Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Harald III Sigurdsson dit Harald III de Norvège

Harald III Sigurdsson dit Harald III de Norvège

mardi 11 juillet 2017

Harald III Sigurdsson dit Harald III de Norvège (vers 1015-1066)

Roi de Norvège de 1046 à 1066

Fils de Sigurd Syr, sous-roi du Ringerike [1], et d’ Asta Gudbrandsdottir , laquelle avait eu Olaf le gros d’un premier mariage avec Harald Grenske, roi du Vestfold [2].

Harald est donc le demi-frère de Olaf le Saint qui est chassé de Norvège par ses sujets en 1028, avec l’appui du roi du Danemark, Knut 1er le Grand. Ceux-ci avaient en effet refusé la campagne d’évangélisation forcée menée par leur monarque.

Olaf revient en 1030 en Norvège à la tête d’une armée de va-nu-pieds, bien déterminé à défaire les païens. À cette époque, Harald a 15 ans et combat aux côtés de son frère.

Les païens réussissent cependant à les défaire à la bataille de Stiklestad [3] où Olaf est tué tandis que Harald est grièvement blessé et contraint à l’exil.

Harald part alors pour la Russie où il s’enrôle dans l’armée du roi Iaroslav de Kiev. Il épousera d’ailleurs plus tard une fille de ce dernier. C’est pour lui l’occasion d’accomplir ses premiers faits d’armes et de gagner du prestige en tant que guerrier.

Il fait ensuite partie de la garde varègue [4] de l’impératrice Zoé Porphyrogénète à Constantinople. Pendant une dizaine d’années, il combat pour l’empire sur divers théâtres de bataille.

En 1042 ou 1044, Harald repart pour Kiev où en 1045 il épouse Elizabeth de Kiev , la fille du roi Iaroslav.

1046 est l’année du retour au pays pour y réclamer le trône de Norvège ou celui de Danemark. Après une alliance temporaire avec Sven II de Danemark contre son neveu Magnus, Harald rompt celle-ci contre la promesse de Magnus de le laisser régner sur la moitié du royaume. De fait, ils règnent ensemble sur la Norvège jusqu’à ce que Magnus meure en 1047, ce qui fait de Harald le roi de Norvège en titre.

Il se consacre alors à soumettre les principaux chefs locaux, qui détiennent la réalité du pouvoir. Il se débarrasse alors de Einar Tambarskjelve ce qui entraine la révolte de Kalv Arnesson dont la mort en 1051 provoque la colère et la défection de son frère Finn Arnesson , un fidèle du roi Olaf II.

Durant cette même période, il continue à tenter de s’emparer du Danemark. Toutefois, malgré les razzias incessantes qu’il opère, le pays résiste tant bien que mal malgré le succès d’Harald III à la bataille de la Nisan en 1062 contre Sven et Finn Arnesson , ce qui le conduit à faire la paix avec Sven II en 1064.

La mort d’Edouard le Confesseur, roi d’Angleterre et l’élection à la tête du pays de Harold Godwinson tourne les ambitions guerrières de Harald vers un nouveau théâtre. Il s’allie avec Guillaume de Normandie et le frère cadet d’Harold, Tostig , pour déposer Harold du trône. Si Guillaume briguait la couronne, Harald ne la désirait pas moins, peut-être à la suggestion de Tostig.

En effet, en 1038 ou 1039, une promesse avait été échangée entre Magnus 1er de Norvège et le roi d’Angleterre Knud II le Hardi. Ces derniers s’étaient mis d’accord : si l’un d’entre eux mourait sans héritier direct, l’autre hériterait du royaume. Knud mourut sans héritier avant Magnus, ce qui servit de prétexte à Harald pour réclamer la couronne d’Angleterre et envahir le pays par le Nord. Toutefois cette promesse n’avait que peu de valeur, les rois d’Angleterre étant élus. Par ailleurs Sven II de Danemark, en tant que descendant de Knut et successeur de Magnus, avait au moins autant de raisons de se prévaloir de cette promesse.

Après avoir fait nommer son fils Magnus II roi de Norvège, Harald fait donc voile vers l’Angleterre avec peut-être 300 navires et 9000 hommes : c’est la dernière grande expédition viking. Il touche terre dans les Shetland [5], puis les Orcades [6], où il laisse sa femme et ses filles. Il longe ensuite les côtes d’Écosse, ravage en passant le district de Cleveland [7], met le feu à Scarborough [8], remonte la Humber [9] puis son affluent l’Ouse [10] et débarque à Ricall [11], à une quinzaine de kilomètres au sud de York [12], aux environs du mois de septembre 1066.

Il défait les forces northumbriennes à Fulford [13], à 3 km au sud de York, le 20 septembre. Le 24, les habitants de York et toute la population du district se soumettent. Toutefois Harald n’occupe pas la ville et attend au pont de StamfordLa bataille de Stamford Bridge se déroule le 25 septembre 1066 près du village de Stamford Bridge, dans le Yorkshire. Elle oppose l’armée anglaise menée par Harold Godwinson aux forces du roi de Norvège Harald Hardråde, qui cherche à s’emparer du trône d’Angleterre avec l’aide de Tostig, le frère exilé de Harold. Ce dernier sort vainqueur de l’affrontement, durant lequel Harald et Tostig trouvent la mort. Cette bataille contribue indirectement à la conquête normande de l’Angleterre. En apprenant le débarquement de Guillaume de Normandie dans le Sussex, Harold doit ramener ses troupes diminuées vers le sud à marche forcée. Il est à son tour vaincu et tué le 14 octobre à Hastings. qu’on lui amène des otages.

Prévenu le jour même où Harald débarque à Ricall, Harold monte à marches forcées sur York en levant des troupes au passage. Le 25 vers midi il surprend Harald au pont de Stamford avec environ 6000 hommes dont 3000 housecarls [14].

Harald est tué à la bataille de Stamford Bridge, en combattant contre Harold Godwinson, quelques jours avant la défaite de ce dernier à Hastings [15].

Le corps de Harald est ramené en Norvège un an plus tard, et enterré à Nidaros [16], sa capitale.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Régis Boyer, Les Vikings, Histoire, mythes, dictionnaire, éditions Robert Laffont, 2008.

Notes

[1] Ringerike est une Commune de Norvège (La commune est une subdivision territoriale de Norvège. Il s’agit de la plus petite entité de gouvernement local.). Elle est située dans le comté de Buskerud. Avant qu’elle ne soit unifiée en 872, la Norvège était subdivisée en multitude de petits royaumes. Parmi ces royaumes, celui de Ringerike peut être considéré comme le berceau de la Norvège puisque c’est dans ce royaume qu’est né Harald Hårfagre qui unifiera le pays

[2] Le Vestfold se trouve à l’ouest du Fjord d’Oslo. Il comprend plusieurs villes norvégiennes petites mais célèbres, telles que Larvik, Sandefjord, Tønsberg et Horten. Le comté est traversé par le fleuve Numedalslågen, et le littoral est émaillé de nombreuses îles. La famille de Harald 1er était originaire de cette région. Jusqu’à l’avènement de ce dernier, le Vestfold constituait un petit royaume indépendant. À partir du 10ème siècle, les rois locaux purent s’imposer comme la première dynastie entamant l’unification de la Norvège. La ville de Kaupang, dont la fondation remonte à l’ère viking, est considérée comme la ville la plus ancienne du pays.

[3] La bataille de Stiklestad, l’une des batailles les plus célèbres de l’histoire de Norvège, prit place le 29 juillet 1030. Elle est l’une des étapes du processus de christianisation de la Norvège puisqu’elle opposa le sud chrétien, mené par Olaf II de Norvège au nord païen. Olaf y trouva la mort, ce qui lui valut plus tard de devenir un saint.

[4] La garde varangienne ou garde varègue formait un corps d’élite de l’armée byzantine. Les Varègues apparurent dans le monde byzantin en 839 quand l’empereur Théophile négocia avec eux pour obtenir quelques mercenaires pour son armée. Bien que les Rus’ eussent le plus souvent des relations pacifiques avec les Byzantins, les raids varègues depuis le nord n’étaient pas rares. Ces attaques eurent lieu en 860, 907, 911, 941, 945, 971 et finalement en 1043. Ces raids n’eurent d’autre succès qu’une renégociation des traités de commerce ; militairement, les Varègues étaient toujours vaincus par l’armée de Constantinople, qui utilisait le feu grégeois. La classe gouvernante des deux villes-États puissantes de Novgorod et Kiev finit par devenir varègue, et les Byzantins purent bientôt acheter les services d’une force mercenaire officielle, qui devint la garde varègue. Ceci advint en 988, quand le prince de Kiev, Vladimir 1er se convertit à l’orthodoxie. En échange de la main de la sœur de Basile II, Anne, Vladimir donna 6 000 Varègues comme garde personnelle. Cette unité, s’ajoutant à la liste des tagmata, fut l’un des éléments les plus efficaces et loyaux de l’armée byzantine, comme le rapporte la chronique d’Anne Comnène pendant le règne de son père Alexis 1er.

[5] Les Shetland, sont des îles britanniques situées en Écosse. Elles forment un archipel subarctique, au nord des Orcades, au sud-est des îles Féroé et à l’ouest de la Norvège. L’archipel constitue une limite conventionnelle et naturelle entre l’océan Atlantique à l’ouest et la mer du Nord à l’est.

[6] Les Orcades, sont un archipel situé au nord de l’Écosse à 16 km de la côte de Caithness. Cet archipel compte 67 îles légèrement vallonnées, dont 16 seulement sont habitées.

[7] Cleveland est une ancienne zone géographique dans le Nord-est de l’Angleterre. Son nom, « cliff-land », se réfère aux collines de sa partie méridionale, qui atteignent 450 m d’altitude. Historiquement intégrée dans le North Riding of Yorkshire, Cleveland se situe au sud de la Tees, et sa plus grosse agglomération a été Guisborough, jusqu’à ce que Middlesbrough ne la dépasse au cours du 19ème siècle.

[8] Scarborough est une ville sur la mer du Nord dans le comté du Yorkshire du Nord en Angleterre, Royaume-Uni.

[9] Le Humber est un des principaux estuaires d’Angleterre. Placé au premier plan d’un point de vue géographique, il fut également le théâtre d’une histoire riche, qui remonte aux temps des Anglo-Saxons puis connut l’âge d’or du Yorkshire. À l’époque des Anglo-Saxons, le Humber formait une frontière importante, séparant la Northumbria des royaumes méridionaux. En effet le nom Northumbria signifie littéralement "au nord du Humber". Il constitue toujours traditionnellement la limite entre l’Angleterre du Nord et celle du Sud.

[10] L’Ouse est un cours d’eau du Yorkshire du Nord, en Angleterre. Elle traverse York et Selby et rejoint la Trent à Faxfleet pour former le grand estuaire Humber.

[11] Riccall est un village et une paroisse civile située dans le district de Selby du Nord du Yorkshire, en Angleterre à 3,5 km au Nord de Selby et à 9 km au Sud de York. C’est historiquement une partie de l’"East Riding" du Yorkshire. Riccall fut le camp de base de Harald III de Norvège, dit Harald en 1066. Il s’installa sur les berges de la rivière Ouse du Yorkshire après son débarquement dans l’estuaire de la "Humber" et installa son camp à Riccall avant la victoire à la bataille de Fulford. Toutefois, ceci fut sa dernière victoire, car son armée fut défaite peu après par les forces du roi Harold Godwinson d’Angleterre à la Bataille de Stamford Bridge, au cours de laquelle "Hardråda" lui-même trouva la mort. Cette bataille détourna Harold de la défense de la côte sud et laissa la porte ouverte à l’invasion normande.

[12] York est une ville du nord de l’Angleterre. Située à la confluence de deux rivières, l’Ouse et la Foss, elle donne son nom au comté du Yorkshire. Fondée par les Romains sous le nom d’Eboracum, elle est l’une des villes majeures du royaume anglo-saxon de Northumbrie, puis la capitale du royaume viking de Jórvík. Elle est également le siège d’un archevêché de l’Église d’Angleterre. Après l’arrivée des Anglo-Saxons, York devint l’une des principales villes du royaume de Northumbrie sous le nom vieil anglais Eoforwic. Le roi Edwin y fut baptisé en 627. Elle devint le siège d’un évêché, puis d’un archevêché en 735. Tombée aux mains de la Grande Armée en 866, elle fut la capitale d’un royaume viking de 876 à 954 sous le nom de Jórvík, date de sa conquête définitive par le royaume d’Angleterre. Le 20 septembre 1066, Harald Hardrada s’empara de la ville, mais fut tué cinq jours plus tard par le roi Harold Godwinson à la bataille de Stamford Bridge, vainqueur qui devait périr à son tour à la bataille de Hastings peu de temps après. En 1190, Richard de Malbis et d’autres nobles d’York qui envisageaient de se joindre à Richard dans la troisième croisade profitèrent d’un incendie qui avait éclaté en ville pour faire courir une rumeur contre les Juifs. Les maisons de Benoît et Joce furent attaquées et ce dernier obtint la permission du gardien du château d’York d’y évacuer sa famille et l’ensemble des Juifs, probablement dans la tour de Clifford. Assaillis par la foule, les Juifs prirent peur et ne laissèrent pas rentrer le gardien qui avait quitté la tour. Il en appela au shérif, qui fit venir la milice du Comté. La tour de Clifford fut assiégée plusieurs jours. Un moine fit la cérémonie de sacrement chaque matin autour des murs comme pour sacraliser la lutte. Il fut écrasé d’une pierre jetée par les Juifs assiégés ; la colère de la foule devint alors une folie forcenée. Quand les Juifs de la tour de Clifford virent qu’ils n’avaient aucune alternative autre que de se soumettre au baptême ou périr aux mains de la foule, Yom-Tob ben Isaac de Joigny, tossafiste français et nouveau chef de la communauté, les exhorta à se tuer eux-mêmes plutôt que de succomber à la cruauté de leurs ennemis. Ceux qui étaient en désaccord furent autorisés à se retirer. Les autres se donnèrent la mort, après avoir mis le feu à leurs vêtements et marchandises pour éviter que ceux-ci ne tombent dans les mains de la foule.

[13] La bataille de Fulford se déroule le 20 septembre 1066 près du village de Fulford, dans le Yorkshire. Elle oppose le roi norvégien Harald Hardrada aux comtes anglais Edwin de Mercie et Morcar de Northumbrie et se solde par une victoire du premier.

[14] Les housecarls sont une garde personnelle des seigneurs et rois vikings, ainsi que des rois anglo-saxons.

[15] La bataille d’Hastings s’est déroulée le 14 octobre 1066 à une dizaine de kilomètres au nord de la ville d’Hastings, dans le Sussex de l’Est. Elle oppose le dernier roi anglo-saxon d’Angleterre, Harold Godwinson, au duc Guillaume de Normandie, et se solde par une victoire décisive de ce dernier.

[16] Trondheim autrefois Nidaros, est une ville norvégienne située dans le comté du Sør-Trøndelag, dont elle constitue le centre administratif. La ville est fondée par le roi viking Olaf Tryggvason en 997 et baptisée du nom Nidaros. Le site est choisi en raison de ses conditions favorables, tant pour l’installation d’un port que pour la défense du site. Renommée Trondheim à la fin du Moyen Âge, la ville est le siège de l’archevêché de Nidaros depuis 1152.