Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Titus Flavius Clemens

lundi 2 août 2021, par ljallamion

Titus Flavius Clemens (vers 50-95)

Homme politique romain-Consul éponyme avec Domitien en 95

emblème consul Petit-neveu de l’empereur romain Vespasien, fils de Titus Flavius Sabinus consul en 69 , frère de Titus Flavius Sabinus consul en 82 et petit cousin des empereurs Titus et Domitien, il est principalement connu pour sa conversion au judaïsme ou son appartenance au christianisme primitif, qui entraîne un conflit avec le pouvoir établi en 95.

En 69, malgré la révolte des légions d’Orient et du Danube en faveur de Vespasien, Vitellius laisse en place le frère aîné de Vespasien, Titus Flavius Sabinus II, qui est alors préfet de Rome [1] depuis 12 ans.

Lorsque les partisans de Vitellius sont vaincus par Antonius Primus, Sabinus II négocie en décembre 69 l’abdication de Vitellius contre une retraite dorée en Campanie [2]. Mais Vitellius, poussé par les prétoriens et la populace, renonce à cette abdication. Des échauffourées au forum entre prétoriens et vigiles poussent Flavius Sabinus à se réfugier dans la forteresse sur la colline du Capitole [3].

Il est probable que Clemens et son frère Titus Flavius Sabinus ainsi que leur père Titus Flavius Sabinus III sont les liberi [4] que le frère de Vespasien a réussi à amener dans le Capitole fin décembre 69, accompagné de Domitien, âgé alors de 18 ans. Mais les vitelliens donnent l’assaut et dans la confusion qui s’ensuit, le Capitole et le temple de Jupiter sont incendiés. Flavius Sabinus II finit percé de coups et mis en pièces et son cadavre est décapité, mutilé et traîné aux Gémonies mais les deux jeunes hommes parviennent à s’enfuir avec Flavius Sabinus III.

Clemens était marié à Flavia Domitilla, fille de la sœur de Titus et de Domitien appelée Domitilla la Jeune pour la distinguer de sa mère Domitilla l’Aînée. Il est possible que le père de la femme de Titus Flavius Clemens ait été Quintus Petillius Cerialis Caesius Rufus.

En 95, Clemens a été désigné consul éponyme [5] avec l’empereur, probablement pour préparer ses fils à la succession. Il exerce sa fonction du 1er janvier au 1er mai.

Selon le Talmud [6], Clemens (Kelomenos dans le Talmud) est considérablement influencé par les sages juifs de son temps, en particulier Rabbi Akiba . Son premier contact avec lui a lieu sur un bateau lors d’un voyage sur la Méditerranée vers la côte italienne. Rabbi Akiba participe à une ambassade juive, partie livrer un cadeau au nouvel empereur Domitien. Un fort orage menace le bateau et le capitaine perd tout espoir.

Clemens amène son épouse sous le pont, et quand il revient, il voit Rabbi Akiba, ses mains levées vers le ciel, dire une prière à Dieu. Après qu’il fait sa prière, la mer redevient calme. Clemens se présente au Rabbi et lui offre ses services à Rome, mentionnant qu’il est un proche parent de l’empereur. À la cour de Domitien, Clemens défend Rabbi Akiba et ses compagnons car il s’avère que leur cadeau à l’empereurun coffre de terre est une insulte et ils sont condamnés à mort. Clemens explique que ce pourrait être de la terre bénite, semblable à celle que le patriarche juif Abraham a utilisée contre les quatre rois. Or, il y a eu des attaques récentes contre la forteresse romaine de Mogontiacum [7] capitale de Germanie supérieure [8]. Domitien décide de laisser les rabbins séjourner chez Clemens jusqu’à ce qu’il puisse prouver la valeur de la terre bénite.

Chez Clemens, Rabbi Akiba lui apprend ainsi qu’à son épouse, Flavie Domitille, le Dieu unique et les enseignements du judaïsme. La terre bénite permet le succès de l’empereur contre les Germains et celui-ci accorde des cadeaux précieux à la députation juive. Rabbi Akiba quitte Clemens dans de bonnes conditions.

Environ 15 ans plus tard, des citoyens romains juifs rappellent les rabbins, car l’empereur Domitien est devenu un despote et se proclame un dieu. Il prépare un édit ordonnant le massacre, dans l’Empire romain, des Juifs et donc des chrétiens, que les Romains considèrent alors comme une secte juive. Clemens et son épouse s’étant convertis au judaïsme, ils demandent spécialement la présence de Rabbi Akiba.

Quand les rabbins arrivent, Clemens les accueille et leur demande de passer la nuit chez Marcus Cocceius Nerva, un sénateur, qui succédera à Domitien après avoir planifié son assassinat avec Stephanus, un domestique de Clemens.

Cinq jours avant le vote de l’édit par le Sénat, l’épouse de Clemens, Flavia Domitilla, le convainc de se suicider afin de faire reporter le vote du Sénat, dans l’espoir que Dieu apporte un miracle avec ce nouveau délai. En effet, puisque Clemens est consul, s’il doit mourir, un autre consul doit être élu avant que le Sénat ne puisse prendre de nouvelles décisions. Cela prend longtemps pour élire un nouveau consul, et donc ce délai peut aider à sauver les Juifs. Le lendemain, Clemens va voir l’empereur Domitien et lui indique qu’il s’est converti au judaïsme. Le même jour, Domitien paraît devant le Sénat pour accuser le consul Flavius Clemens d’apostasie et de conversion au judaïsme. Clemens ne nie pas la charge et il est unanimement condamné à mort.

Avant de mourir, Flavius Clemens se circoncit lui-même et prend le nom de Ketiah bar Chalom.

Sa sépulture se trouve dans la Basilique Saint-Clément-du-Latran [9].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Titus Flavius Clemens (consul) »

Notes

[1] Le préfet de Rome ou préfet de la Ville est une magistrature romaine non collégiale et non élective, chargée de gouverner la ville. Si les historiens romains mentionnent durant la monarchie romaine et la République archaïque une délégation temporaire et épisodique pour défendre la ville en l’absence des titulaires du pouvoir, la préfecture de Rome n’est une magistrature réelle que sous l’Empire.

[2] La région de Campanie, plus couramment appelée la Campanie, est une région d’Italie méridionale. Elle fut associée au Latium, une des 11 régions de l’Italie romaine créées par l’empereur Auguste au 1er siècle av.jc Érigée en province à part entière au début du 4ème siècle au temps de l’empereur Dioclétien, la Campanie fut ensuite sous domination lombarde puis byzantine. Elle fut ensuite morcelée par l’indépendance que quelques-unes de ses villes adoptèrent.

[3] Le Capitole est l’une des sept collines de Rome. C’est le centre religieux de la ville avec le temple consacré à la triade Jupiter, Junon et Minerve. Par extension chaque cité romaine se doit d’avoir son Capitole.

[4] jeunes fils

[5] consul qui donne son nom à l’année

[6] Le Talmud est l’un des textes fondamentaux du judaïsme rabbinique et la base de sa Halakha (« Loi »). Rédigé dans un mélange d’hébreu et de judéo-araméen et composé de la Mishna et de la Guemara, il compile les discussions rabbiniques sur les divers sujets de la Loi juive telle qu’exposée dans la Bible hébraïque et son versant oral, abordant entre autres le droit civil et matrimonial mais traitant au détour de ces questions de points d’éthique, de mythes, de médecine, de génie et autres. Divisé en six ordres (shisha sedarim, abrégé Sha"s), il existe deux versions du Talmud, dites Talmud de Jérusalem et Talmud de Babylone.

[7] Mayence

[8] La Germanie supérieure, Germanie première ou Haute Germanie selon les auteurs et en latin Germania superior ou Germania prima est une province romaine établie en 84 par Domitien après les deux campagnes victorieuses autour de la haute vallée du Rhin, de la Nahe au lac de Constance, une grande partie de la Suisse, le Jura, la Franche-Comté et une partie de la Bourgogne. À l’est du Rhin se trouvaient les Champs Décumates, qui ne seront conquis que sous Domitien. Auparavant, la frontière entre res publica et barbaricum se situait sur le Rhin et le Danube.

[9] La Basilique Saint-Clément-du-Latran est une basilique religieuse catholique, située à Rome en Italie et dédiée à Clément 1er. Sur le site, se trouve un complexe de bâtiments sur plusieurs niveaux, dont 3 sont dégagés : le niveau archéologique inférieur date de l’empire romain, avec un mithraeum, dédié à Mithra et un autre bâtiment. Au-dessus, une église du 5ème siècle, détruite par les Normands. L’église actuelle est construite par-dessus cette dernière, peu avant l’an 1100 au cours du Haut Moyen Âge.