Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Vranck van Borselen ou Frank van Borselen

Vranck van Borselen ou Frank van Borselen

lundi 27 juin 2022, par ljallamion

Vranck van Borselen ou Frank van Borselen (vers 1396-1470)

Noble zélandais-Seigneur de Voorne de Zélande et de Maartensdijk-Gouverneur de Hollande et de Zélande pour les comtes de Hollande

Il le fut également pourPhilippe le Bon après que Jacqueline de Bavière eut transmis la régence de ses terres à ce dernier par le traité de Delft en 1428 [1]. La comtesse s’étant installée, dès 1429, à Goes [2] en Zélande [3], Frank devint son geôlier chargé par le duc de la surveiller.

Jacqueline et Frank tombèrent amoureux l’un de l’autre : il déboursa de ses propres deniers pour suppléer aux besoins de la comtesse.

Toutefois, Philippe le Bon ayant appris qu’ils s’étaient mariés secrètement, Frank van Borselen tomba en disgrâce : Philippe le Bon le fit incarcérer au château de Rupelmonde [4] et le condamna à mort pour félonie.

La comtesse avait en effet promis de ne pas se remarier sans l’accord du duc de Bourgogne selon une des clauses du traité de Delft. Cependant, avant de mettre sa menace à exécution et, par l’intermédiaire de la comtesse douairière du Quesnoy [5], Marguerite de Bourgogne, mère de Jacqueline, Philippe le Bon proposa un nouveau marché.

Il laissait le choix à Jacqueline, soit elle lui cédait à titre définitif tous ses États, épargnant la vie de son nouvel époux, soit il exécuterait Frank van Borselen.

Jacqueline choisira sans hésiter la première proposition et un nouveau traité sera signé à La Haye, le 12 avril 1433, par lequel elle délaissa tous ses États, titres et droits, à son cousin Philippe, épargnant en contrepartie son quatrième époux, d’une exécution.

Elle et son époux ne conserveront que le titre de comtesse et comte d’Ostrevant et recevrons en compensation de Philippe le Bon, une modeste rente annuelle ponctionnée sur les revenus du comté d’Ostrevant [6].

Par cette renonciation de ses titres et de ses États, Jacqueline mit ainsi un terme à une certaine forme d’autonomie séculaire de ses comtés et seigneurie accumulés et gouvernés par ses aïeux. Ses États étant dorénavant fondus dans une centralisation d’États dits États bourguignons. Le couple sera relégué en Hollande méridionale au château de Teylingen [7], domaine des comtes de Hollande.

Frank, avec le temps, obtint à nouveau quelques faveurs de Philippe le Bon : il sera régulièrement envoyé en mission par son souverain. Jacqueline, minée par l’ennui, le climat humide et peut-être par la tuberculose, décéda de la phtisique dans son château de Teylingen en Hollande, en octobre 1436 : elle avait 36 ans. Frank van Borselen lui offrit de somptueuses funérailles.

Après la mort de Jacqueline en 1436, Frank van Borselen vécut encore à Teylingen où il mourut en 1470. Il semble être rentré définitivement en grâce auprès du duc de Bourgogne puisqu’il devint en 1445 chevalier de l’ordre de la Toison d’or [8]. Il ne se serait jamais remarié. Il fut enseveli à Sint-Maartensdijk [9], sur l’île de Tholen [10] en Zélande.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Vranck van Borselen/ Portail de la Bourgogne/ Catégories : Stathouder de Hollande/ Stathouder d’Utrecht/ Stathouder de Zélande/ Histoire de la Bourgogne

Notes

[1] Le traité de paix de Delft ou réconciliation de Delft est signé le 3 juillet 1428 entre Philippe le Bon, duc de Bourgogne, et la comtesse Jacqueline de Bavière. Philippe le Bon devient régent et héritier de la Hollande, Zélande, Hainaut et l’héritier des biens de Jacqueline. Tout mariage est interdit à la comtesse Jacqueline sans l’autorisation de son cousin. Par ce traité, Jacqueline : – reconnaît Philippe le Bon comme « ruwaert », c.-à-d., tuteur et héritier de ses États, si elle venait à décéder sans descendance ; – s’engage à ne pas lever d’armées ; – s’engage à ne pas quitter ses terres ; – s’engage à ne pas se marier sans autorisation. En compensation, elle reçoit en apanage le comté d’Ostrevant (en Hainaut). Elle épousera cependant un noble zélandais, Frank van Borselen, le chef du parti des Cabillauds sur lequel s’était appuyé jusque-là le duc de Bourgogne. Philippe le Bon réagit en apprenant ce mariage interdit cassant de fait le traité signé et s’empare des États de Jacqueline le 12 avril 1433 par le Traité de La Haye

[2] Goes est une ville des Pays-Bas en Zélande, sur la presqu’île de Beveland-du-Sud.

[3] La Zélande est une province maritime du sud-ouest des Pays-Bas, bordée à l’ouest par la mer du Nord, au sud par la frontière belge, à l’est par le Brabant-Septentrional et au nord par la Hollande-Méridionale. Les îles et presqu’îles qui constituent la Zélande sont : Beveland-du-Nord (Noord-Beveland, île), Beveland-du-Sud (Zuid-Beveland, presqu’île), Walcheren (presqu’île), Tholen (presqu’île), Sint Philipsland (presqu’île) et Schouwen-Duiveland (île). La partie continentale restante, la Flandre zélandaise (Zeeuws Vlaanderen), située sur la rive sud de l’Escaut occidental.

[4] Rupelmonde est une section de la commune belge de Kruibeke située en Région flamande dans la province de Flandre-Orientale. La localité est située sur la rive gauche de l’Escaut au confluent de la rivière Rupel.

[5] en Hainaut

[6] L’Ostrevant est un pays traditionnel du nord de la France entre la Flandre française et le Hainaut français. L’Ostrevant, ou les pays d’Ostrevant, est une région située en grande partie sur le département du Nord, le reste se situant dans le Pas-de-Calais. Elle a pour frontières la Scarpe au nord, l’Escaut et la Sensée à l’est et au sud. Sa capitale est Bouchain (Nord). Au Haut Moyen Âge, l’Ostrevant constituait un pagus (pagus Austrebantum) de la civitas des Atrébates. Ce pagus était compris entre l’Escaut et la Scarpe ; il s’avançait au sud-ouest jusqu’au Tronc-Bérenger (abbaye Saint-Nicolas d’Arrouaise). Sailly était la dernière localité de l’Ostrevent de ce côté. Il est possible que la Naville Tortue, qui se jette dans l’Escaut en amont de Bouchain, a été autrefois limite du côté du Cambrésis. Deux localités sur chacune des rives de ce ruisseau sont appelée Marcq et Marquette, mais la Sensée a été probablement considérée dans la suite comme la véritable frontière

[7] Le Château de Teylingen est un château hollandais dans la municipalité de Teylingen, à Voorhout, près de la limite de la commune de Sassenheim. Il est sans doute le donjon de la famille Van Teylingen, dont la famille Van Brederode descend directement. Le château a été construit à l’origine pour protéger la route reliant le nord et le sud du territoire hollandais. Plus tard, il est devenu le château des gardes pour les chasses des comtes de Hollande, à commencer par Guillaume II de Hainaut, comte de Hollande. L’un des habitants les plus connus du château était Jacqueline de Hainaut (qui y mourut) et son 4e mari Frank van Borselen.

[8] L’ordre de la Toison d’or, dit aussi la Toison d’or ou la Toison, est l’ordre de chevalerie le plus élevé et prestigieux de l’Espagne, fondé à Bruges (ville de l’État bourguignon) le 10 janvier 1430 par Philippe le Bon, duc de Bourgogne, à l’occasion de son mariage avec Isabelle de Portugal. Son premier chapitre se tient à Lille l’année suivante, en 1431, le port du collier devenant obligatoire le 3 décembre 1431. Le nom de l’ordre est inspiré du mythe grec de la Toison d’or, complété par l’histoire biblique de Gédéon (en référence à sa force spirituelle, comme indiqué sur la somptueuse tapisserie qui ornait les lieux de réunion des chapitres à partir de 1456). Dès lors l’ordre de la Toison d’or sera placé sous le patronage des deux personnages.

[9] Sint-Maartensdijk est un village appartenant à la commune néerlandaise de Tholen, situé dans la province de la Zélande.

[10] L’ancienne île de Tholen, aujourd’hui une presqu’île, est une des constituantes de la province de Zélande. Avec l’ancienne île de Sint Philipsland, elle forme la commune de Tholen.La presqu’île est entourée par : Le Krabbenkreek (ruisseau de crabe) entre les îles de Tholen et St. Philipsland. Les bras Mastgat et Keeten de l’estuaire de l’Escaut qui la séparent de Schouwen-Duiveland. L’Escaut oriental. Le Canal de l’Escaut au Rhin, à la frontière de la Zélande et du Brabant-Septentrional