Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 18ème siècle en France > Personnages du 18ème siècle > Baltaji Mehmet Pacha ou Pakçemüezzin Baltacı Mehmet Pacha dit Baltadji

Baltaji Mehmet Pacha ou Pakçemüezzin Baltacı Mehmet Pacha dit Baltadji

vendredi 15 mai 2020, par ljallamion

Baltaji Mehmet Pacha ou Pakçemüezzin Baltacı Mehmet Pacha dit Baltadji (1662-1712

Homme d’État ottoman-Grand vizir de l’empire ottoman de 1704 à 1706-Kapudan en 1704

Né à Osmancık [1], près de Çorum [2]. Il était d’origine turque. Il s’est rendu en Afrique du Nord, qui était alors un territoire ottoman. Il vint ensuite à Constantinople [3], la capitale de l’empire, où il trouva un emploi de baltacı [4] dans le palais du sultan.

Il a également travaillé comme secrétaire et muezzin [5] et lui a valu le surnom de pakçemuezzin. Bientôt, il fut promu imrahor [6] puis Kapudan Pasha [7] en 1704. Le 25 décembre 1704, il devint grand vizir [8].

Son premier mandat de grand vizir n’a pas été remarquable et en 1706, il fut démis de ses fonctions. En 4 ans à peine, il a été nommé à trois reprises dans diverses provinces isolées, notamment Erzurum [9], l’île de Chios [10] et Alep [11] en Syrie. Le 18 août 1710, il entame son second mandat de grand vizir.

Son second mandat est assez connu. En 1709, au cours de la Grande Guerre du Nord [12], Charles XII de Suède avait été vaincu par les Russes lors de la bataille de Poltava [13] et s’était réfugié en territoire ottoman. Pierre 1er de Russie était à sa poursuite.

L’empire ottoman déclara la guerre à la Russie . Baltaji Mehmet fut nommé serdar [14] de l’armée. Il a réussi à encercler l’armée russe près de la rivière Pruth [15], obligeant Pierre 1er à poursuivre les négociations pour obtenir la paix. Le Traité de Pruth [16] stipulait le retour de la forteresse Azov [17], annexé par la Russie par le traité de Karlowitz [18], aux Ottomans ; plusieurs forteresses russes devaient être démolies ; Pierre 1er a promis de ne pas s’immiscer dans les affaires du royaume polonais-lituanien et Charles XII s’est vu accorder le droit de se rendre librement dans son pays.

Certains contemporains, comme Voltaire dans son livre Pierre le Grand , ont rapporté que Mehmet Pacha était impliqué dans une affaire avec la future impératrice Catherine 1ère de Russie , alors épouse de Pierre.

Entourée par un nombre écrasant de troupes turques, Catherine suggéra, avant de se rendre, que ses bijoux et ceux des autres femmes soient utilisés pour tenter de corrompre Baltaji Mehmet Pacha afin de permettre une retraite.

Mehmet a autorisé la retraite, qu’elle soit motivée par le pot-de-vin ou par des considérations de commerce et de diplomatie.

L’histoire de la relation de Mehmet Pacha avec Catherine 1ère et de sa condamnation par l’exil a fait l’objet de plusieurs ouvrages littéraires en Turquie et en Russie.

Bien que la réaction initiale du sultan Ahmet III au traité soit satisfaisante, les rivaux politiques de Baltaji Mehmet Pacha, ainsi que Charles XII et Devlet II Giray , le vassal khan de Crimée [19], ne sont pas satisfaits des conditions.

Il fut accusé d’avoir accepté le pot-de-vin de Pierre 1er de Russie par l’intermédiaire de Catherine et fut démis de ses fonctions le 20 novembre 1711.

Baltaji fut exilé dans les îles grecques de Lesbos [20], puis de Lemnos [21], où il mourut l’année suivante en juillet 1712.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Baltaji Mehmet Pasha/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Osmancık est une ville et un district de la province de Çorum dans la région de la mer Noire en Turquie.

[2] Turquie actuelle

[3] Constantinople est l’appellation ancienne et historique de l’actuelle ville d’Istanbul en Turquie (du 11 mai 330 au 28 mars 1930). Son nom originel, Byzance, n’était plus en usage à l’époque de l’Empire, mais a été repris depuis le 16ème siècle par les historiens modernes.

[4] employé du palais

[5] personne qui appelle les autres à la prière dans la tradition islamique

[6] écuyer en chef

[7] le grand amiral

[8] Le grand vizir est le titre du chef du gouvernement de l’Empire ottoman ainsi que des souverains marocains et tunisiens.

[9] Erzurum ou Erzéroum est une ville d’Anatolie orientale ou d’Arménie occidentale, aujourd’hui en Turquie, ayant appartenu à l’Arménie et à la Géorgie.

[10] Chios ou Chio île et municipalité grecque de la mer Égée, proche de la Turquie dont elle est séparée par un détroit de 8 kilomètres seulement. Chios est réputée pour être le lieu de naissance d’Homère.

[11] Alep est une ville de Syrie, chef-lieu du gouvernorat d’Alep, le gouvernorat de Syrie le plus peuplé, situé dans le Nord-Ouest du pays. Pendant des siècles, Alep a été la ville la plus grande de la région syrienne et la troisième plus grande ville de l’Empire ottoman

[12] La guerre russo-turque de 1710-1711 est un conflit entre la Russie de Pierre le Grand et l’Empire ottoman, survenu suite à la défaite suédoise de Poltava le 8 juillet 1709 et à la fuite dans l’Empire ottoman du roi de Suède Charles XII, qui réussit à persuader le sultan Ahmet III d’entrer en guerre contre la Russie le 20 novembre 1710. Cette guerre, qui a lieu dans le cadre de la Grande guerre du Nord (1700-1721), opposant principalement la Suède et la Russie, est la quatrième guerre russo-turque. La précédente avait eu lieu dans le cadre de la Grande guerre turque (1683-1699) et s’était achevée avec le traité de Constantinople, du 13 juillet 1700.

[13] La bataille de Poltava (ou Pultawa) oppose le 8 juillet 1709 (28 juin selon le calendrier julien), dans le cadre de la Grande guerre du Nord, l’armée de Pierre 1er de Russie et celle de Charles XII de Suède, soutenue par quelques cosaques de l’hetman Ivan Mazepa. L’armée russe remporte une victoire décisive qui fait perdre à la Suède son rang de grande puissance militaire.

[14] commandant

[15] formant maintenant la ligne de frontière entre la Roumanie et la Moldavie

[16] Le traité de Fălciu, aussi connu dans les sources comme traité du Pruth fut signé le 23 juillet 1711 entre la Russie et l’Empire ottoman, mettant fin à la quatrième guerre russo-turque. Il prévoit la restitution par la Russie aux Ottomans d’Azov et des territoires de Crimée. Il porte le nom du chef-lieu du comté moldave où il fut signé, près de la rivière Prut. Il a été renouvelé le 24 juin 1713 à Andrinople par le traité d’Andrinople. En souvenir de ce traité, un cuirassé russe est baptisé Vronenossetz Prut. L’équipage, composé en partie de Moldaves, se mutine en 1905, en même temps que celui du Potemkine et pour les mêmes raisons, avant de demander et obtenir l’asile à Constanza en Roumanie.

[17] Azov, est une ville de l’oblast de Rostov, en Russie, et le centre administratif du raïon d’Azov. Elle est prise par Tamerlan en 1392, par les Turcs en 1471, qui la rattachent au pachalik de Kefe (Caffa). Attaquée plusieurs fois par les cosaques, en 1574, 1593, 1620, 1626 et 1637, elle est conquise en 1696 par Pierre le Grand pendant les campagnes d’Azov, ce qui donne l’occasion au tsar de créer la première marine impériale russe. Elle est rendue aux Turcs en 1711 par le traité du Prout, puis démantelée à la paix de Belgrade en 1739. Elle est cédée à la Russie en 1774 et fait partie du gouvernement de Iekaterinoslav.

[18] Le traité de Karlowitz (ou traité de Karlovci) fut signé en 1699 à Sremski Karlovci, ville aujourd’hui en Serbie, concluant la grande guerre turque dans laquelle l’Empire ottoman, qui menaçait depuis plus de 150 ans le Saint Empire et la Pologne, fut défait par le Saint Empire à la bataille de Zenta.

[19] Le khanat de Crimée est un ancien État gouverné par les Tatars de Crimée de 1441 à 1783. Son nom originel était Qırım Yurtu. Parmi les khanats turcs issus de l’éclatement de la Horde d’or, le khanat de Crimée est celui qui a duré le plus longtemps. Le khanat s’étendait sur environ 150 000 km² comprenant la Crimée (exceptée la côte sud et les ports contrôlés par les Grecs et les Génois, puis par les Turcs) et une vaste portion, plus ou moins étendue selon les époques, de la steppe pontique héritée des Coumans, au nord et autour de la mer Méotide et des embouchures du Dniestr, du Boug méridional, du Dniepr, du Don et du Kouban.

[20] Lesbos est une île grecque de la périphérie d’Egée Septentrionale, souvent aussi appelée du nom de sa capitale Mytilène. L’île présente plusieurs centres d’intérêt, notamment culturel (vestiges antiques), géologique, gastronomique et religieux. Lesbos est aussi connue dans le monde antique pour la qualité de ses vins et de son bois de construction pour les navires et pour son marbre bleu clair.

[21] Lemnos ou Límnos est une île grecque du nord-est de la mer Égée, située entre la péninsule du mont Athos à l’ouest, les îles de Thasos et Samothrace au nord, la Turquie (et l’île turque de Gökçeada/Ténédos) à l’est, Lesbos au sud-est, Agios Efstrátios et les Sporades au sud-ouest.