Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jean-François Dandrieu ou d’Andrieu

mardi 22 février 2022, par ljallamion

Jean-François Dandrieu ou d’Andrieu (1682-1738)

Musicien, organiste, claveciniste et compositeur français

Jean-François Dandrieu est né dans une famille d’artisans d’art et de musiciens originaire d’Angers [1].

Enfant prodige, il joua du clavecin dès l’âge de 5 ans devant la princesse Palatine, duchesse d’Orléans, à la cour de Louis XIV, début d’une prestigieuse carrière de claveciniste [2] et d’organiste [3].

Il succéda en 1704 à Henry Mayhieux comme titulaire de l’orgue de l’église Saint-Merry [4], et participa en 1706 à un jury qui attribua à Rameau l’orgue de l’église de la Madeleine en la Cité [5] que celui-ci finit d’ailleurs par décliner. Il fut également organiste de l’église Saint-Barthélemy [6], où il succéda à son oncle Pierre Dandrieu , prêtre et organiste de Saint-Barthélemy qui publia vers 1714 un livre de noëls pour l’orgue et le clavecin. Sa sœur Jeanne-Françoise lui succéda à cette même tribune.

Il publia en 1718 un traité intitulé “Principes de l’Accompagnement du Clavecin”, ouvrage important pour la connaissance de la pratique musicale de son époque et accéda en 1721 à l’un des postes d’organiste de la Chapelle Royale, son successeur à ce poste fut Louis-Claude Daquin .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Brigitte François-Sappey, Jean-François Dandrieu (1682-1738), organiste du roy : contribution à la connaissance de la musique française de clavier, Paris : Picard, 1982 (ISBN 2-7084-0071-1)

Notes

[1] Angers est une commune de l’Ouest de la France située au bord de la Maine, préfecture du département de Maine-et-Loire. Capitale historique et place forte de l’Anjou, berceau de la dynastie des Plantagenêts, Angers est l’un des centres intellectuels de l’Europe au 15ème siècle sous le règne du « bon roi René ». La ville doit son développement comme son rôle politique et historique à sa position au niveau d’un point de convergence géologique, hydrographique, culturel et stratégique.

[2] Un claveciniste est un musicien qui joue du clavecin. Pour la période baroque, les clavecinistes dont les noms sont parvenus jusqu’à nous étaient également compositeurs. Le claveciniste est en principe à même d’interpréter des œuvres sur les autres instruments à clavier et à cordes pincées, tel le virginal. Certains clavecinistes jouent également de l’orgue (par exemple Gustav Leonhardt ou Davitt Moroney) ou du piano-forte (par exemple Jos van Immerseel).

[3] L’orgue est un instrument à vent multiforme dont la caractéristique est de produire les sons à l’aide d’ensembles de tuyaux sonores accordés suivant une gamme définie et alimentés par une soufflerie. L’orgue est joué majoritairement à l’aide d’au moins un clavier et le plus souvent d’un pédalier.

[4] L’église Saint-Merri (ou Saint-Merry) est une église catholique située à proximité du centre Georges-Pompidou au croisement de la rue Saint-Martin et de la rue de la Verrerie (au 76) dans le 4ème arrondissement de Paris. Le nom de Saint-Merri viendrait de l’abbé Saint-Médéric, mort en l’an 700, canonisé puis rebaptisé saint Merri par contraction. Les restes de ce saint reposent toujours dans la crypte de l’église.

[5] L’église de la Madeleine-en-la-Cité est une ancienne église de Paris située dans l’Île de la Cité. C’était à l’origine une synagogue construite au 9ème siècle, qui mesurait 31 mètres de long et 8 mètres de large. Après l’expulsion des juifs du royaume de France en 1182, et la confiscation de leurs biens, par Philippe Auguste, Maurice de Sully, évêque de Paris transforma, en 1183, la synagogue en église qui fut érigée en paroisse, la dernière créée dans l’Île de la Cité entre celles de Saint-Martial et de Saint-Pierre aux Bœufs dans le cadre de la réorganisation paroissiale par Maurice de Sully. Elle s’étendait sur la rue de la Juiverie et la rue des Marmousets

[6] aujourd’hui détruite, sur l’île de la Cité