Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Qu Yuan

samedi 16 octobre 2021, par ljallamion

Qu Yuan (340 av. jc-278 av. jc)

Poète chinois du royaume de Chu

Ses poèmes constituent une partie des Chants de Chu [1]. La biographie de Qu Yuan est connue à la fois par les Mémoires historiques de Sima Qian et par ses propres poèmes.

D’après Sima Qian, Qu Yuan descend de la maison royale de Chu [2] et a été secrétaire du roi Huai .

En butte aux intrigues d’un autre conseiller, Shang Guan, Qu est renvoyé par Huai. Cet événement est à l’origine de l’écriture du Li sao [3].

Après la capture de Huai, qui avait négligé les conseils de Qu, par le royaume de Qin [4], Qu est exilé par son successeur Qingxiang, fils aîné de Huai, là encore en raison des manœuvres de Shang Guan. Qu se suicide par noyade dans la rivière Miluo [5], après la défaite du royaume de Chu par les Qin.

Sa mort est commémorée lors de la fête du Double Cinq [6].

Qu est l’initiateur de la poésie personnelle chinoise. Dans la tradition lettrée postérieure, il est le modèle du poète moral et patriote.

Certains sont influencés par le chamanisme, notamment le Li sao, le premier long poème de la poésie chinoise, et les Neuf Chants. “Le Tian wen, ou Questions au Ciel”, est constitué d’une série de questions dont les réponses ne sont pas données et évoque de nombreux mythes et événements de l’Antiquité. Ses vers sont de quatre syllabes.

D’autres poèmes sont d’inspiration taoïste [7] et ont pour thème la retraite hors du monde.

Les Annales des Han antérieurs lui attribuent 25 fu [8], désormais perdus

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Jacques Pimpaneau, Chine : Histoire de la littérature, Arles, Éditions Philippe Picquier, 1989 (réimpr. 2004)

Notes

[1] Les Chants de Chu ou Élégies de Chu sont une anthologie de 17 poèmes ou séries de poèmes. Pour moitié ils sont originaires du royaume de Chu et datent des 4ème et 3ème siècles av. jc, à l’époque des Royaumes combattants.

[2] Chu ou l’état de Chu était un État des périodes des Printemps et Automnes et des Royaumes combattants, établi sur le fleuve Yangzi. Chu a été annexé par les Qin en 223 av. jc. La maison royale de Chu à l’origine portait le nom ancestral Nai et le nom de clan Yan mais ceux-ci sont devenus plus tard Mi et Xiong.

[3] Tristesse de la séparation

[4] L’État de Qin ou Ts’in apparaît au début de la dynastie des Zhou Orientaux, dans la vallée de la Wei (actuelle province du Shaanxi). État semi-barbare aux confins occidentaux de la Chine des Zhou, son influence s’accroît au cours de la période des Printemps et des Automnes et surtout des Royaumes combattants, à la fin de laquelle le roi de Qin, ayant annexé ses six principaux rivaux (Qi, Chu, Han, Yan, Zhao, et Wei) fonde la dynastie Qin. La famille régnante du Qin portait le nom de Ying

[5] La rivière Miluo est une rivière, affluent du Yangzi, qui coule dans les provinces chinoises du Hunan et du Jiangxi. Ce cours d’eau, long de 253 kilomètres, est formé par la confluence au niveau de la ville de Daqiuwan de deux rivières, la Mi et la Luo (la Mi étant le cours d’eau principal). La rivière Miluo se jette dans le lac Dongting qui recueille les eaux de différentes autres rivières et se jette lui-même dans le Yangzi. Le bassin versant a une superficie de 5543 km².

[6] le cinquième jour du cinquième mois, appelée généralement Duanwu Jie en chinois et Fête des bateaux-dragons en français

[7] Le taoïsme est un des trois piliers de la philosophie chinoise avec le confucianisme et le bouddhisme, et se fonde sur l’existence d’un principe à l’origine de toute chose, appelé « Tao ». Plongeant ses racines dans la culture ancienne, ce courant se fonde sur des textes, dont le Tao Tö King de Lao Tseu, le Lie Tseu et le Zhuāngzi de Tchouang Tseu, et s’exprime par des pratiques qui influencèrent de façon significative tout l’Extrême-Orient, et même l’Occident depuis le 20ème siècle.

[8] Le fu est une sorte de poème en prose d’une grande richesse de vocabulaire, qui se caractérise par des phrases parallèles et des thèmes surtout descriptifs. C’est le style littéraire le plus caractéristique de la dynastie Han, et le genre persiste jusqu’au 9ème siècle.