Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Antoine 1er de Portugal dit le Déterminé ou le Combattant

Antoine 1er de Portugal dit le Déterminé ou le Combattant

dimanche 16 novembre 2014

Antoine 1er de Portugal dit le Déterminé ou le Combattant (1531-1595)

Membre de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem-Gouverneur de Tanger

Antoine 1er de Portugal dit le Déterminé ou le Combattant Membre de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem-Gouverneur de TangerNé à Lisbonne, fils de l’Infant Louis de Portugal et petit-fils de Manuel 1er de Portugal, il fut l’un des candidats au trône du Portugal durant la crise de succession portugaise de 1580. Sa mère était Violante Gomes, surnommée a Pelicana0 [1], une femme du peuple. Selon certains historiens, c’était une nouvelle chrétienne ou une juive, ainsi qu’on avait l’habitude de la désigner, qui séduisit Louis avant de se marier avec lui en secret.

Antoine fut disciple de Barthélemy des Martyrs à Coimbra [2] et entra dans l’Ordre des Hospitaliers, dont son père était le Prieur. En 1574, il devint gouverneur de Tanger.

Il fait ses études au monastère de Costa, à Coimbra, il étudie la philosophie, à Évora [3], la théologie, avant d’être reçu comme Prieur de Crato dans l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem [4]. Il refusa pourtant d’être ordonné prêtre et mena une vie de débauche.

En 1578, il accompagna le roi Sébastien 1er lors de la campagne marocaine. Fait prisonnier à l’issue de la bataille, on raconte qu’il parvint à obtenir sa libération par la ruse.

À son retour au Portugal, le pays se trouve plongé dans une crise de succession, le jeune roi ayant disparu dans la bataille. C’est en tant que petit-fils de Manuel 1er qu’il affiche sa prétention au trône.

Plusieurs raisons motivaient l’invalidation de sa candidature au trône du Portugal, son statut de bâtard et de fils de nouveau chrétien encore que cette dernière affirmation ne soit pas prouvée, le fait que son père ait été Prieur de l’Ordre de Crato, ce qui ne lui permettait pas de se marier sans autorisation papale ou encore la vie de débauche qu’il mena dans sa jeunesse.

Quoi qu’il en soit, il est battu à la bataille d’Alcántara [5] par Ferdinand Alvare de Tolède, troisième duc d’Albe, général de Philippe II, et se voit forcé de quitter le Portugal. Il erre dans les pays étrangers, faisant de vains efforts pour relever son parti.

Il est accueilli en France par Henri III en juillet 1581. Il tente de s’emparer des Açores avec une flotte française qui est battue à la bataille des Açores [6] le 26 juillet 1582. Une seconde tentative échoue les 26-27 juillet 1583. Il loge alors en Vendée, chez Françoise de Rohan la dame de la Garnache à Beauvoir-sur-Mer [7], puis en Bretagne et en Angleterre sur les conseils de René II de Rohan . En 1589, une flotte anglaise commandée par Francis Drake et John Norreys échoue elle aussi à le restaurer.

Il finit ses jours à Paris en 1595, à 64 ans.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Antoine Ier de Portugal/ Portail du Portugal/ Roi de Portugal

Notes

[1] le pélican

[2] Coimbra ou Coïmbre est la ville universitaire la plus ancienne du Portugal. C’est une ville importante dans le pays où elle est située dans le centre en surplombant le fleuve Mondego. C’est à Coimbra que fut construite la première université portugaise, l’université de Coïmbre. Elle compte parmi les plus anciennes d’Europe avec la Sorbonne, Bologne, Oxford ou Salamanque.

[3] Évora est une ville et une municipalité du Portugal, chef-lieu du District d’Évora, dans la région de l’Alentejo et la sous région de l’Alentejo Central. Son prestige atteint son sommet au 16ème siècle, quand elle est élevée au rang de métropole ecclésiastique. L’université d’Évora, qui se développa à partir d’un collège jésuite, fut fondée à l’instigation du premier archevêque d’Évora, le cardinal Henri 1er de Portugal.

[4] L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, généralement connu, dès le 12ème siècle, sous le nom de Ordo Hospitalis Sancti Johannis Hierosolymitani, est un ordre religieux catholique hospitalier et militaire qui a existé de l’époque des Croisades jusqu’au début du 19ème siècle.

[5] La bataille d’Alcántara en 1580 est une victoire espagnole sur les Portugais.

[6] La bataille des Açores ou de bataille de Vila Franca ou de bataille de l’île Terceira (26 juillet 1582), est la première bataille navale de l’histoire, où, des galions se sont affrontés. Elle a eu lieu dans le contexte de l’invasion du Portugal par l’armée espagnole de Philippe II pour la succession du trône du Portugal. Elle vit s’affronter l’armada espagnole commandée par Alvaro de Bazan marquis de Santa Cruz à la marine française de Philippe Strozzi envoyé pour soutenir Prior de Crato, prétendant portugais au trône, et ainsi éviter que l’empire portugais ne tombe entre les mains de l’empire espagnol.

[7] Beauvoir-sur-Mer est une commune du centre-ouest de la France, située sur la côte de Lumière, dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire. Au 15ème siècle, la seigneurie de Beauvoir-sur-Mer était rattachée à la vicomté de Thouars qui appartenait à la famille d’Amboise. Beauvoir-sur-Mer fut l’un des bastions du calvinisme en Vendée. Au 16ème siècle, Françoise de Rohan, dame de la Garnache, dont les malheurs servent de décors à la Princesse de Clèves, fuit les guerres de religion et les persécutions de la Ligue à Beauvoir-sur-Mer. Elle y accueille Antoine 1er de Portugal, André de Rivaudeau et son ami le mathématicien François Viète, qui y composera une grande partie de son Isagoge.