Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Étienne de Vignolles dit La Hire

Étienne de Vignolles dit La Hire

mardi 6 mai 2014, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 19 août 2012).

Étienne de Vignolles dit La Hire (1390-1443)

Homme de guerre-Seigneur de Montmorillon

Né au château gascon dont il porte le nom près de Saint-Gaudens, en Haute Garonne, il fait ses premières armes avec les Sires d’Albret dans des brigandages à travers les Landes. En 1406, il suit le duc Louis d’Orléans, venu en Guyenne combattre les Anglais. En 1407, le duc d’Orléans est assassiné et le clan des Vignoles prend fait et cause pour les Armagnac.

Il se rallia au dauphin en 1418, se joignant à Poton de Xaintrailles dont il deviendra inséparable. Il se distingua contre les bourguignons au siège de Coucy [1]. En 1421, il est à Guise [2], à Notre Dame de Liesse [3] où il battit Hector de Saveuse. En 1422, il parcourut la Champagne et la Picardie, et battit le comte de Vaudémont. En 1423, il assista à la rétrocession de Compiègne aux bourguignons. En 1424, il fut de la bataille de Verneuil [4] et après celle-ci, il devint capitaine de Vitry, et fut vaincu par Bedford qui l’obligea à rendre plusieurs forteresses.

Capitaine de Vendôme en 1428, il participa à la levée du siège d’Orléans, aux combats de Jargeau [5], Meung [6], Beaugency [7], et à la bataille de Patay [8]. Chargé de ravitailler Orléans et de la défendre, il arrive dans cette ville le 25 avril 1429. C’est là qu’il rencontre "la Pucelle" et est membre dut Conseil de Guerre. Seul tout d’abord avec le duc d’Alençon, il accepte cordialement et sans mauvaise restriction, ce nouveau compagnon d’armes. Le 6 mai 1429, la Hire traverse avec elle la Loire dans une petite barque. ils réussissent à lever le siège d’Orléans le 8 mai, 2 jours plus tard.

Le 17 juillet, il conduit avec Jeanne le Dauphin à Reims, pour son sacre ou il est fait écuyer d’écurie du roi et bailli du Vermandois. Il le suit ensuite, dans son voyage triomphal en Picardie puis sous les murs de Paris, mais il ne le suit plus lorsque ce prince, désertant le champ de bataille, se retire en Berry.

Le 24 février1430, il dirige un coup de main sur Château Gaillard, conquiert cette place forte et délivre son célèbre compatriote Arnaud Guilhem de Barbazan , l’un des plus puissants champions de la cause des Armagnacs, qui y est détenu.

Le 24 mai, Jeanne est capturée par les Bourguignons devant Compiègne et livrée aux Anglais. De son côté, la Hire prend aux Anglais la ville de Louviers, mais il est fait prisonnier. Ayant réussi à s’échapper l’année suivante du donjon de Dourdan, il reprit la guerre en Artois, en Île-de-France, en Picardie, remportant de nombreux succès. Vainqueur en mai 1435 à Gerberoy [9]. Capitaine général de la Normandie, seigneur de Montmorillon et châtelain de Longueville.

En 1438, il fait une intrusion au Concile de Bâle [10], sous prétexte de défendre la cause du pape Eugène IV ! Ensuite, il continue de guerroyer en Normandie puis en Picardie sur les terres du seigneur de Luxembourg avant de suivre, dans les derniers mois de 1442, le roi Charles VII parti reconquérir Tartas [11], alors aux mains des Anglais.

Il mourut à Montauban le 11 janvier 1443, lors de la campagne de Guyenne, où il avait accompagné le roi Charles VII.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de encyclopédie Larousse /personnage/La Hire/

Notes

[1] Coucy est une commune française, située dans le département des Ardennes.

[2] Guise est une commune française, située dans le département de l’Aisne. La bourgade de Guise, capitale excentrée de la Thiérache, s’est développée à l’ombre d’un puissant château fort placé sur ses hauteurs. La terre de Guise est qualifiée de comté à partir du 13ème siècle,

[3] Liesse-Notre-Dame est une commune française, située dans le département de l’Aisne

[4] La bataille de Verneuil fut une bataille de la guerre de Cent Ans, qui se déroula le 17 août 1424, à 3 km au nord de Verneuil, à proximité du Château de Charnelles, en Normandie. Elle se solda par une victoire de l’armée anglaise.

[5] La bataille de Jargeau est un combat de la guerre de Cent Ans qui eut lieu dans l’ancienne province de l’Orléanais à Jargeau le 12 juin 1429 entre les armées française et anglaise.

[6] La bataille de Meung-sur-Loire se déroula le 15 juin 1429 durant la guerre de Cent Ans. Ce fut une des nombreuses batailles qui suivit le siège d’Orléans.

[7] La bataille de Beaugency s’est déroulée les 16 et 17 juin 1429. Ce fut l’une des batailles de Jeanne d’Arc. Peu après que le siège d’Orléans a été levé, les forces françaises reprennent les zones voisines de la Loire. Cette campagne fut la première offensive française soutenue depuis une génération au cours de la guerre de Cent Ans.

[8] La bataille de Patay est un événement majeur de la guerre de Cent Ans, qui s’est déroulé le 18 juin 1429 entre les armées française et anglaise. Bien que la victoire de Charles VII sur Henri VI d’Angleterre soit souvent mise au crédit de Jeanne d’Arc, l’essentiel du combat eut lieu à l’avant-garde de l’armée française

[9] Gerberoy, est une commune française située dans le département de l’Oise. En 1435, Gerberoy est le lieu d’une bataille de la Guerre de Cent Ans. Un val qui fait face à Gerberoy, s’appelle depuis le Val d’Arondel, du nom du Comte d’Arundel, seigneur anglais qui y fut défait par les troupes françaises. Bien que la ville, avant et après, ait été le théâtre de nombreux autres faits de guerre, cette bataille est restée la plus célèbre dans la mémoire locale.

[10] Le 17ème concile œcuménique de l’Église catholique commence à Bâle le 23 juillet 1431. Transféré par Eugène IV à Ferrare en 1437 puis à Florence en 1439, il se termine à Rome en 1441.

[11] Tartas est une commune française située dans le département des Landes. Le siège et la prise de Tartas ont lieu en 1338. On les doit au comte de Foix sous la bannière de Philippe VI de France. Le Voyage de Tartas en juin 1442 est une expédition menée par Charles VII de France accompagné du Dauphin pour délivrer la ville assiégée par les Anglais. Charles II d’Albret qui défendait cette place avait conclu avec les Anglais de la leur céder si le secours de Charles VII n’était pas arrivé le 24 juin 1442. Le roi arriva à temps et l’expédition fut une réussite