Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Saint François de Sales

Saint François de Sales

mardi 1er janvier 2013

Saint François de Sales (1567-1622)

Prêtre et docteur de l’Eglise

Saint François de Sales Prêtre et docteur de l'Eglise

Sa famille genevoise est de vieille noblesse paysanne, catholique et de culture française. En dépit de l’opposition de son père, François, qui veut être clerc, est tonsuré dès 11 ans le 20 septembre 1578. C’est chez les jésuites du collège de Clermont à Paris qu’il poursuit ses études. En décembre 1586, il traverse une grave crise d’angoisse déclenchée par le débat autour de la prédestination qui oppose les humanistes chrétiens aux protestants luthériens ou calvinistes. A l’issue de la crise, il décide de se vouer sans réserve à l’amour de Dieu. C’est à Padoue, à l’université, qu’il obtient le titre de docteur tant en droit civil qu’en droit canonique. Le 18 décembre 1593 il est ordonné prêtre. L’année même où Henri IV entre à Paris, il part évangéliser le Chablais, au bord du lac Léman. En 1598, il devient coadjuteur de l’évêque de Genève. Il est reçu par le pape Clément VIII. Pendant toute l’année 1602 il fréquente à Paris les dévots qui entourent Mme Acarie. Le 8 décembre de cette même année, il est consacré évêque de Genève. Pour évangéliser il ne cesse lui-même de voyager, forme des prédicateurs et des missionnaires, anime des confréries religieuses, crée l’Académie florimontane, ouverte à tous.

C’est en 1609 qu’il publie “l’Introduction à la vie dévote”. L’année suivante, il fonde la congrégation de la Visitation, qui est érigée en ordre religieux en 1618 avec l’approbation du pape Paul V. Après avoir refusé de devenir coadjuteur à Paris, il ne cesse de voyager, à Lyon comme à Turin ou Avignon, pour continuer d’enseigner, convaincu que l’enseignement est le 8ème sacrement. Le “Traité de l’amour de Dieu”, qu’il publia en 1616 à l’attention, selon ses propres mots, des “âmes avancées en la dévotion”, illustre sa certitude que l’ignorance est pareille à la malice.