Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Pélagie d’Antioche dite sainte Pélagie

Pélagie d’Antioche dite sainte Pélagie

mardi 19 mai 2015, par ljallamion

Pélagie d’Antioche dite sainte Pélagie (vers 430-457)

Sainte Pélagie parmi ses courtisans, Nonnus priant pour elle (manuscrit du 14ème siècle).Née dans une famille d’Antioche [1], elle s’engagea dans une troupe de comédiennes à Antioche. Dotée d’une beauté extraordinaire, fière et vaine dans sa manière d’être, elle salissait son esprit et son corps dans l’impudicité [2]. Si elle passait en ville, c’était avec une ostentation telle qu’on ne voyait sur elle que soieries, or, argent, pierres précieuses ; partout où elle allait, l’air embaumait de toutes sortes de senteurs. Elle était précédée de parfums capiteux et suivie d’une foule immense de jeunes filles et de jeunes garçons revêtus, également, d’habits somptueux et tout à sa dévotion.

Entrée par hasard en 453 dans une église, pour s’en moquer, elle entendit un sermon du prêtre Nonnus [3] décrire la grande pécheresse Babylone ; elle se reconnut dans cette description et en fut bouleversée.

Aussitôt elle demanda le baptême. Trois jours après, elle distribua ses biens aux pauvres et partit vivre en solitaire dans un couvent de moines basiliens, sur le mont des Oliviers [4].

Là, afin de pouvoir accomplir sa mission, elle se fit passer pour un dénommé Pélage. Elle accueillait les visiteurs et leur parlait de Dieu afin de les convertir. Elle obtint ainsi de multiples conversions de jeunes bédouins et de voyageurs.

Espérant racheter sa vie passée, elle avait donc pris l’habit d’ermite, et habitait une petite cellule dans laquelle elle servit Dieu en pratiquant une rigoureuse abstinence. Elle jouissait d’une réputation extraordinaire, et on l’appelait frère Pélage.

Un jour d’octobre vers 457, un diacre vint frapper à sa porte. Mais comme personne ne lui répondait, il passa par la fenêtre et vit que Pélage était mort.

Il courut annoncer cela à son évêque, Nonnus qui vint, en plein désert, avec le clergé et les moines pour rendre les derniers devoirs à un si saint homme. Le voyage avait pris des semaines, mais quand on eut sorti le cadavre de la cellule, un corps si décharné mais si merveilleusement conservé, on s’aperçut que c’était une femme ! Tous furent remplis d’admiration, et rendirent grâces à Dieu. Ensuite ils ensevelirent le saint corps avec tous les honneurs..

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Louis Réau, Iconographie de l’art chrétien, Presses universitaires de France,‎ 1959,. (Tiré de : La vie des Premiers Saints, Anonyme)

Notes

[1] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay.

[2] Caractère de quelqu’un qui est impudique ; acte ou parole impudique.

[3] assimilé à Nonnus, évêque d’Edesse

[4] Le mont des Oliviers est une colline à l’est de Jérusalem ; il englobe en fait les deux collines situées immédiatement au nord de celle-ci. Le lieu est important pour les trois religions monothéistes.