Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Césaire de Nazianze

dimanche 20 octobre 2019

Césaire de Nazianze (vers 330-368)

Fils de Grégoire l’Ancien, évêque de Nazianze [1], et le frère de saint Grégoire de Nazianze.

Ayant fait de brillantes études, sans doute à Césarée de Cappadoce [2], puis à Alexandrie [3], il se spécialisa en médecine. Venu à Constantinople [4] vers 355, il y devint médecin de l’empereur Constance II, et ensuite de Julien, malgré la désapprobation de sa famille.

Cependant, attaché à la religion chrétienne, il quitta la cour avant la mort de Julien. Revenu à Constantinople au début du règne de Valens, il devint questeur [5] de Bithynie [6]. Ayant survécu à un violent tremblement de terre à Nicée [7] le 11 octobre 368, il reçut une lettre de son frère l’adjurant d’abandonner la vie mondaine et de se tourner vers la religion.

Mais il succomba à une épidémie consécutive au séisme, après avoir reçu le baptême, qu’il avait différé jusqu’à la veille de sa mort comme il était courant à l’époque.

Il fut inhumé à Nazianze, et l’oraison funèbre composée par son frère Grégoire, le présentant comme un chrétien modèle, a conduit à sa canonisation.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Pierre Duprey, « Quand furent composés les Dialogues attribués à Césaire de Nazianze ? », Proche-Orient chrétien, 1955

Notes

[1] Nazianze, Naziance ou Nazianzus est une ancienne ville de Cappadoce, patrie de Grégoire de Nazianze. Elle est un ancien évêché. Le site de Nazianze est identifié comme le village de Bekarlar appelé aussi Bekar et Nenezi situé au pied du volcan Nenezi Daği (environ 1 700 m).

[2] Kayseri est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom, située dans la région de Cappadoce au pied du mont Erciyes. La ville se situe à 320 km de la capitale Ankara et 770 km d’Istanbul. Elle est anciennement connue sous le nom de Césarée de Cappadoce ou Mazaca.

[3] Alexandrie est une ville en Égypte. Elle fut fondée par Alexandre le Grand en -331 av. jc. Dans l’Antiquité, elle a été la capitale du pays, un grand centre de commerce (port d’Égypte) et un des plus grands foyers culturels hellénistiques de la mer Méditerranée centré sur la fameuse bibliothèque, qui fonda sa notoriété. La ville d’Alexandrie est située à l’ouest du delta du Nil, entre le lac Maréotis et l’île de Pharos. Cette dernière était rattachée à la création de la ville par l’Heptastade, sorte de digue servant aussi d’aqueduc, qui a permis non seulement l’extension de la ville mais aussi la création de deux ports maritimes.

[4] Constantinople est l’appellation ancienne et historique de l’actuelle ville d’Istanbul en Turquie (du 11 mai 330 au 28 mars 1930). Son nom originel, Byzance, n’était plus en usage à l’époque de l’Empire, mais a été repris depuis le 16ème siècle par les historiens modernes.

[5] Dans la Rome antique, les questeurs sont des magistrats romains annuels comptables des finances, responsables du règlement des dépenses et de l’encaissement des recettes publiques. Ils sont les gardiens du Trésor public, chargés des finances de l’armée et des provinces, en relation avec les consuls, les promagistrats et les publicains. Maintenue sous le Haut Empire avec son rôle comptable, cette fonction se réduit sous le Bas-Empire à une magistrature honorifique et coûteuse exercée uniquement à Rome.

[6] La Bithynie est un ancien royaume au nord-ouest de l’Asie Mineure, actuellement situé en Turquie. Située au bord du Pont-Euxin, elle était limitée par la Paphlagonie à l’est, la Galatie et la Phrygie au sud, la Propontide et la Mysie à l’ouest. Les Bithyniens sont, selon Hérodote et Xénophon, d’origine thrace. Ils forment d’abord un État indépendant avant d’être annexés par Crésus, qui ajoute leur territoire à la Lydie. Ils passent ensuite sous domination perse, où la Bithynie est incluse dans la satrapie de Phrygie. Mais dès avant Alexandre le Grand, la Bithynie retrouve son indépendance. Nicomède 1er est le premier à se proclamer roi. Durant son long règne de 278 à 243av jc, le royaume connaît la prospérité et jouit d’une position respectée parmi les petits royaumes d’Asie Mineure. Cependant, le dernier roi, Nicomède IV, échoue à contenir le roi Mithridate VI du Pont. Restauré sur le trône par l’Empire romain, il lègue par testament son royaume à Rome en 74 av jc. La Bithynie devient alors province romaine. Sous Auguste elle devient province sénatoriale en 27av jc puis province impériale en 135.

[7] Nicée est une cité fondée vers 300 av. jc, tour à tour hellénistique, byzantine et ottomane du Nord-Ouest de l’Anatolie. Elle est surtout connue comme ayant été le siège des premier et deuxième conciles de Nicée, respectivement, en 325 et 787 (les premier et septième conciles des débuts de l’Église chrétienne), le lieu où fut rédigé le symbole de Nicée (datant du premier concile) et la capitale de l’empire de Nicée après la conquête de Constantinople par les croisés en 1204 jusqu’à ce que cette dernière soit reprise par les Byzantins en 1261. La ville ancienne est située dans le périmètre de la nouvelle ville turque d’Iznik (dont le nom dérive de Nicée) à l’extrémité est du lac Ascanion (aujourd’hui lac d’İznik), entouré de collines au nord et au sud. La muraille ouest de la ville longe le lac, interdisant ainsi tout siège maritime mais permettant un approvisionnement de la ville.