Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Daniele Ricciarelli dit Daniele da Volterra

Daniele Ricciarelli dit Daniele da Volterra

dimanche 4 décembre 2016

Daniele Ricciarelli dit Daniele da Volterra (1509-1566)

Sculpteur et peintre maniériste italien de la Renaissance tardive

Né à Volterra [1], il est connu pour sa participation à l’œuvre de Michel-Ange. Plusieurs des œuvres importantes de Volterra se basent sur des dessins de Michel-Ange, et après la mort de celui-ci, il recouvre les parties génitales des personnages du Jugement Dernier par des repeints de pudeur, ce qui lui fait gagner le surnom de Il Braghettone [2].

Il commence tôt ses études artistiques avec les Siennois Sodoma et Baldassare Peruzzi , mais les quitte car il est en désaccord avec eux.

Il est probable qu’il accompagne Peruzzi à Rome en 1535 et qu’il l’aide à peindre les fresques du Palazzo Massimo alle Colonne [3]. Il devient ensuite élève de Perin del Vaga .

De 1538 à 1541 il assiste Perin aux fresques de la villa du cardinal Trivulvives à Salonia, à la chapelle Massimi de la Trinité-des-Monts [4] et à la chapelle de la Crucifixion à San Marcello al Corso [5]. On lui commande d’autres fresques dans le grand salon du Palazzo Massimo, d’après la vie de Quinto Fabio Máximo.

Il commence à travailler avec Michel-Ange. Celui-ci devient son ami, et use de son influence sur le pape Paul III pour obtenir à Volterra des charges et le poste de super-intendant des œuvres vaticanes, charge qu’il conserva jusqu’à la mort du pape.

Michel-Ange lui fournit des ébauches et des dessins, à partir desquels Da Volterra crée quelques-unes de ses peintures, comme ses fresques à la chapelle Orsini à la Trinité des Monts, achevées en 1541, et son tableau à double face David et Goliath.

Proche de Michel-Ange, il est appelé à son chevet alors qu’il agonise, et recueille ses dernières volontés. Enfin, c’est lui qui dresse l’inventaire de ses biens.

Il reçoit ensuite la charge d’achever la Salle royale pour Paul III. À la mort de celui-ci en 1549, il perd la charge de super-intendant et la pension correspondante. Il meurt à Rome en 1566.

D’après son testament, il était en possession du genou de marbre de la jambe manquante du Christ de la Pietà aux quatre figures de Michel-Ange.

L’œuvre la plus connue de Volterra est sa Descente de Croix, réalisée d’après ébauches de Michel-Ange à la Trinité des Monts autour de 1545

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Emmanuel Pierrat, 100 œuvres d’art censurées, Collection Arts et spectacle, 10 octobre 2012

Notes

[1] actuellement en Toscane

[2] le faiseur de culottes

[3] Le palais Massimo alle Colonne est un palais de Rome se trouvant sur le corso Vittorio Emanuele II. Son nom fait référence aux colonnes présentes à cet endroit avant même l’édification du palais ; on en voit les restes de l’une ou l’autre sur l’arrière du bâtiment. Le palais fut édifié au 15ème siècle sur les ruines de l’Odéon de Domitien. En 1532, pour célébrer le mariage de Angelo Massimo avec Antonietta Planca Incoronati, la façade est décorée d’un enduit monochrome. En 1532, après l’incendie provoqué lors du Sac de Rome, l’ensemble fut reconstruit selon un projet de Baldassarre Peruzzi.

[4] L’église de la Trinité-des-Monts de Rome est l’une des Églises nationales françaises de Rome. Elle est située sur le Pincio, au sommet de l’escalier du même nom dominant la place d’Espagne et possède une façade mondialement connue avec ses deux clochers symétriques datant de 1495. Devant cette élévation se dresse un obélisque égyptien. En réalité, cet obélisque provient des jardins de Salluste et comporte de pseudo-hiéroglyphes gravés par les artisans romains, à l’imitation de l’obélisque d’Auguste du Circus Maximus : il semblerait toutefois que le bloc de pierre soit bien, lui, d’origine égyptienne.

[5] L’église San Marcello al Corso est une église de Rome située sur le Corso, l’ancienne via Lata antique, qui relie la Piazza Venezia et la Piazza del Popolo.