Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Flavius Lupicinus

dimanche 22 février 2015, par ljallamion

Flavius Lupicinus

Comte romain-Consul en 367

Bataille d'Andrinople, d'après une peinture d'O. FritscheComes rei militaris [1] de Valens, commandant de la Thrace [2], à la fin du 4ème siècle.

Les Goths [3] sont aux frontières de l’empire romain et tentent de s’y installer régulièrement. Ce groupe s’est séparé en deux groupes principaux, les Ostrogoths [4] qui se lancent à la conquête des régions entre la Volga, l’Oural et le Caucase sous la direction de leur roi amale [5] Hermanaric et les Wisigoths ou Tervinges [6] combattent en Europe centrale et méridionale.

Peuple nomade, ils sont toujours à la recherche de provisions régulières pour nourrir leur groupe important. Les Romains, à partir de Constantin, signent des foedus [7] avec eux en leur donnant le statut de fédérés. Les hommes sont engagés dans les armées de l’empire contre des subsides.

Lupicinus est le commandant de la Thrace lorsque les Goths de Fritigern et Alaviv tentent d’entrer dans la région.

En 376, Valens autorise les Goths à traverser le Danube pour se réfugier en Mésie [8] face aux attaques des Huns [9]. Dans les faits, le traité ne s’applique pas, du fait de la corruption et de l’incompétence de l’administration romaine chargée de la gestion de la question goth. L’accord prévoyait que les administrateurs romains les installent sur le territoire.

Mais Lupicinus et le duc Maximus tardent à organiser leur accueil ; ils font de grandes opérations commerciales, revendant à un prix exorbitant les matières premières et les ressources alimentaires que l’Empire avait mis à disposition pour la construction de nouveaux établissements pour les Goths. Ils profitent même de la famine qui s’installe parmi les Goths pour leur vendre de la viande à prix fort, obligeant les barbares à vendre leurs enfants comme esclaves pour pouvoir se nourrir. La révolte gronde parmi les fédérés face à cet accueil indigne.

En 377, un incident se produit à Marcianopolis [10], lors d’un banquet chez Lupicinus où il reçoit à sa table Fritigern et Alaviv, les militaires romains interdisent l’accès au marché aux Goths qui accompagnent leurs chefs. Ceux-ci massacrent les miliciens. Face à la nouvelle d’un début de révolte gothique, Lucipinus fait massacrer les gardes du corps des chefs goths et fait tuer Alaviv.

Fritigern le convainc de le laisser en vie car lui seul peut apaiser la colère de ses compagnons. Fritigern échappe à la mort mais dirige la révolte qui se déclenche alors. Ses troupes battent celle de Lupicinus. Il doit quitter la Thrace en la laissant entre les mains des Goths de Fritigern.

Les Goths ravagent alors la région jusqu’en 378 où ils rencontrent l’armée impériale lors de la bataille d’Andrinople [11] où ils battent brillamment l’armée romaine.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Alessandro Barbero, Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378, Flammarion, 2006

Notes

[1] comte romain

[2] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[3] Les Goths faisaient partie des peuples germaniques. Selon leurs propres traditions, ils seraient originaires de la Scandinavie. Ils provenaient peut-être de l’île de Gotland. Mais ils pourraient également être issus du Götaland en Suède méridionale ou bien du Nord de la Pologne actuelle. Au début de notre ère, ils s’installèrent dans la région de l’estuaire de la Vistule. Dans la seconde partie du 2ème siècle, une partie des Goths migrèrent vers le sud-est en direction de la mer Noire. Dès le 3ème siècle les Goths étaient fixés dans la région de l’Ukraine moderne et de la Biélorussie où ils furent probablement rejoints par d’autres groupes qui ont été plus ou moins intégrés dans la tribu. Les Goths formaient un seul peuple jusqu’à la fin du 3ème siècle. Après un premier affrontement avec l’Empire romain dans le sud-est de l’Europe au début du siècle, ils se séparèrent en deux groupes : les Greuthunges à l’Est et les Tervinges à l’Ouest qui deviendront par la suite les Ostrogoths ou « Goths brillants », à l’Est, et les Wisigoths ou « Goths sages » à l’Ouest.

[4] Les Ostrogoths étaient une des deux fractions des Goths, peuple germanique

[5] Les Amales sont avec les Balthes les deux principaux lignages royaux des Goths. La dynastie des Amales descend, selon leur tradition orale, du dieu suprême des Goths, Gaut traduit par le « verseur de semence », un des noms d’Odin à l’origine probable du nom de ce peuple.

[6] Les Wisigoths ou Tervinges étaient un peuple germanique issu des Goths. Les Wisigoths sont ceux qui, migrant depuis la région de la mer Noire, s’installèrent vers 270-275 dans la province romaine abandonnée de Dacie (actuelle Roumanie), au sein de l’Empire romain, alors que les Ostrogoths s’installèrent, pour leur part, en Sarmatie (actuelle Ukraine). Les Wisigoths migrèrent à nouveau vers l’ouest dès 376 et vécurent au sein de l’Empire romain d’Occident, en Hispanie et en Aquitaine.

[7] traités

[8] La Mésie est une contrée balkanique de l’Europe ancienne, entre le Danube et la Macédoine. Elle recouvre un territoire inclus dans le nord de l’actuelle Bulgarie, l’actuelle Serbie et une petite partie de la Roumanie. Initialement peuplée par les Thraces, la région accueille à partir du 8ème siècle av. jc des colons grecs qui s’installent sur le littoral. Au 1er siècle av. jc, les Romains, maîtres de la zone, y fondent la province de Mésie, qui fera partiellement partie de l’empire d’Orient par la suite.

[9] Les Huns sont un ancien peuple nomade originaire de l’Asie centrale, dont la présence en Europe est attestée à partir du 4ème siècle et qui y établirent le vaste empire hunnique. L’origine des Huns est disputée. Les Huns ont joué un rôle important dans le cadre des grandes invasions qui contribuèrent à l’écroulement de l’Empire romain d’Occident. Sous le règne d’Attila, l’empire est unifié mais ne lui survit pas plus d’un an. Les descendants et successeurs des Huns occupent encore diverses parties de l’Europe de l’Est et d’Asie centrale entre les 4ème et 6ème siècles, et laissent encore quelques traces dans le Caucase jusqu’au début du 8ème siècle.

[10] Marcianopolis était une cité romaine située dans la province romaine de Mésie. Ses ruines se trouvent, aujourd’hui, sous le quartier de Réka Dévnya, situé à 2,55 km au nord-est du centre de la ville de Devnya (Bulgarie).

[11] La bataille d’Andrinople ou d’Adrianople (aujourd’hui Edirne en Turquie européenne) a eu lieu le 9 août 378. Elle désigne l’affrontement entre l’armée romaine, commandée par l’empereur romain Valens et certaines tribus germaniques, principalement des Wisigoths (Goths Thervingues), et des Ostrogoths (Goths Greuthungues), commandées par Fritigern. Il s’agit d’un des plus grands désastres militaires romains du ive siècle, comparable à la défaite de Cannes. Cette bataille ne résulte pas d’une invasion, mais d’une mutinerie des fédérés Goths établis dans l’Empire romain.