Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Conrad le Roux

samedi 20 août 2016

Conrad le Roux (mort en 955)

Duc de Franconie de 939 à 955-Duc de Lotharingie de 945 à 953

Fils de Werner, comte de Nahegau [1], Speyergau [2], et Wormsgau [3]. Sa mère était une fille de Conrad 1er de Germanie. En 941, il succède à son père avec en plus le Niddagau.

En 939 il reçoit le duché de Franconie [4] qui avait appartenu à son grand-père maternel. Il épousa Luitgarde fille d’Otton 1er, roi de Germanie et eut un fils, Otton de Carinthie qui fut duc de Carinthie.

Après la mort d’ Otton de Verdun duc de Lotharingie , et de son pupille Henri de Lotharingie, le roi Otton 1er lui confia le duché de Lotharingie [5].

Conrad se révolta en 953 avec son beau-frère Ludolphe comte de Souabe , mais fut vaincu. Otton 1er lui confisqua la Lotharingie qu’il donna à Brunon, archevêque de Cologne.

Otton et Conrad se réconcilièrent et partirent en guerre contre les Magyars [6], mais Conrad fut tué à la Bataille du Lechfeld [7].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Conrad le Roux/ Portail de la Lorraine/ Duc de Lotharingie/

Notes

[1] Le Nahegau était au Moyen Âge un comté, qui comprenait le bassin de la Nahe et une grande partie de l’actuelle Hesse rhénane. Son territoire initial, qui n’atteignait pas le Rhin, a été agrandi au 10ème siècle aux dépens du Wormsgau : les acquisitions furent notamment Ingelheim en 937, Spiesheim en 960, Saulheim en 973 et Flonheim en 996. Au terme de l’extension du comté, la Selz formait sa frontière sud et sa frontière avec le Wormsgau. Le Nahegau faisait partie des possessions principales de la dynastie franconienne, à laquelle les Émichonides succédèrent à partir du milieu du 11ème siècle.

[2] Spire est une ville portuaire et un arrondissement au sud du Land de Rhénanie-Palatinat.

[3] Worms est une ville et un arrondissement d’Allemagne, située dans le Land de Rhénanie-Palatinat, sur la rive gauche du Rhin et le sud-ouest du pays. Worms est bien connu comme Nibelungenstadt et Lutherstadt ainsi que pour son Dom ; elle est un de trois romanischen Kaiserdome avec ceux de Mayence et de Spire. Pour les Juifs, Worms est aussi connu comme un des anciens centres de la culture ashkénaze en Allemagne. Worms aurait été la capitale des Burgondes. Les cadres de l’armée de Robert 1er de France et lui-même étaient originaires de Worms. En 1074, la ville obtient une exemption des droits de douane et devient ainsi une ville libre d’Empire. En 1096, se déroule dans la ville un pogrom anti-juif mené par les croisés d’Emich de Flonheim. Après s’être réfugiés auprès de l’évêque, 800 juifs sont massacrés et certains sont obligés de se convertir au christianisme. Une diète d’Empire, réunie par Henri IV, a lieu à Worms en 1076 et proclame la déchéance du pape Grégoire VII.

[4] Le duché de Franconie, était un des duchés originels du Saint Empire, fondé au 10ème siècle. Il avait pour capitale Nuremberg et comprenait les évêchés de Bamberg, de Würtzbourg, d’Eichstätt, la maîtrise de l’Ordre Teutonique à Bad Mergentheim, les États princiers de Brandebourg-Bayreuth, Brandebourg-Ansbach, Henneberg-Schleusingen, Henneberg-Rœmhild, Henneberg-Schmalkalden, Löwenstein-Werthheim, Hohenlohe-Waldenbourg, les villes impériales de Nuremberg, Rothenburg ob der Tauber, Bad Windsheim, Schweinfurt, Weissenburg, outre plusieurs comtés, entre autres celui de Hohenlohe.

[5] La Lotharingie désigne le royaume de Lothaire II, arrière-petit-fils de Charlemagne. Il fut constitué en 855. Après sa mort, elle fut l’enjeu de luttes entre les royaumes de Francie occidentale et de Francie orientale, avant d’être rattachée au Royaume de Germanie en 880. Il devint un duché au début du 10ème siècle. Dans la deuxième moitié du 10ème siècle, le duché fut scindé en un duché de Basse Lotharingie et un duché de Haute Lotharingie, qui deviendra la Lorraine

[6] Le hongrois ou langue hongroise est une langue de la branche finno-ougrienne des langues ouraliennes, dont d’autres membres sont le finnois et l’estonien ainsi que le khanty (ou ostiak) et le mansi (ou vogoul). Il est parlé par environ 12,6 millions de personnes, dont 9 840 000 vivent en Hongrie. Il existe aussi des communautés magyarophones dans tous les pays voisins de la Hongrie (Roumanie, Slovaquie, Serbie, Ukraine, Autriche, Croatie et Slovénie), ainsi que d’importantes communautés apparues par émigration aux États-Unis, au Canada, en Israël, etc.

[7] La bataille du Lechfeld eut lieu le 10 août 955 en Souabe. Elle opposa les Magyars, cavaliers finno-ougriens installés depuis 895 à la place des Avars dans le bassin du moyen-Danube et commandés par leur horka Bulcsú, aux armées carolingiennes commandées par le futur empereur Otton le Grand.