Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Eudes IV de Bourgogne

dimanche 24 novembre 2019 (Date de rédaction antérieure : 2 août 2012).

Eudes IV (1295-1350)

Duc de Bourgogne de 1315 à 1350

Sceau d'Eudes IV, duc de Bourgogne.Fils deRobert II et d’Agnès de France, il épouse la fille de Philippe V, Jeanne III de Bourgogne , qui reçoit en héritage l’Artois [1]. Duc de Bourgogne [2] lui-même, il figure avec Charles de Valois et Philippe le Long parmi les candidats à la succession du roi de France Louis X, son beau-frère, mort sans héritier. Philippe le Long obtient le désistement de Charles de Valois contre une compensation financière et conclut une convention avec Eudes IV : si la reine Clémence de Hongrie, alors enceinte, accouche d’une fille, les droits de celle-ci seront réservés jusqu’à sa majorité. C’est un garçon qui vient au monde, mais il ne vit que quatre jours.

Eudes, renonçant au trône, Philippe V se fait couronner à Reims le 9 janvier 1317.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Jean Favier, La guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, (ISBN 2213008981)

Notes

[1] Le comté d’Artois est une ancienne province du Nord de la France. Louis VIII, qui mourut le 8 novembre 1226, avait par son testament constitué l’Artois en apanage à son second fils, Robert, encore enfant. Ce ne fut qu’en 1237 que Robert releva de son frère Louis IX la terre d’Artois : Arras, Saint-Omer, Aire, Hesdin, Bapaume, Lens et leurs dépendances. Louis IX avait confirmé les dispositions de son père à cet égard, en ajoutant que Hesdin, Bapaume et Lens, qui formaient le douaire de leur mère Blanche de Castille, ne devaient être remis à Robert qu’à la mort de Blanche ; mais celle-ci survécut à son fils : Robert 1er d’Artois périt à Mansourah en 1250 et la reine ne mourut qu’en 1252. L’Artois passa au fils de Robert 1er, Robert II. En 1297, le comté d’Artois est érigé en comté-pairie. Robert II fut tué à Courtrai en 1302. Le comté est alors disputé entre son petit-fils Robert III et sa fille Mahaut, et la Cour des pairs finit par trancher en faveur de la comtesse Mahaut. Mahaut épousa Othon IV, comte de Bourgogne. Elle mourut en 1329, laissant une fille Jeanne, qui, dès 1315, avait tenu le comté de Bourgogne comme héritage de son frère (Robert l’Enfant) et qui, en Artois, succéda à sa mère, à laquelle elle ne survécut que de quelques mois. Jeanne, mariée au roi Philippe V, en avait eu une fille du même nom qui, en 1318, épousa Eudes IV, duc de Bourgogne, auquel en 1330, à la mort de sa mère, elle fit passer l’Artois et la Franche-Comté. Eudes IV mourut en 1350. Son petit-fils, Philippe de Rouvre fut uni, en 1357, à Marguerite de Male, encore enfant à cette époque et qui se trouva veuve dès 1361. Huit ans plus tard, Marguerite se remariait avec Philippe le Hardi que son père, le roi Jean II, venait d’investir le 6 septembre 1363 du duché de Bourgogne, vacant par le décès de Philippe de Rouvre. Quant à l’Artois et à la Franche-Comté, que ce même Philippe de Rouvre avait tenus de son aïeule Jeanne, femme d’Eudes IV, ils remontèrent à sa grand-tante, Marguerite de France, sœur de Jeanne, fille de Philippe V1. Marguerite de France était veuve alors de Louis de Crécy mort en 1346, et à sa mort, en 1382, ce fut leur fils Louis de Male qui hérita de ces principautés

[2] Le duché de Bourgogne est fondé en 880 à partir du royaume de Bourgogne, par les rois carolingiens Louis III et Carloman II et les membres princiers de leur famille qui se partagent l’Empire carolingien de Charlemagne dont ils ont hérité. Ils féodalisent tous les royaumes carolingiens de France en duchés et comtés vassaux des rois de France. Richard II de Bourgogne (dit Richard le Justicier) est nommé marquis puis premier duc de Bourgogne et un des six pairs laïcs primitifs de France par son suzerain le roi Louis III.