Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Moïse de Khorène ou Movsès Khorenatsi

Moïse de Khorène ou Movsès Khorenatsi

mercredi 13 avril 2016, par ljallamion

Moïse de Khorène ou Movsès Khorenatsi (vers 410-vers 490)

Historien arménien-Poète-Hymnodiste et grammairien

Moïse de Khorène (à gauche) et Sahak Bagratouni (à droite), xvie siècle, (Matenadaran, Erevan).Son œuvre principale,“ une Histoire de l’Arménie”, se distingue des écrits des autres historiens arméniens contemporains ou antérieurs en ce qu’elle intègre les traditions orales de l’Arménie païenne et retrace l’histoire arménienne des origines jusqu’au 5ème siècle. Elle a valu à Moïse le titre de patmahayr [1].

Moïse se présente dans son œuvre principale comme un disciple de Mesrop Machtots et du Catholicos d’Arménie [2] Sahak 1er envoyé étudier à l’étranger en 435. Il visite ainsi Édesse [3] et la Palestine avant de s’installer à Alexandrie après avoir visité Rome, Athènes et Constantinople, il rentre en Grande-Arménie après 440, alors que ses deux maîtres sont morts et que la royauté arsacide a été abolie par les Sassanides.

Moïse se retire alors ; à plus de soixante ans, il est toutefois fait évêque par le Catholicos Giout . À la fin de sa vie, il rédige son Histoire et meurt environ en 490.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de Moïse de Khorène (trad. Annie et Jean-Pierre Mahé), Histoire de l’Arménie, Paris, Gallimard, coll. « L’aube des peuples »,‎ 1993

Notes

[1] père de l’histoire arménienne

[2] Le titre de « Catholicos d’Arménie » est aujourd’hui celui du patriarche de l’Église arménienne. Le titre de « Catholicos » est également porté par d’autres primats. Son usage ne s’impose de manière régulière qu’à partir du début du 6ème siècle, aux dépens de celui d’« évêque » ou « grand prêtre », voire d’« archevêque » en cas de consécration d’autres évêques. Le Catholicos de tous les Arméniens qui réside à Etchmiadzin, en République d’Arménie, est considéré comme le chef suprême de l’Église arménienne. Il porte le titre de « Patriarche suprême et Catholicos de tous les Arméniens ».

[3] Şanlıurfa (souvent appelée simplement Urfa) est une ville du sud-est de la Turquie. Elle fut d’abord nommée Urhai, puis Édesse (ou Édessa), puis Urfa et aujourd’hui Şanlıurfa ou Riha en kurde. Le nom antique d’Édesse est Osroé, qui provient peut-être du nom du satrape Osroès qui gouverna la région. Selon la légende, Adam et Ève séjournèrent dans la cité, qui serait la ville natale d’Abraham et qui abriterait la tombe de sa femme Sarah. D’autres textes désignent la ville comme celle de Rûh, l’une des villes construites après le Déluge.