se fait élire une nouvelle fois roi le 12 septembre 1733.

Ce règne sera encore plus bref que le précédent puisque 10 jours après son accession au trône, Stanislas, menacé par les Russes, doit se réfugier à Dantzig [4] puis en Prusse [5]. Louis XV se doit de trouver un État pour son beau-père trop remuant et des négociations auxquelles participe activement le baron de Meszek, sont engagées pour faire renoncer Stanislas à la Pologne et lui accorder la Lorraine en viager.

Le traité de Meudon [6] est signé le 30 septembre 1736 et le baron de Meszek prend possession, au nom de Stanislas, du Duché de Bar [7] le 8 février 1737 et du Duché de Lorraine [8] le 21 mars 1737.

En avril 1737, Meszek est récompensé pour sa loyauté par le Roi Stanislas qui le nomme Grand Maréchal du Palais et Intendant de sa Maison. Il devient ainsi le second personnage des Duchés. C’est l’homme de confiance de Stanislas, il le conseille et le soutient.

Très aimé des Lorrains, il a participé à la popularité de Stanislas en le représentant dans maintes cérémonies. Il a également œuvré à la vie culturelle lorraine en parrainant de très nombreux artistes locaux.

Stanislas-Constantin Baron de Meszek s’est éteint en 1747 à 90 ans, toujours fidèle à son Roi.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Anne Muratori-Philip, Le Roi Stanislas, Fayard, 2004

Notes

[1] La fonction est créée au 14ème siècle. Le staroste est un haut fonctionnaire de la Couronne, en principe un noble, à qui est donné en fief un domaine, la starostie. Ce domaine était en principe attribué en viager (à vie, sans droit héréditaire), mais cette règle a été souvent détournée. Un quart des revenus de la starostie devait servir à financer les campagnes militaires du staroste.

[2] Odolanów est une ville de Pologne, située dans la Voïvodie de Grande Pologne

[3] Wissembourg est une commune française, située dans le département du Bas-Rhin en région Alsace. Wissembourg est située au nord de l’Alsace, à la pointe nord-est de la France. Elle est à la frontière avec l’Allemagne, plus précisément l’État de Rhénanie-Palatinat. La commune est traversée par la Lauter, affluent gauche du Rhin, qui prend sa source en Allemagne.

[4] Gdańsk

[5] Le duché de Prusse est un duché fondé en 1525. Il est le premier État à se convertir officiellement au protestantisme. À partir de 1618, il est lié à la marche de Brandebourg au sein d’une union personnelle nommée Brandebourg-Prusse et placée sous la souveraineté des Hohenzollern jusqu’en 1918.

[6] Le 30 septembre 1736, le roi de Pologne signe une déclaration secrète à Meudon composée de onze points successifs. Il déclare tout d’abord renoncer à se charger des « embarras des arrangements qui regardent l’administration des finances et revenus des duchés de Bar et de Lorraine » en échange d’une rente annuelle d’un million et demi de livres qui sera portée à deux millions à la mort du grand-duc de Toscane. L’ensemble des impôts sera donc directement perçu par la France. Stanislas conserve le droit de nommer aux bénéfices, emplois et offices mais il ne peut le faire que de concert avec Louis XV. Il est prévu que soit nommé un intendant de police, de justice et de finance, ainsi qu’il en existe dans les autres provinces du royaume de France, et qu’il soit également choisi en concertation avec le roi.

[7] Relevant à la fois du Saint Empire romain germanique mais aussi du domaine royal de France (partie du duché située à l’ouest de la Meuse), le comté, puis duché de Bar, fut formé au 10ème siècle par Ferry d’Ardennes, frère de l’évêque de Metz Adalbéron. Il fut annexé par la France en 1766. Ses villes principales étaient Bar-le-Duc, la capitale, Pont-à-Mousson sur la Moselle, au pied du château de Mousson, Briey et Longwy. Ses frontières bordaient le comté de Champagne, la principauté épiscopale de Verdun, le comté puis duché de Luxembourg, la principauté épiscopale de Metz, le duché de Lorraine et la principauté épiscopale de Toul.

[8] Le duché de Lorraine est né du partage de la Lotharingie en 959 par le duc Brunon de Cologne, qui confia la Haute Lotharingie au vice duc Frédéric de Bar. Celui-ci prit le titre de duc de Haute Lotharingie en 977. Au fil du temps, le duché de Haute Lotharingie deviendra le duché de Lorraine, mentionné comme tel en 1067. Les ducs (pour les descendants de Gérard d’Alsace et ceux des Maisons de Vaudémont et d’Anjou jusqu’en 1737) se succédèrent jusqu’en 1766, date de l’annexion par la France où le trône ducal fut occupé par Stanislas Leszczynski, souverain polonais détrôné profitant de la vacance du trône lorrain à la suite du mariage du dernier duc de la maison de Lorraine, François III, avec l’archiduchesse régnante d’Autriche Marie-Thérèse. Ce François III a été élu par la suite roi des Romains et couronné comme Saint Empereur Romain sous le nom de François (premier de ce nom), de sorte qu’on parle de sa femme comme l’Impératrice Marie-Thérèse.