Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Jeanne d’Autriche ou Jeanne de Habsbourg

Jeanne d’Autriche ou Jeanne de Habsbourg

dimanche 15 juillet 2018

Jeanne d’Autriche ou Jeanne de Habsbourg (1535-1573)

Princesse espagnole

Fille de Charles Quint et d’Isabelle de Portugal, elle épouse en 1552 son cousin germain Jean-Manuel , prince héritier de Portugal. 18 jours après le décès de son mari, le 2 janvier 1554, naît leur enfant Sébastien 1er de Portugal.

Veuve à 19 ans, elle réclame en vain la régence au nom de son fils. Dans le conflit qui l’oppose à sa belle-mère et tante Catherine d’Espagne, les deux dames s’en remettent au roi d’Espagne et empereur germanique, Charles Quint, leur frère et père, qui tranche en faveur de sa sœur.

Jeanne se retire alors à Tordesillas [1], en Castille. Elle n’en gouverne pas moins le royaume d’Espagne durant les absences de Philippe II en Angleterre et en Flandres, entre les années 1554 et 1559.

Avant son veuvage, Jeanne était déjà en contact avec François de Borgia , jésuite [2], qui avait organisé pour les dames de sa cour des journées de retraite spirituelle. Après la mort de son mari, son penchant pour la vie spirituelle s’accentue. Borgia la guide dans la pratique des Exercices spirituels.

Jeanne demande à entrer dans la Compagnie de Jésus. Le cas est délicat, sinon exceptionnel, d’autres femmes avaient été admises, quelque 10 ans auparavant, mais Ignace de Loyola avait décidé dès 1547 de les délier de leurs vœux. Il demande conseil à une commission de cinq pères, le 26 octobre 1554. Leur avis est positif. Ignace en informe Jeanne. Reçue sous le pseudonyme masculin de Mateo Sánchez, elle prononce ses vœux de religion.

Même si elle ne vécut jamais dans une communauté jésuite, son style de vie austère, ses œuvres charitables et son engagement apostolique font preuve d’un esprit religieux évident. Elle soutient activement les œuvres jésuites et les défend contre les attaques du dominicain [3] Melchior Cano .

Son intervention permet la fondation du collège de Saragosse [4]. Elle envoie des étudiants au collège Romain [5] et intervient pour que la Compagnie de Jésus soit autorisée à ouvrir une résidence à Louvain [6], dans les Pays-Bas espagnols [7]. À la demande d’Ignace de Loyola, elle obtient du pape que Borgia ne soit pas fait cardinal.

Elle demeure la seule femme à avoir vécu en jésuite avec le rang de scolastique jusqu’à sa mort, le 7 septembre 1573.

P.-S.

Source : Généalogie des rois et des princes de Jean-Charles Volkmann Edit. Jean-Paul Gisserot (1998)

Notes

[1] Tordesillas est une localité de la province de Valladolid, située à 25 km au sud-ouest de la ville de Valladolid. À partir du bas Moyen Âge, la ville est le décor de nombreux évènements politiques. Un des plus emblématique est la signature du traité de Tordesillas en 1494 entre la couronne de Castille et celle du Portugal. Le traité met fin à la guerre de succession entre les deux royaumes et organise le droit de conquête et de navigation dans l’océan Atlantique.

[2] La Compagnie de Jésus est un ordre religieux catholique masculin dont les membres sont des clercs réguliers appelés « jésuites ». La Compagnie est fondée par Ignace de Loyola et les premiers compagnons en 1539 et approuvée en 1540 par le pape Paul III.

[3] L’ordre des Prêcheurs ou des Frères Prêcheurs, plus connu sous le nom d’ordre dominicain, est un ordre catholique né sous l’impulsion de saint Dominique en 1215. Il appartient, comme l’ordre des Frères mineurs ou franciscains, à la catégorie des ordres mendiants. Suivant la règle de saint Augustin, ainsi que ses propres Constitutions, en partie inspirées de celles des prémontrés, il s’est donné pour mission l’apostolat et la contemplation. Les dominicains sont des religieux mais pas des moines : ils ont la particularité de ne prononcer qu’un seul vœu, celui d’obéissance, dans les mains du maître de l’ordre (ou de son représentant), les vœux de pauvreté et de chasteté étant implicitement inclus. Ils ne font, par contre, pas vœu de stabilité comme les moines. Ils vivent dans des couvents et non dans des monastères. Leur vocation étant de prêcher, leurs couvents sont souvent situés dans de grandes villes.

[4] Saragosse est une ville espagnole, capitale de la province du même nom et de l’Aragon. Saragosse est située sur l’Èbre à mi-chemin entre Madrid et Barcelone, environ 300 kilomètres de chacune d’elles, et à 340 kilomètres de Valence. Un important traité fut signé à Saragosse (traité de Saragosse) en 1529 entre Espagnols et Portugais pour le partage des découvertes du Nouveau Monde.

[5] L’Université pontificale grégorienne, dite la Grégorienne, est une université pontificale romaine dirigée par les jésuites, et dépendant du Saint-Siège. La première école des jésuites fondée en 1551 par Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus, se situe via dell’Araceli, au versant du Capitole et se nomme le Collège romain. En 1581, le pape Grégoire XIII a voulu donner un nouveau siège au Collège des jésuites. Il confia donc à l’architecte Bartolomeo Ammannati la construction d’un nouvel édifice plus grand et non loin de l’ancien, inauguré le 28 octobre 1584. Le souverain pontife fut considéré comme le fondateur et père du Collège romain qui fut divisé en deux instituts : le Collège grégorien et l’Université grégorienne. Dans le nouveau siège, nommé le Collège romain, le nombre des disciplines enseignées avait nettement augmenté. En quelques années, le nombre d’étudiants dépassa les deux mille : la chapelle universitaire, ne réussissant plus à accueillir un aussi grand nombre, fut démolie et on construisit l’actuelle église Saint-Ignace-de-Loyola entre 1626 et 1650.

[6] Louvain est une ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande, chef-lieu de la province du Brabant flamand et chef-lieu de l’arrondissement qui porte son nom. Elle est arrosée par la Dyle, affluent du Rupel. Louvain devint le centre de commerce le plus important du duché entre le 11ème et le 14ème siècle.

[7] Les Pays-Bas espagnols étaient les États du Saint Empire romain rattachés par union personnelle à la couronne espagnole sous le règne des Habsbourgs, entre 1556 et 1714. Cette région comprenait les actuels Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, ainsi que des territoires situés en France et en Allemagne. La capitale était Bruxelles.