Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Ethelred du Wessex

samedi 3 décembre 2022, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 23 octobre 2011).

Ethelred (840-871)

Roi du Wessex de 865 à sa mort

3ème fils d’ Ethelwulf de Wessex et de la reine Osburga qui lui donne une éducation très religieuse, il succède à son frère, Ethelbert , en tant que roi de Wessex [1] et de Kent [2] vers 865. Il épouse Wulfrida, qui lui donne 2 fils, AEthelwold et Ethelhelm .

Il ne réussit pas à contenir les raids toujours plus nombreux des Danois [3] qui dévastent l’Angleterre. En 870, ils ont réussi à se rendre maîtres de la ville d’York [4]. Le 4 janvier 871, lors de la bataille de Reading [5], Ethelred est battu et ne peut arrêter l’invasion de l’armée danoise mais il réussit à regrouper ses forces. C’est son frère, le futur Alfred le Grand, alors à peine âgé de 21 ans, qui mène l’armée des Saxons de l’Ouest et qui remporte la victoire sur les envahisseurs danois lors de la bataille d’Ashdown [6].

Le 23 avril 871 Ethelred livre une nouvelle bataille contre les envahisseurs danois. Ceux-ci écrasent les forces anglaises et le roi fait partie des victimes. On ne sait pas exactement s’il est mort pendant les combats ou s’il est décédé par la suite de ses blessures. Son frère Alfred lui succède.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Æthelred I, King of Wessex »

Notes

[1] Le Wessex est l’un des royaumes fondés par les Anglo-Saxons en Angleterre durant le Haut Moyen Âge. Il s’étend sur une partie du sud-ouest de la Grande-Bretagne, entre la Domnonée à l’ouest, la Mercie au nord et les royaumes de Kent, de Sussex et d’Essex à l’est. Au IXe siècle, le Wessex est le dernier royaume anglo-saxon à résister aux invasions vikings.

[2] Le Kent est un royaume anglo-saxon fondé au 5ème siècle par les Jutes dans le sud-est de l’Angleterre. Il correspond approximativement au territoire occupé par le peuple celtique des Cantiaci avant la conquête romaine, et à l’actuel comté de Kent. C’est le premier royaume anglo-saxon converti au christianisme, et il atteint son apogée au début du 7ème siècle sous le roi Æthelberht.

[3] Le royaume viking de York existe entre 866 et 954. Des Vikings originaires du Danemark établissent un potentat coupant en deux l’île de Bretagne, la future Grande-Bretagne, avec pour capitale York, ville qu’ils appellent Jórvík après l’avoir investie. La région autour de cette ville est appelée le Danelaw, terme qui s’applique aussi à la juridiction mise en place par les Danois jusqu’à la seconde moitié du 10ème siècle

[4] York est une ville du nord de l’Angleterre. Située à la confluence de deux rivières, l’Ouse et la Foss, elle donne son nom au comté du Yorkshire. Fondée par les Romains sous le nom d’Eboracum, elle est l’une des villes majeures du royaume anglo-saxon de Northumbrie, puis la capitale du royaume viking de Jórvík. Elle est également le siège d’un archevêché de l’Église d’Angleterre. Après l’arrivée des Anglo-Saxons, York devint l’une des principales villes du royaume de Northumbrie sous le nom vieil anglais Eoforwic. Le roi Edwin y fut baptisé en 627. Elle devint le siège d’un évêché, puis d’un archevêché en 735. Tombée aux mains de la Grande Armée en 866, elle fut la capitale d’un royaume viking de 876 à 954 sous le nom de Jórvík, date de sa conquête définitive par le royaume d’Angleterre. Le 20 septembre 1066, Harald Hardrada s’empara de la ville, mais fut tué cinq jours plus tard par le roi Harold Godwinson à la bataille de Stamford Bridge, vainqueur qui devait périr à son tour à la bataille de Hastings peu de temps après. En 1190, Richard de Malbis et d’autres nobles d’York qui envisageaient de se joindre à Richard dans la troisième croisade profitèrent d’un incendie qui avait éclaté en ville pour faire courir une rumeur contre les Juifs. Les maisons de Benoît et Joce furent attaquées et ce dernier obtint la permission du gardien du château d’York d’y évacuer sa famille et l’ensemble des Juifs, probablement dans la tour de Clifford. Assaillis par la foule, les Juifs prirent peur et ne laissèrent pas rentrer le gardien qui avait quitté la tour. Il en appela au shérif, qui fit venir la milice du Comté. La tour de Clifford fut assiégée plusieurs jours. Un moine fit la cérémonie de sacrement chaque matin autour des murs comme pour sacraliser la lutte. Il fut écrasé d’une pierre jetée par les Juifs assiégés ; la colère de la foule devint alors une folie forcenée. Quand les Juifs de la tour de Clifford virent qu’ils n’avaient aucune alternative autre que de se soumettre au baptême ou périr aux mains de la foule, Yom-Tob ben Isaac de Joigny, tossafiste français et nouveau chef de la communauté, les exhorta à se tuer eux-mêmes plutôt que de succomber à la cruauté de leurs ennemis. Ceux qui étaient en désaccord furent autorisés à se retirer. Les autres se donnèrent la mort, après avoir mis le feu à leurs vêtements et marchandises pour éviter que ceux-ci ne tombent dans les mains de la foule.

[5] La première bataille de Reading se déroula le 4 janvier 871 près de Reading dans ce qui est maintenant le comté de Berkshire. La bataille s’est produite quand les armées d’Ethelred de Wessex et d’Alfred le Grand ont attaqué les Danois qui envahissaient la Grande-Bretagne alors qu’ils campaient près de Reading. Malgré des pertes danoises importantes, les Saxons d’Ethelred sont défaits et massacrés au cours de la bataille. Selon la chronique Anglo-Saxonne, l’ealdorman saxon de l’Ouest nommé Aethelwulf y a trouvé la mort, alors qu’il avait été victorieux quatre jours plus tôt à la bataille d’Englefield, bataille au cours de laquelle le Danois Jarl Sidroc perdit la vie.

[6] La bataille d’Ashdown oppose, le 8 janvier 871, l’armée du Wessex, conduite par Alfred, frère du roi Ethelred, et les envahisseurs danois, menés par Bagsecg et Halfdan Ragnarsson. Bagsecg est tué et Alfred sort victorieux de l’affrontement, mais avec de lourdes pertes.