Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Matthias Hoë von Hoënegg

Matthias Hoë von Hoënegg

vendredi 11 janvier 2019, par ljallamion

Matthias Hoë von Hoënegg (1580-1645)

Théologien luthérien allemand

Matthias Hoë de Hoënegg, gravure de Sebastian Furck (1650)Il était partisan de rompre avec l’empereur Ferdinand II lors de la réunion organisée à Leipzig [1] en février 1631 par Jean Georges 1er de Saxe suite à l’Édit de restitution [2] promulgué en 1629

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Matthias Hoë von Hoënegg/ Portail du protestantisme/ Théologien luthérien

Notes

[1] Leipzig est une ville-arrondissement d’Allemagne centrale, au nord-ouest du Land de Saxe. En 1409 est fondée l’université de Leipzig, l’Alma Mater Lipsiensis (la mère nourricière lipsienne), une des plus anciennes universités d’Allemagne. En 1497, l’empereur Maximilien 1er étend les privilèges des (désormais trois) marchés annuels, en en faisant des foires impériales ; concrètement, aucune ville dans un rayon d’environ 115 km n’a le droit d’organiser des foires. Fortes de ce droit, les trois foires de Leipzig se développent considérablement jusqu’à devenir les plus importantes d’Allemagne au 18ème siècle devançant celles de Francfort-sur-le-Main. Il s’agit des foires du Nouvel An, de Pâques, et de la Saint-Michel. Au 18ème siècle, constituant une véritable plateforme commerciale où s’échangent des marchandises de l’Europe occidentale, centrale, et orientale, de l’Empire russe et même de la Perse (par l’intermédiaire des marchands juifs de la Pologne-Lituanie).

[2] Fort des succès obtenus contre le Danemark et qui conduiront au cours de la guerre de Trente Ans à la paix de Lübeck, l’empereur Ferdinand II promulgue, sans consulter la Diète, l’édit de restitution qui stipule que tous les évêchés et couvents relevant directement de l’Empire et confisqués par les protestants depuis la paix religieuse de 1555 doivent être restitués, de même que les biens sécularisés depuis le traité de Passau en 1552. Cette décision religieuse a de profondes répercussions : dépendance politique des évêques catholiques par rapport à l’empereur, renforcement de la puissance de ce dernier, remaniement territorial par la révision des situations acquises depuis trois quarts de siècle. L’édit de restitution suscite contre l’empereur une opposition, aussi bien catholique que protestante, qui, à la Diète de Ratisbonne de 1630, obtient le renvoi de Wallenstein.