Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Nicolas Bataille (1330-1405)

Nicolas Bataille (1330-1405)

samedi 6 août 2022, par lucien jallamion (Date de rédaction antérieure : 6 août 2012).

Nicolas Bataille (1330-1405)

Célèbre marchand de tapisserie du 14ème siècle, réputé pour être le fournisseur de la maison de France de l’époque.

Il fournira la célèbre tenture de l’Apocalypse [1] de 1373 à 1380 à partir des cartons du peintre flamand Hennequin de Bruges peintre de la Cour du roi de France Charles V.

Il a fallu 7 ans et 35 lissiers pour réaliser ce chef-d’œuvre monumental unique au monde, présenté aujourd’hui à l’intérieur du château d’Angers [2].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Nicolas Bataille (1330-1405)/ Portail de l’histoire de l’art/ Catégories  : Tapissier

Notes

[1] La tenture de l’Apocalypse (ou les tapisseries de l’Apocalypse, ou encore l’Apocalypse d’Angers) est une représentation de l’Apocalypse de Jean réalisée à la fin du 14ème siècle sur commande du duc Louis 1er d’Anjou. Cette œuvre est le plus important ensemble de tapisseries médiévales subsistant au monde. L’ensemble, composé de 6 pièces successives découpées chacune en 14 tableaux, est exécuté d’après des cartons de Hennequin de Bruges et témoigne du prestige de son commanditaire. La tenture est léguée à la cathédrale d’Angers au 15ème siècle par le roi René.

[2] Le château d’Angers, aussi appelé château des ducs d’Anjou, est situé dans la ville d’Angers dans le département de Maine-et-Loire. Le site est occupé dès l’antiquité du fait de sa position défensive stratégique. Par la suite, les comtes d’Anjou y installent leurs demeures, jusqu’à la fin de l’empire Plantagenêt qui voit le royaume de France conquérir le comté d’Anjou. Saint Louis fait construire le château actuel au 13ème siècle tandis que les ducs d’Anjou le transforment en résidence seigneuriale au 15ème siècle. Yolande d’Aragon y donne naissance à René d’Anjou. Au 16ème siècle, à la suite des troubles des guerres de Religion, Henri III ordonne la destruction du château, mais seule la partie supérieure des tours est détruite.