Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Walram II ou Waléran II de Limbourg dit le Payen

Walram II ou Waléran II de Limbourg dit le Payen

dimanche 11 avril 2021, par ljallamion

Walram II ou Waléran II de Limbourg dit le Payen (vers 1085-1139)

Duc de Limbourg-Comte d’Arlon de 1119 à 1139-Duc de Basse Lotharingie de 1128 à 1139

carte de la LotharingieFils d’Henri 1er, duc de Limbourg [1] et de Basse Lotharingie [2], et d’Adélaïde de Pottenstein.

En 1101, son père avait reçu de l’empereur, Henri IV, le duché de Basse Lotharingie, mais en 1106, l’empereur Henri V le lui avait retiré pour le donner à Godefroy 1er de Louvain. Il en avait résulté une haine entre les familles de Limbourg [3] et de Louvain [4].

Il épousa vers 1110 Jutte de Gueldre dame de Wassenberg [5], fille de Gérard 1er de Gueldre dit Flaminius , comte de Gueldre [6].

Henri V mourut en 1125, et le nouvel empereur Lothaire II ou Lothaire de Supplinbourg retira la Basse Lotharingie à Godefroy de Louvain, pour la donner à Waléran. Évidemment, Godefroy ne voulut pas céder le duché et empêcha Waléran d’exercer ses nouvelles fonctions.

Le différend dégénéra rapidement en lutte armée, à l’occasion de troubles à propos de l’abbaye de Saint-Trond [7]. En 1129, Waléran et l’évêque de Liège [8], Alexandre de Juliers , défirent Godefroy à Wilderen [9]. Plus tard les deux rivaux se réconcilièrent, mais Godefroy continua à porter le titre de duc de Basse Lotharingie.

Après la mort de Walram, la Basse Lotharingie fut rendue au fils de Godefroy de Louvain, également prénommé Godefroy.

À la mort de Lothaire II, Waléran soutint l’élection de Conrad III de Hohenstaufen et lui resta fidèle. En 1129, il devint avoué et maître forestier de Duisbourg [10].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de M. Yans, « Waleran II, dit Payen », Académie royale de Belgique, Biographie nationale, vol. 27, Bruxelles,‎ 1938

Notes

[1] Le duché de Limbourg est fondé en 1101, succédant ainsi au Comté de Limbourg. Les comtes de Louvain, de leur côté conservèrent le duché et s’intitulèrent duc de Brabant. De cette période vint une opposition farouche entre les ducs de Brabant et les ducs de Limbourg, qui perdura jusqu’en 1191. Par mariage les ducs de Limbourg furent brièvement comtes de Luxembourg et comte de Berg. La dernière comtesse de Limbourg de la maison de Waléran fut Ermengarde, morte sans enfant en 1283. Son époux Renaud 1er de Gueldre obtint de l’empereur Rodolphe de Habsbourg, le droit de conserver le duché à titre viager, mais son cousin Adolphe V de Berg le lui contesta. N’ayant pas les moyens de faire valoir ses droits par les armes, il vendit ses droits à Jean 1er le Victorieux, duc de Brabant, qui occupa le duché après la bataille de Worringen en 1288. Il fut généralement désigné, avec le Comté de Dalhem également sous domination brabançonne, sous le nom de pays d’Outremeuse (territoires situés au-delà de la Meuse, en rive droite, par rapport au Brabant).

[2] Le duché de Basse Lotharingie est la partie nord de la Lotharingie. Avec le temps, il sera appelé duché de Lothier. Ce duché est créé en 959, en même temps que la Haute Lotharingie, de la division du duché de Lotharingie. C’est Brunon de Cologne qui procède au partage et donne la Basse Lotharingie au vice duc Godefroy. La Basse Lotharingie telle qu’elle a été instaurée à cette époque n’empiétait pas au sud sur les territoires du diocèse de Trèves. L’ancienne Frise y était encore comprise. La Basse Lotharingie s’étendait donc de l’Escaut à l’Ems et de la mer du Nord jusqu’à l’extrémité méridionale de la province de Cologne.

[3] La maison de Limbourg apparaît au milieu du 11ème siècle avec Waléran 1er, comte de Limbourg

[4] La maison de Louvain est une famille noble d’origine de Louvain.

[5] Wassenberg est une ville de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne), située dans l’arrondissement de Heinsberg, dans le district de Cologne, dans le Landschaftsverband de Rhénanie.

[6] Le comté de Gueldre, devenu à la fin du 12ème siècle duché de Gueldre est un ancien duché du Saint Empire romain germanique. Au début du 16ème siècle, il fut incorporé dans le Cercle de Bourgogne et se trouve actuellement dans les Pays-Bas. Le Gueldre fut érigé en comté en 1079, puis en duché en 1339. Par mariage, il passe aux maisons de Juliers en 1371, puis d’Egmont en 1423. Charles le Téméraire oblige le duc Adolphe à lui vendre le duché en 1471, mais Maximilien 1er de Habsbourg, gendre du Téméraire, rendra le Gueldre au fils d’Adolphe, Charles. À la mort du duc Charles et en dépit des prétentions de sa sœur Philippe, épouse du duc de Lorraine René II, Charles Quint attribue le duché à Guillaume de Clèves, mais le reprend en 1543 et l’intègre dans les Pays-Bas espagnols.

[7] L’abbaye de Saint-Trond, située au cœur de la ville belge de Saint-Trond, fut un monastère de moines bénédictins. D’origine mérovingienne et fondé vers 657 par saint Trond sous la forme d’un prieuré, le monastère fut ravagé par les Normands puis relevé 50 ans plus tard. Il adopta la règle de saint Benoît en devenant abbaye au 9ème siècle. L’abbaye fut réputée pour les pèlerinages qu’elle permettait, et, devenue florissante, elle attira une population qui forma le bourg aujourd’hui appelé Saint-Trond.

[8] La principauté épiscopale de Liège était un État du Saint Empire romain, compris dans le Cercle de Westphalie, ayant pour capitale la ville de Liège. C’est en l’an 985 que naît la principauté épiscopale. C’est à cette date que Notger, déjà évêque de Liège depuis 972, devient prince-évêque en recevant le comté de Huy. Cet État a existé pendant plus de 800 ans, jusqu’à la révolution liégeoise en 1789.

[9] Wilderen est une section de la ville belge de Saint-Trond située en Région flamande dans la province de Limbourg.

[10] Duisbourg est une ville indépendante d’Allemagne, située dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et dans le district de Düsseldorf.