Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Attilio Malachia Ariosti

mardi 17 mars 2020 (Date de rédaction antérieure : 9 décembre 2012).

Attilio Malachia Ariosti (1666-1729)

Compositeur et musicien

Attilio Malachia Ariosti (1666-1729) Compositeur et musicien

Né à Bologne [1], conseiller musical, il fut considéré comme un représentant important d’opéra italien. En 1720 il est nommé à l’académie royale de la musique à Londres [2].

Après avoir étudié le violon, l’orgue et la composition, il entre en 1689 dans l’ordre des frères mineurs [3], et y devient diacre [4] 3 ans plus tard. En 1692 il devient titulaire du poste d’organiste [5] à l’église Sainte Maria dei Servi à Bologne [6]. Par la suite il travailla à la cour de Mantoue pour le duc Ferdinand Charles de Gonzague Nevers comme compositeur. Son premier opéra est exécuté à Venise en 1697. C’est à la demande du duc que Ariosti parti la même année à Berlin. Il fut nommé maître de chapelle [7] à la cour de l’électrice Sophie Charlotte de Hanovre à Berlin. Elle lui demanda de créer un opéra en 1701. Après une demande de celle-ci de pouvoir retourner à son ordre à Bologne en 1701, il dû attendre jusqu’en 1703 pour que, après des négociations diplomatiques prolongées il fut remplacé par Gottfried Wilhelm Leibniz.. Il voyagea d’abord à Vienne et après avoir gagné la faveur de l’empereur Joseph Ier de Habsbourg il resta dans cette ville jusqu’en 1711. Il est notamment de 1703 à 1709 agent général autrichien pour l’Italie.

Apparemment menacé par le renvoi de l’ordre il revint en l’Italie, pour partir de nouveau pour Londres en 1716. Après 1715 il obtient d’énormes succès à Paris et Londres. En 1719 il travaille avec Georg Friedrich Händel à des cantates pour la Royal Academy de Londres qu’il co-dirige environ de 1722 à 1727.

Éclipsé par l’arrivée de Händel à Londres, banni des terres autrichiennes et sécularisé, il termine sa vie comme professeur et interprète de viole et meurt dans la pauvreté à Londres en 1729.

Il est l’auteur de plus de 30 opéras et oratorios, de nombreuses cantates et pièces instrumentales.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de hits-musiques/ 4331-attilio-ariosti/traduit de l’allemand par mes soins

Notes

[1] Bologne est une ville italienne située dans le nord-est du pays, entre le Pô et les Apennins. C’est le chef-lieu de la région d’Émilie-Romagne (plaine du Pô) et de la province de même nom et l’une des principales villes d’Italie. Elle est considérée comme le siège de la plus ancienne université du monde occidental puisqu’elle a été fondée en 1088. Plus de 900 ans après sa fondation, l’université est encore aujourd’hui le cœur de la ville

[2] La Royal Academy of Music était une compagnie fondée en février 1719, alors que Georg Friedrich Haendel résidait à Cannons, par un groupe d’aristocrates désireux de pouvoir assister de façon régulière à des représentations d’opéras, avec la collaboration des chanteurs les plus fameux d’Europe. Elle commanda un nombre important de nouveaux opéras à trois des plus grands compositeurs de l’époque : Haendel, Attilio Ariosti et Giovanni Bononcini. Elle fut créée sous la forme d’une société par actions, avec lettres patentes du souverain britannique, George 1er, pour une durée prévue de 21 ans. Elle était dirigée par un Gouverneur, un Gouverneur délégué et un conseil d’administration comprenant au moins 15 membres. En fait, elle n’assura que neuf saisons d’opéras, et finit par sombrer dans les difficultés financières. Au total, 34 opéras y furent créés en plus de 460 représentations.

[3] Moines de l’ordre mineur de frères laïcs mendiants fondé par saint François d’Assise en 1209, sur les principes rigoureux de l’humilité totale et de la pauvreté extrême. Les franciscains ont une mission de prédication itinérante. Au 13ème siècle, l’ordre se divise, malgré les tentatives de conciliation de saint Bonaventure, entre les adeptes de la règle de pauvreté originelle et les spirituels, qui jugent la mission d’enseignement incompatible avec la misère matérielle. Malgré ces dissensions, et les diverses branches qui en découlent, les franciscains poursuivent une lutte active contre les hérésies et se répandent rapidement au travers de la chrétienté. Les franciscains portent une robe brune avec une corde pour ceinture (ce qui leur a valu le nom de cordeliers), habit des pauvres de leur temps. A la fin du 13ème siècle, il existe déjà 1500 maisons de franciscains. L’ordre franciscain s’est diversifié en trois courants : les frères mineurs, les frères mineurs conventuels et les frères mineurs capucins. Il existe aussi un tiers ordre de laïcs. Les franciscains sont partis en mission dans le monde entier.

[4] Fonction créée par les Apôtres pour se décharger des soucis matériels. Ainsi, le diacre est chargé de distribuer les aumônes à leur place. Peu à peu, il assiste le prêtre dans des tâches spirituelles telles que la distribution de l’eucharistie et le baptême. Saint Etienne a été le premier diacre.

[5] L’organiste est le musicien jouant de l’orgue.

[6] La basilique Santa Maria dei Servi est une basilique catholique de Bologne, en Italie. Elle a été fondée en 1346, comme l’église de la Communauté de l’Ordre des Servites de Marie et a été conçue par le Père Andrea da Faenza qui a également réalisé la Basilique San Petronio, également, à Bologne. Elle a été élevée au rang de basilique mineure par le pape Pie XII.

[7] Un maître de chapelle, à l’origine maître de musique, ou dans les pays allemands Kapellmeister, ou encore maestro di cappella en Italie, désigne une personne chargée, dans un cadre religieux chrétien, d’enseigner et de faire entendre la musique avant tout liturgique, et de composer des partitions polyphoniques essentiellement des motets au sein de la « chapelle musicale » d’une église.