Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Domenikos Theotokopoulos dit El Greco

Domenikos Theotokopoulos dit El Greco

dimanche 9 décembre 2012

Domenikos Theotokopoulos dit El Greco (1541-1614)

Peintre espagnol

Domenikos Theotokopoulos dit El Greco Peintre espagnol

D’origine crétoise appartenant au courant maniériste. Domenikos Theotokopoulos, dit El Greco, est né à Candie, en Crète. À cette époque, en Crète, on pratiquait une peinture vénéto-byzantine dont il reprit parfois l’esthétique épurée et spiritualiste. On ne sait rien de sa formation avant son arrivée à Venise vers 1566 où il collabora à l’atelier de Titien jusqu’en 1570. Son intérêt pour la peinture du Tintoret est visible dès ses premières œuvres vénitiennes, comme la “Guérison de l’aveugle”. Son travail subit une profonde évolution lors de son séjour à Rome, de 1570 à 1576, pendant lequel il côtoya les maniéristes tardifs comme Sermoneta, Taddeo Zuccari et surtout Muziano. Outre une “Annonciation” vers 1575, l’œuvre la plus caractéristique de cette période reste “le Christ chassant les marchands du Temple” vers 1570-1575.

À Rome, il rencontra plusieurs artistes espagnols associés à l’église de Tolède, qui semblent l’avoir persuadé de se rendre en Espagne, où la décoration de l’Escorial était en chantier. En 1576, il quitta l’Italie et, après un bref séjour à Madrid, il arriva à Tolède au printemps de l’année 1577. Il commença rapidement à travailler sur ses premières commandes espagnoles, réalisant pour l’église de Saint Domingo el Antiguo. Il contribua de façon épisodique aux commandes artistiques du roi Philippe II qui achevait en 1582 les travaux du monastère palais royal de l’Escorial, près de Madrid.

Il travailla également pour la cathédrale de Tolède avec “le Christ dépouillé de sa tunique”. Durant cette époque, il composa surtout des œuvres d’inspiration religieuse, comme le “Christ portant la croix”.

En 1586, il peignit l’un de ses plus grands chefs-d’œuvre, “l’Enterrement du comte d’Orgaz”, pour l’église de Santo Tomé à Tolède. El Greco était un peintre lettré, ami des poètes Luis de Góngora et Fray Hortensio, Felix de Paravicino, dont il peignit le portrait vers 1610. Il peignit également une vue de la ville de Tolède, aux couleurs sombres et au caractère assez topographique, et un “Saint Martin” partageant son manteau avec un pauvre. El Greco mourut à Tolède le 7 avril 1614, et fut enterré à Santo Domingo el Antiguo. Son travail avec celui de Goya et de Velázquez, représente le point culminant de l’art espagnol.