Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Korioun dit Skantchéli ou L’Admirable

Korioun dit Skantchéli ou L’Admirable

dimanche 18 juin 2017, par ljallamion

Korioun dit Skantchéli ou L’Admirable (vers 380-vers 450)

Religieux et historien arménien

Mesrop Machtots et son disciple Korioun (à genou), devant le Matenadaran (Institut Machtots de recherches sur les manuscrits anciens), Erevan (par Ghoukas Tchoubarian).Il est l’un des saints traducteurs et donc disciple de Mesrop Machtots, dont il a rédigé une biographie.

Il mène ses études au séminaire de Vagharchapat [1] puis en Syrie, à Alexandrie et à Constantinople, avant de revenir au pays en 431.

Il devient ultérieurement évêque de Géorgie. Il meurt vers 450.

Il a rédigé vers 443 “une Vie de Machtots”, une biographie de son maître, à la demande du catholicos [2] Hovsep 1er .

À la fois premier ouvrage biographique et première œuvre originale en arménien, cette biographie aux raccourcis énigmatiques attribue notamment à Machtots la création, outre de l’alphabet arménien [3], des alphabets aghbanien [4] et géorgien [5].

Une traduction en arménien des Livres des Macchabées [6] lui est attribuée.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Korioun/ Portail de l’Arménie/ Historien arménien

Notes

[1] Etchmiadzin ou Vagharchapat est une ville d’Arménie située à une vingtaine de kilomètres d’Erevan. C’est à Etchmiadzin que se trouve le siège de l’Église apostolique arménienne. Etchmiadzin, dont le nom d’origine est Vagharchapat, a été fondée entre 570 et 560 av. jc. La ville, s’appelant à cette époque Varguésavan, est rebaptisée par le roi Vagharch 1er de la dynastie arsacide, qui la nommera Vagharchapat. Il fortifie aussi la ville qui devient une ville-résidence. L’armée romaine fait une incursion dans la région en 163, et un nom grec lui est donné , Kainepolis, « nouvelle ville ». À cette époque, Vagharchapat devient la capitale de l’Arménie au détriment d’Artachat, qui perd ce statut. Vagharchapat obtient une place importante grâce à l’installation du siège de l’Église apostolique arménienne fondée par Grégoire 1er l’Illuminateur, consacrée par la construction de la cathédrale Sourp Etchmiadzin. L’Arménie et Vagharchapat perdent leur indépendance en 428 ; le pays est sous domination perse. Après cette période, Vartan Mamikonian restaure la cathédrale en 484. Puis on assiste à une fièvre constructrice : la bibliothèque dans laquelle sont conservés les manuscrits, le Matenadaran, est créée en 486, l’église Sourp Hripsimé est édifiée en 618, Sourp Gayané en 630 ; hors de la ville est construite la cathédrale de Zvartnots entre 641 et 652, dans un style architectural inédit en Arménie.

[2] patriarche de l’Église arménienne

[3] L’alphabet arménien compte trente-huit caractères (trente-six à l’origine, trente-huit dès le 13ème siècle). Comme l’alphabet grec duquel il serait en partie inspiré, il fait partie des écritures bicamérales (il possède des minuscules et des capitales).

[4] L’alphabet aghbanien ou alphabet albanien, est un ancien alphabet utilisé par les Aghbaniens / Albaniens, les habitants d’un territoire aujourd’hui compris dans l’Azerbaïdjan et le Daghestan, pour écrire leur langue. Selon l’historien arménien du 7ème siècle Movsès Kaghankatvatsi reprenant Korioun, cet alphabet a été créé par le moine arménien Mesrop Machtots, créateur également des alphabets arménien et géorgien

[5] L’alphabet géorgien créé par Pharnavaz 1er, premier roi de la Géorgie, est l’écriture actuellement utilisée pour écrire le géorgien et quelques autres langues du Caucase, dont le batsba, langue du groupe vainakh (improprement nommées « tchétchène », « ingouche ») qui y ajoute des signes diacritiques.

[6] Les livres de Maccabées sont des écrits juifs en langue grecque dont le thème est lié à la révolte des Maccabées qui eut lieu dans la Judée de l’époque hellénistique. Les Maccabées doivent leur nom à Judas Maccabée dont le frère Simon fonda la dynastie hasmonéenne qui régna sur la Judée de 140 à 37 av. jc. Malgré le nom qui leur est traditionnellement appliqué, ces livres sont indépendants. Leurs dates de composition et leurs styles sont différents.