Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Auxence de Milan ou Auxentius

Auxence de Milan ou Auxentius

dimanche 20 octobre 2019

Auxence de Milan ou Auxentius (mort en 374)

Théologien arien-Évêque de Milan de 355 à sa mort

Né en Cappadoce [1], en raison de son adhésion à l’arianisme [2], Auxence est considéré comme hérétique par l’Église catholique et son nom n’est pas inscrit dans la liste des évêques du diocèse telle qu’elle figure dans la cathédrale de Milan.

Sa date de naissance demeure inconnue. Il est seulement établi qu’Auxence fut ordonné prêtre en 343 par Grégoire de Cappadoce, l’évêque arien d’Alexandrie [3].

Opposant au credo de Nicée [4], Auxence fut attaqué par Hilaire de Poitiers, dont le“ Liber contra Auxentium” est la principale source à son sujet.

Il se peut qu’Auxence ait été le maître d’ Helvidius .

En 372, le pape Damase 1er réunit un synode pour condamner l’hérésie d’Auxence, qui resta cependant jusqu’à sa mort à Milan, où Ambroise lui succéda.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Paul Veyne, Quand notre monde est devenu chrétien, Bibliothèque Albin Michel Idées, 2007

Notes

[1] La Cappadoce est une région historique d’Asie Mineure située dans l’actuelle Turquie. Elle se situe à l’est de la Turquie centrale, autour de la ville de Nevşehir. La notion de « Cappadoce » est à la fois historique et géographique. Les contours en sont donc flous et varient considérablement selon les époques et les points de vue.

[2] L’arianisme est un courant de pensée théologique des débuts du christianisme, due à Arius, théologien alexandrin au début du 4ème siècle. La pensée de l’arianisme affirme que si Dieu est divin, son Fils, lui, est d’abord humain, mais un humain disposant d’une part de divinité. Le premier concile de Nicée, convoqué par Constantin en 325, rejeta l’arianisme. Il fut dès lors qualifié d’hérésie par les chrétiens trinitaires, mais les controverses sur la double nature, divine et humaine, du Christ (Dieu fait homme), se prolongèrent pendant plus d’un demi-siècle. Les empereurs succédant à Constantin revinrent à l’arianisme et c’est à cette foi que se convertirent la plupart des peuples germaniques qui rejoignirent l’empire en tant que peuples fédérés. Les wisigoths d’Hispanie restèrent ariens jusqu’à la fin du 6ème siècle et les Lombards jusqu’à la moitié du 7ème siècle.

[3] Alexandrie est une ville en Égypte. Elle a été fondée par Alexandre le Grand en 331 av.jc. Dans l’Antiquité, elle a été la capitale du pays, un grand centre de commerce (port d’Égypte) et un des plus grands foyers culturels hellénistiques de la mer Méditerranée centré sur la fameuse bibliothèque, qui fonda sa notoriété. C’est actuellement la deuxième ville la plus peuplée du pays après Le Caire. La ville d’Alexandrie est située à l’ouest du delta du Nil, entre le lac Maréotis et l’île de Pharos. Cette dernière était rattachée à la création de la ville par l’Heptastade, sorte de digue servant aussi d’aqueduc, qui a permis non seulement l’extension de la ville mais aussi la création de deux ports maritimes.

[4] Le symbole de Nicée est une profession de foi chrétienne qui en résume les points fondamentaux. Il fut promulgué lors du concile de Nicée de 325 et complété lors du concile de Constantinople de 381 : de là l’expression « symbole de Nicée-Constantinople » qui sert parfois à la désigner. L’essentiel des affirmations du symbole de Nicée est partagé par les confessions chrétiennes majoritaires, à savoir le catholicisme, l’orthodoxie et la plupart des églises issues du protestantisme.