Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 3ème siècle > Gaius Messius Quintus Trajanus Decius dit Dèce

Gaius Messius Quintus Trajanus Decius dit Dèce

vendredi 20 janvier 2017 (Date de rédaction antérieure : 11 août 2011).

Gaius Messius Quintus Trajanus Decius dit Dèce (201-251)

Empereur romain de 249 à 251

Dèce Empereur romain de 249 à 251

Il était un Pannonien [1] de souche romaine.

Gouverneur de la Mésie [2] pour Philippe l’Arabe, lorsque celui-ci lui demande de réprimer des usurpations.

Il s’acquitta de sa tâche. Mais se révolta contre celui-ci et fut proclamé empereur par les soldats en 249. Philippe l’Arabe part à son tour en campagne contre ce nouvel usurpateur. Ils s’affrontent à l’automne 249 lors de la bataille de Vérone [3] qui marque la fin de Philippe.

Conscient de la grave crise qui traversait l’empire en proie à l’anarchie militaire et menacé par les barbares, il voulut refaire l’unité romaine autour de la religion traditionnelle. En janvier 250, il promulgua un édit obligeant tous les citoyens à sacrifier aux dieux pour la sauvegarde de l’Empire. La désobéissance à cet édit pouvant mener à la peine capitale ce qui déclencha la 1ère persécution général contre les chrétiens. L’Etat pris des mesures pour favoriser les apostasies qui furent nombreuses et la persécution de Dèce, bien que courte de 250-251 laissa des traces profondes.

En 251, les Goths [4] envahissent la Mésie et la Thrace [5], dégarnie des légions mobilisées par le conflit entre Philippe et Dèce. Ce dernier mène une expédition contre eux dans la Dobroudja [6]. Après avoir vu son filsHerennius Etruscus périr au combat, Dèce lui-même est tué à la bataille d’Abrittus [7], en juin. Trébonianus Gallus, gouverneur de Mésie éleva son fils survivant, Hostilianus, qu’il adopta.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité, issu du dictionnaire d’histoire universelle, le petit mourre édition Bordas 2004 p 340/ Marcel Le Glay Rome : II. Grandeur et chute de l’Empire (p. 391), 2005, Éditions Perrin, (ISBN 978-2262018986).

Notes

[1] La Pannonie est une ancienne région de l’Europe centrale, limitée au Nord par le Danube et située à l’emplacement de l’actuelle Hongrie, et partiellement de la Croatie et de la Serbie. Les habitants originaux sont les Pannoniens, qui sont envahis par les Celtes et les Boïens au 4ème siècle av. jc.

[2] La Mésie est une contrée balkanique de l’Europe ancienne, entre le Danube et la Macédoine. Elle recouvre un territoire inclus dans le nord de l’actuelle Bulgarie, l’actuelle Serbie et une petite partie de la Roumanie. Initialement peuplée par les Thraces, la région accueille à partir du 8ème siècle av. jc des colons grecs qui s’installent sur le littoral. Au 1er siècle av. jc, les Romains, maîtres de la zone, y fondent la province de Mésie, qui fera partiellement partie de l’empire d’Orient par la suite.

[3] Vérone est une très ancienne ville italienne, dans la région de Vénétie, sur les rives de l’Adige, à proximité du lac de Garde. Fondée au 1er siècle av. jc, la ville historique de Vérone connut des périodes d’expansion. Un nombre remarquable de monuments de l’Antiquité, de l’époque médiévale et de la Renaissance y sont préservés. La ville adopta le droit romain en 89 av.jc, et devint une municipalité romaine en 49 av.jc en faisant partie de la 10ème région romaine. Située au carrefour de trois routes importantes la via Postumia, la via Gallica et la via Claudia Augusta, traversée par un grand fleuve, Vérone retient l’attention des empereurs romains et des suzerains qui suivront.

[4] Les Goths faisaient partie des peuples germaniques. Selon leurs propres traditions, ils seraient originaires de la Scandinavie. Ils provenaient peut-être de l’île de Gotland. Mais ils pourraient également être issus du Götaland en Suède méridionale ou bien du Nord de la Pologne actuelle. Au début de notre ère, ils s’installèrent dans la région de l’estuaire de la Vistule. Dans la seconde partie du 2ème siècle, une partie des Goths migrèrent vers le sud-est en direction de la mer Noire. Dès le 3ème siècle les Goths étaient fixés dans la région de l’Ukraine moderne et de la Biélorussie où ils furent probablement rejoints par d’autres groupes qui ont été plus ou moins intégrés dans la tribu. Les Goths formaient un seul peuple jusqu’à la fin du 3ème siècle. Après un premier affrontement avec l’Empire romain dans le sud-est de l’Europe au début du siècle, ils se séparèrent en deux groupes : les Greuthunges à l’Est et les Tervinges à l’Ouest qui deviendront par la suite les Ostrogoths ou « Goths brillants », à l’Est, et les Wisigoths ou « Goths sages » à l’Ouest.

[5] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[6] La Dobroudja est un territoire couvrant l’est de la Roumanie et le nord-est de la Bulgarie, soit approximativement du sud du bas-Danube à la mer Noire. En Roumanie, la Dobrogée se subdivise en deux départements comprenant un port de la mer Noire : Constanța, et le delta du Danube ; en Bulgarie, cette région est considérée comme le « grenier à blé » du pays. La région est peuplée dans l’Antiquité par les tribus Daces ou Gètes faisant partie de l’ensemble thrace. La population locale, progressivement hellénisée, fait du commerce avec les colonies grecques de la mer Noire Callatis, Histria, Tomis jusqu’à la conquête romaine, puis subit les invasions des peuples migrateurs slaves et turcophones Huns, Avars, Bulgares, Ouzes, Petchénègues, Coumans dits Polovtses, Tatars dits Tartares, Ottomans.

[7] La bataille d’Abrittus oppose les Goths aux troupes romaines de l’empereur Dèce en juin 251, dans l’actuelle plaine de la Dobroudja. Les Goths battent les Romains et Dèce devient le premier empereur romain à être tué dans une bataille contre des barbares. Son fils Herennius Etruscus, co-empereur, serait lui aussi décédé pendant cette bataille, ou quelques jours avant durant cette même campagne. Conséquence de cette défaite, les territoires daces du nord du Danube (Roumanie, etc.) vont devenir les premières provinces romaines à acquérir une indépendance politique et militaire (non pas ethnique ni économique, car le processus de romanisation continue jusqu’au 5ème siècle).