Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Bertrand de Got dit Clément V

Bertrand de Got dit Clément V

mardi 22 mars 2022, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 2 juin 2012).

Bertrand de Got dit Clément V (1250-1314)

Archevêque de Bordeaux-195ème Pape de l’Église catholique de 1305 à 1314

Clément V 195ème Pape de l'Église catholique

Il est né en Guyenne [1], à Villandraut [2]. Après son couronnement qui se fait à Lyon en 1305 après un conclave de 11 mois, le pape décide de rester en France, à cause des troubles qui règnent en Italie d’une part, mais surtout pour essayer de réconcilier les rois de France et d’Angleterre, opposés au sujet de l’Aquitaine [3], afin de les unir dans une nouvelle croisade en Orient.

Il gagne Bordeaux [4] dont il avait été archevêque [5] depuis 1299, puis, petit à petit, il se rend à Avignon [6]. Il y entre le 9 mars 1309, où il profite de l’hospitalité des frères prêcheurs [7] dont le couvent est le plus grand de toute la ville. Successivement, il demeurera à Malaucène [8] au pied du Mont Ventoux, Carpentras [9] et Caromb [10].

En 1311, il prépare le concile de Vienne au prieuré du Groseau, près de Malaucène. Il y autorisela suppression de l’ordre des Templiers, à la demande de Philippe IV le Bel. Malade tout au long de son pontificat et sentant sa fin proche, il voulut retourner dans sa Guyenne natale.

Il meurt au début de son voyage, le 20 avril 1314, à Roquemaure [11], de l’autre côté du Rhône après avoir ingurgité un plat d’émeraudes pillées destiné à le guérir !

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Bertrand de Got dit Clément V/ Portail du catholicisme/ Catégories  : Archevêque de Bordeaux/ Évêque de Comminges/ Papauté d’Avignon/ Pape français

Notes

[1] La Guyenne est une ancienne province, située dans le sud-ouest de la France. Ses limites ont fluctué au cours de l’histoire sur une partie des territoires des régions françaises Nouvelle-Aquitaine et Occitanie. Portant le titre de duché, la Guyenne avait pour capitale Bordeaux. Son nom est apparu au 13ème siècle en remplacement du terme d’« Aquitaine ». Sous l’Ancien régime, la Guyenne était l’une des plus grandes provinces de France et regroupait divers pays et provinces plus petites comme le Périgord, l’Agenais, le Quercy et le Rouergue. Le terme de « Guyenne propre » correspondait à la région de Bordeaux, également appelée le Bordelais. La Guyenne était couramment associée avec la Gascogne dont la capitale était Auch et qui regroupait notamment l’Armagnac, le Bigorre, le Labourd, la Soule et le Comminges. Guyenne et Gascogne partageaient ainsi le même gouvernement général militaire.

[2] Villandraut est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde

[3] L’Aquitaine est le nom donné depuis au moins le 1er siècle av. jc à une région ancrée sur la façade Atlantique et le versant nord des Pyrénées. En 507, Clovis, appelé par les évêques de Novempopulanie, l’intègre au royaume des Francs, en battant Alaric II, roi des Wisigoths, à la bataille de Vouillé. 671 voit l’indépendance de l’Aquitaine, dirigée par le duc Loup 1er de Vasconie. Entre 719 et 732, les ducs Eudes et son fils Hunald 1er détiennent l’Albigeois où ils ont des biens. Eudes combat les Sarrasins en Albigeois. En 721, le duc Eudes bat le Califat omeyyade à la Bataille de Toulouse. 732 voit la défaite du duc d’Aquitaine et l’invasion de la Vasconie par l’émir Abd el Rahman, arrêté à la bataille de Poitiers par Charles Martel, qui commence la réunion de l’Aquitaine sous contrôle des Vascons au royaume franc. 742 et 743 voient les campagnes des fils de Charles Martel, Carloman et Pépin le Bref, contre l’Aquitaine et la Vasconie (et la Bavière). Entre 760 et 768, Pépin le Bref entreprend chaque printemps des expéditions sanglantes contre le duc Waïfre, fils d’Hunald 1er. Le 2 juin 768, ce dernier est finalement tué par un des siens, Waratton, sur ordre de Pépin. En 778, l’armée de Roland, piégée par le wali de Saragosse, a été défaite par les Vascons dans les montagnes basques de Roncevaux en revenant de Pampelune. Puis Charlemagne crée en 781 pour son fils Louis le Débonnaire alors âgé de 3 ans, le royaume d’Aquitaine englobant les territoires du Rhône à l’Atlantique.

[4] Bordeaux est une commune du Sud-Ouest de la France. Capitale de la Gaule aquitaine sous l’Empire romain pendant près de 200 ans. Au début du 5ème siècle, Bordeaux fut prise par les Wisigoths, puis par les Francs de Clovis un siècle plus tard. Au plus tard après la division de la partie du royaume de Caribert de Paris, en 567, Bordeaux appartenait à la Neustrie. Après le mariage du roi neustrien Chilperic, la ville, ainsi que Cahors, Béarn et Bigorre, furent cependant offerts en guise de dot à son épouse Galswinthe. Ces villes étaient situées stratégiquement dans la région du beau-père Athanagild, le roi des Wisigoths. Après que Chilpéric eut ordonné l’assassinat de sa femme, cet héritage est passé au royaume d’Austrasie, selon un règlement d’un Malberg convoqué par Gontran, roi de Bourgogne. Finalement, en 573, Chilpéric, avec son fils Clovis en tant que commandant de l’armée, tente de reprendre les villes. Bien que la conquête de Bordeaux ait réussi à court terme, les troupes de Clovis furent de nouveau expulsées un mois plus tard par le margrave austrasien Sigulf. À la fin du 7ème siècle, Bordeaux devient la capitale du duché d’Aquitaine.

[5] L’archidiocèse de Bordeaux est une Église particulière de l’Église catholique de France. Son siège est à Bordeaux. Les évêchés suffragants sont Agen, Aire et Dax, Bayonne, Lescar et Oloron et Périgueux et Sarlat.

[6] La Papauté d’Avignon désigne la résidence du pape en Avignon (France). Cette résidence, qui déroge à la résidence historique de Rome (Italie) depuis saint Pierre, se divise en deux grandes périodes consécutives : La première, de 1309 à 1378, celle de la papauté d’Avignon proprement dite, correspond à une époque où le pape, toujours reconnu unique chef de l’Église catholique, et sa cour se trouvent installés dans la ville d’Avignon au lieu de Rome. La seconde, de 1378 à 1418, coïncide avec le Grand schisme d’Occident où deux papes rivaux (et même trois si l’on considère l’éphémère pape de Pise) prétendent régner sur la chrétienté, l’un installé à Rome et l’autre en Avignon.

[7] L’ordre des Prêcheurs ou des Frères Prêcheurs, plus connu sous le nom d’ordre dominicain, est un ordre catholique né sous l’impulsion de saint Dominique en 1215. Il appartient, comme l’ordre des Frères mineurs ou franciscains, à la catégorie des ordres mendiants. Suivant la règle de saint Augustin, ainsi que ses propres Constitutions, en partie inspirées de celles des prémontrés, il s’est donné pour mission l’apostolat et la contemplation. Les dominicains sont des religieux mais pas des moines : ils ont la particularité de ne prononcer qu’un seul vœu, celui d’obéissance, dans les mains du maître de l’ordre (ou de son représentant), les vœux de pauvreté et de chasteté étant implicitement inclus. Ils ne font, par contre, pas vœu de stabilité comme les moines. Ils vivent dans des couvents et non dans des monastères. Leur vocation étant de prêcher, leurs couvents sont souvent situés dans de grandes villes.

[8] Malaucène est une commune française située dans le département de Vaucluse. Le pape Clément V fait du monastère du Groseau sa résidence d’été. De cette construction du 12ème siècle, il ne reste de nos jours qu’une chapelle, la chapelle Notre-Dame-du-Groseau.

[9] Carpentras est une commune française, située dans le département de Vaucluse. Elle devient cité latine puis, au moment de la christianisation, accueille un siège épiscopal (ce siège alternera entre Carpentras et Venasque, en fonction des événements historiques). La ville accueille des juifs depuis au moins le 28 février 1276, selon des rôles d’impôts de cette période. En 1155, Raymond V de Toulouse, marquis de Provence, envoie son chancelier Raous à Raymond 1er, l’évêque de Carpentras pour confirmer les privilèges du marché qui se tient à Carpentras. Au début de la papauté d’Avignon, l’évêque Bérenger Forneri voulut, sans succès, interdire le cimetière au marché. Le pape Clément V établit sa curie à Carpentras en 1313. Lorsqu’il meurt en 1314, son successeur donne sa préférence à Avignon. Cependant, capitale du Comtat Venaissin en 1320, la ville profite de la munificence pontificale : gouvernée par ses évêques, elle s’étend et s’entoure d’une enceinte dont il ne reste plus que la porte d’Orange. Le marché s’étend, en 1385, sur la place de la Fusterie, actuelle place des pénitents noirs

[10] Caromb est une commune française située dans le département de Vaucluse. Raymond VII de Toulouse, marquis de Provence, en 1240 donna ce fief à Barral des Baux. En 1315, Cécile des Baux, dite Rascasse ou la Belle Comtesse, apporta en dot Caromb à Raymond Guilhem de Budos, recteur du Comtat Venaissin, et neveu de Clément V. Il revint ensuite à ses premiers feudataires puisque dans son testament de 1374, Amédée des Baux, comte d’Avellino, légua ce fief à sa nièce Alix des Baux

[11] Roquemaure est une commune française située dans le département du Gard, sur la rive droite du Rhône. Aux 14ème et 15ème siècles, un pape, des rois et des ducs de France s’installent plus ou moins longtemps au château. Le pape Clément V, en route vers sa Gascogne natale s’y repose quelques jours et y meurt le 20 avril 1314. Le duc d’Anjou, lieutenant du roi en Languedoc, y fait des séjours répétés de 1367 à 1380 accompagné de son épouse, la duchesse Marie de Blois. Le 4 septembre 1376, il y vient avec Catherine de Sienne. Le 12 août 1385, le duc de Berry, lieutenant du Languedoc, convie au château une ambassade de Hongrie à laquelle il offre cadeaux et festins. Le roi Charles VI y fait étape le 30 octobre 1389 avec sa suite. Enfin, le dauphin Charles, futur roi Charles VII, s’arrête à Roquemaure au cours de son périple languedocien.