Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Catherine de Rohan

lundi 7 mai 2018

Catherine de Rohan (vers 1425-après 1471)

Elle épouse le 22 avril 1429 Jacques de Dinan, chevalier banneret [1], seigneur de Beaumanoir [2], de Montafilant [3], et du Bodister [4], capitaine de Josselin [5], gouverneur de Sablé [6], grand bouteiller de France [7]

En seconde noce, elle épouse le 20 septembre 1447 Jean 1er d’Albret, vicomte de Tartas [8] fils de Charles II d’Albret , comte de Dreux [9], et d’ Anne d’Armagnac .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Alain IX de Rohan/ Unions et descendance/Catherine de Rohan

Notes

[1] Le banneret est un jeune noble qui, ayant déjà acquis des fiefs (par héritage, mariage ou autrement), se présente à l’armée avec plusieurs vassaux sous sa bannière. C’est un titre de noblesse tombé en quasi-désuétude. Les chevaliers bannerets apparaissent sous Philippe Auguste. C’était d’abord un titre militaire. La création des chevaliers bannerets permettait aux chefs d’armées de regrouper leurs troupes dans des unités placées autour de bannières. Le titre de banneret était accordé à des seigneurs d’importance qui n’étaient pas obligatoirement des barons, des comtes ou des ducs, mais « puissant de lainage, de terre et de mise » (Chroniques de Jean II). Un banneret pouvait être accompagné de quelques dizaines de combattants placés sous ses ordres. Quand il était chevalier, c’était un chevalier banneret. S’il n’était qu’écuyer, c’était un écuyer banneret.

[2] *Le château de Beaumanoir est édifié par la Famille de Beaumanoir au 13ème siècle. Après avoir été détruit au 16ème siècle lors des guerres de la Ligue, il est reconstruit en 1628 par la Famille Peschart

[3] Ce château médiéval, construit par les vicomtes de Dinan, est en partie détruit. Cependant, une partie reste visitable librement. Le site du château, un promontoire au milieu d’une vallée encaissée, a peut-être été utilisé comme oppidum à l’époque pré-romaine. L’édifice, en forme de triangle flanqué de sept tours, a été remanié au 14ème siècle. À la fin du 15ème siècle, il a été abandonné et a servi de carrière de pierre. On y a découvert une statue de sainte Agathe avec, à ses côtés, un chevalier et une dame du 13ème siècle.

[4] Plourin-lès-Morlaix [pluʁɛ̃ lɛ mɔʁlɛ] est une commune du département du Finistère. La famille des "Guicazou" (ou "Guicaznou"), originaire de Plougasnou, dès les premiers temps de l’immigration bretonne en Armorique au milieu du 6ème siècle, fonda la forteresse de Bodister. À la fin du 12ème siècle, les Guicazou transmirent par alliance la forteresse aux Dinan de Montafilant. Cette seigneurie fut un temps jusqu’au début du 17ème siècle la plus puissante du Trégor. La réformation de 1535 cite encore "la maison forteresse de Bodister", mais elle dut être démolie pendant les guerres de la Ligue car un texte du début du 17ème siècle parle de "l’emplacement de l’ancien château de Bodister". L’ancien rempart, réduit à moins de 2 mètres de haut, sert désormais de talus. Parmi les seigneurs de Bodister, l’histoire a retenu entre autres Françoise de Dinan (1436-1499) même si elle ne vécut jamais à Bodister. Fille unique de Jacques de Dinan, chevalier banneret, seigneur de Beaumanoir, de Montafilant, et du Bodister, capitaine de Josselin, gouverneur des ville et Château de Sablé, grand bouteiller de France, chambellan de Bretagne mort le 30 avril 1444, et de Catherine de Rohan, elle fut promise à peine sortie du berceau à François de Laval, seigneur du Gâvre, qui devint par la suite comte de Laval sous le nom de Guy XV.

[5] Le château de Josselin est situé à Josselin, commune française du département du Morbihan en Bretagne. Réalisé entre 1490 et 1505 en reprenant bon nombre d’éléments issus du style Louis XII.

[6] Le château de Sablé est un château reconstruit au 18ème siècle bâti au bord de la Sarthe, sur la commune française de Sablé-sur-Sarthe, dans le département de la Sarthe. Un château fort dont il ne reste que des vestiges est attesté dès le 10ème siècle. Le logis qui avait été reconstruit au 15ème ou au 16ème siècle a lui aussi été détruit.

[7] Le grand bouteiller de France était l’un des grands officiers de la couronne de France pendant l’Ancien Régime. Le grand bouteiller était l’héritier du bouteiller du Moyen Âge. Dans le royaume de France sous la dynastie capétienne, le bouteiller perd sa fonction de gestion des approvisionnements de la cour, rôle désormais dévolu à des échansons. Il est désormais chargé d’administrer le vignoble du domaine royal, fonction pour laquelle il perçoit une redevance sur certaines abbayes fondées par le roi. Le bouteiller est alors un des principaux officiers de la cour : il atteste très souvent les chartes royales. À partir du 14ème siècle, le bouteiller porte le titre de Grand bouteiller de France, et la fonction devient purement honorifique. Au 16ème siècle, il est l’un des personnages les plus importants de l’État. Puis, tout comme le grand maître de France, sa charge eut de moins en moins d’importance politique et devint de plus en plus honorifique. La fonction fut supprimée à la Révolution.

[8] Tartas est une commune française située dans le département des Landes. À partir de la fin du 10ème siècle, la ville est administrée par les vicomtes de Tartas qui se succèdent jusqu’au début du 14ème siècle. Par le mariage de la fille unique du dernier vicomte de Tartas et de Dax, avec Amanieu V, sire d’Albret, de la Maison d’Albret, les titres des deux vicomtés passèrent dans la Maison d’Albret. Le siège et la prise de Tartas ont lieu en 1338. On les doit au comte de Foix sous la bannière de Philippe VI de France. Le Voyage de Tartas en juin 1442 est une expédition menée par Charles VII de France accompagné du dauphin pour délivrer la ville assiégée par les Anglais. Charles II d’Albret qui défendait cette place avait conclu avec les Anglais de la leur céder si le secours de Charles VII n’était pas arrivé le 24 juin 1442. Le roi arriva à temps et l’expédition fut une réussite.

[9] Le comté de Dreux est un ancien comté de France, nommé d’après la ville de Dreux, sa capitale, située au nord du pays chartrain, sur les confins de la Normandie et de l’Île-de-France, et dépendait originairement du duché de Normandie.