Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Giuliano Bugiardini

mercredi 31 août 2016, par ljallamion

Giuliano Bugiardini (vers 1475-vers 1554)

Peintre florentin de la Renaissance artistique italienne

Martyre de sainte Catherine d'Alexandrie, huile sur panneau de Giuliano Bugiardini (Santa Maria Novella, Florence)Après s’être formé dans l’atelier de Domenico Ghirlandajo, puis dans celui de Piero di Cosimo, il s’associa avec Mariotto Albertinelli en 1503 et collabora avec lui pour terminer quelques peintures laissées inachevées par Baccio Bandinelli dit Fra Bartolomeo . .

Les influences de ses maîtres sont visibles dans la Vierge à l’Enfant et saint Jean Baptiste à la Galerie Sabauda [1] de Turin, la Madonna della Palma de 1520, le Martyre de sainte Catherine à l’église Santa Maria Novella de Florence [2], de nombreux portraits de la Vierge de la Collection Liechtenstein de Vienne [3] et du musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg [4].

Il travailla souvent pour une clientèle privée, exécutant des peintures dévotes inspirées surtout de Fra Bartolomeo. Il fut un bon portraitiste et dans les années 1508-1511, Raphaël devint son premier point de référence. Il réalisa la copie du Portrait de Léon X pour le cardinal Cybo, faisant figurer celui-ci à la place du cardinal de Rossi au Palais Barberini à Rome [5].

En 1525 il se rendit à Bologne [6], où il exécuta quelques unes de ses œuvres majeures, comme Le Mariage mystique de sainte Catherine pour la chapelle Albergati à Saint-François* (Pinacothèque nationale (Bologne)).

À Florence, dans les années 1530, il termina après une longue élaboration Le Martyre de sainte Catherine, commandé par Palla Rucellai pour Santa Maria Novella.

Admis à la célèbre Accademia dei Giardini Medicei de San Marco à Florence [7], il devient ami et disciple de Michel-Ange, dont il peignit le portrait en 1523-1525 pour Ottaviano de Médicis.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Elena Capretti, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires,‎ 2000

Notes

[1] La Galerie Sabauda, Galleria Sabauda, de Turin, il a été accueilli dans les locaux du palais de l’Académie des Sciences (Palazzo dell’Accademia delle Scienze). Elle est instituée par le roi Charles-Albert de Sardaigne, le 2 octobre 1832 et nommée Galerie royale (Reale Galleria) dans les salles du palais Madame de Turin.

[2] L’église Santa Maria Novella, la première basilique de Florence, est située sur la Piazza Santa Maria Novella. Construite à partir de 1246 par les frères Sisto et Ristoro, dominicains, l’église Santa Maria Novella remplace l’oratoire Santa Maria delle Vigne, édifié sur le même emplacement dès le 9ème siècle

[3] Le musée Liechtenstein est un musée situé à Vienne en Autriche : il abrite les collections des princes de Liechtenstein. Le musée rassemble des œuvres allant de la Renaissance à la période Biedermeier, et d’artistes célèbres tels que Baronzio, Mantegna, Palmezzano, Raphaël ou encore Rubens ou Antoine van Dyck.

[4] Le musée de l’Ermitage, est un musée situé à Saint-Pétersbourg, au bord de la Neva. C’est le plus grand musée du monde en termes d’objets exposés (plus de 60 000 pièces dans près de 1 000 salles tandis que près de trois millions d’objets sont conservés dans les réserves).

[5] Le palais Barberini est un palais de Rome, situé sur la place homonyme œuvre de Carlo Maderno qui en commence la construction en 1627, assisté de son neveu Francesco Borromini qui reprend le chantier à la mort de son oncle en 1629 et qui collabore tout d’abord avec Le Bernin lequel en termine la construction, seul, en 1633. Le Palais Barberini est dû à la commande du pape Urbain VIII qui avait acheté le terrain aux Sforza en 1625. Entre 1633 et 1639, Pierre de Cortone exécute pour le pape Urbain VIII sa fresque la plus célèbre, la Gloire des Barberini qui orne le plafond du grand salon du palais.

[6] Bologne est une ville italienne, située dans le nord-est du pays, entre le Pô et les Apennins. C’est le chef-lieu de la région d’Émilie-Romagne (plaine du Pô) et de la province de même nom et l’une des principales villes d’Italie. Elle est considérée comme le siège de la plus ancienne université du monde occidental puisqu’elle fut fondée en 1088.

[7] La Galleria dell’Accademia est un musée de Florence abrité par l’Académie du dessin de Florence créée en 1562, transférée dans ses bâtiments en 1784, situé 58-60 rue Ricasoli, entre le Duomo et la Piazza San Marco, lors de la création de l’Académie des beaux-arts de Florence.