Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Pierre Daniel Huet

mercredi 12 décembre 2012, par ljallamion

Pierre Daniel Huet (1630-1721)

Évêque d’Avranches

Né à Caen, issu d’une famille d’origine protestante, il fait ses études au collège des Jésuites de Caen. Il étudie également auprès du pasteur Samuel Bochart. À l’âge de vingt ans, il est déjà reconnu comme un des savants les plus prometteurs de son temps. Installé à Paris, il se lie d’amitié en 1651 avec le conservateur de la bibliothèque Mazarine, Gabriel Naudé et suit, l’année suivante, Samuel Bochart à la cour de la reine Christine de Suède. Il visite Leyde, Amsterdam, Copenhague et Stockholm, où il découvre dans la bibliothèque royale des fragments du Commentaire sur Saint Matthieu d’Origène, qu’il publie en 1668.

À son retour en France, il fonda l’Académie physique de Caen en 1662, et comme il s’était déjà fait connaître par quelques ouvrages d’une rare érudition, il fut adjoint à Bossuet en qualité de sous précepteur pour l’éducation du dauphin en 1670. Ce fut alors qu’il traça le plan et dirigea l’exécution des belles éditions latines dites du dauphin. Il fut reçu à l’Académie française en 1674, obtint l’abbaye d’Aunay en 1678. Entré dans les ordres en 1684, il est nommé à l’évêché de Soissons en 1685 avant de permuter en 1692, lassé d’attendre son intronisation, avec l’évêque d’Avranches Fabio Brulart de Sillery. et devint évêque d’Avranches en 1689.

En 1699, il échange cet évêché contre l’abbaye de Fontenay, dont il finit par se démettre pour passer les 20 dernières années de sa vie dans la Maison Professe des Jésuites à Paris. Son goût pour les mathématiques le conduit à l’étude de l’astronomie, puis de l’anatomie, domaine où sa myopie l’oblige à s’intéresser presque exclusivement aux questions de la vue et de la formation de l’œil. Il se tourne ensuite vers la chimie et rédige un poème en latin sur le sel.

Parmi ses ouvrages on peu citer Censura philosophiæ cartesianæ où il se montre un des plus grands adversaires de la métaphysique cartésienne, Traité philosophique de la faiblesse de l’esprit humain qui l’a fait ranger parmi les sceptiques. Le roi racheta pour la Bibliothèque royale sa grande bibliothèque et ses manuscrits, qu’il avait légués aux Jésuites.