Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Andreas Rudolf Bodenstein ou Andreas Rudolff-Bodenstein Von (...)

Andreas Rudolf Bodenstein ou Andreas Rudolff-Bodenstein Von Karlstadt

mardi 2 septembre 2014

Andreas Rudolf Bodenstein ou Andreas Rudolff-Bodenstein Von Karlstadt (1486-1541)

Réformateur allemand du 16ème siècle

Andreas Rudolf Bodenstein ou Andreas Rudolff-Bodenstein Von Karlstadt Réformateur allemand du 16ème siècleNé à Karlstadt sur le Main [1], il obtint son titre de docteur en théologie en 1510 dans la nouvelle université de Wittemberg [2]. Il avait commencé ses études à l’université d’Erfurt [3] et celle de Cologne [4].

La même année, il fut nommé archidiacre et titulaire de la chaire de théologie.

En 1511 il devint chancelier de l’université de Wittemberg, ce qui lui permit en 1512 de remettre son doctorat au jeune Martin Luther.

De 1515 à 1516 il séjourna à Rome où il passa un double diplôme de droit civil et de droit canon à l’université de La Sapienza [5].

Dans son premier livre publié en 1518 “Apologeticae conclusiones”, il étudie la conduite humaine placée entre volonté et grâce.

Il fut un des premiers à embrasser la Réforme et à se marier, mais il ne tarda pas à se séparer de Luther au sujet de l’eucharistie et de la consubstantiation.

Il fut en 1522 l’auteur d’un des premiers écrits iconoclastes de la Réforme.

Dans un de ses ouvrages, il rejette l’idée communément admise que Moïse est l’auteur du Pentateuque tout comme celle qu’Esdras en soit le véritable auteur.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Andreas Bodenstein/ Portail du protestantisme/ Théologien du XVIe siècle

Notes

[1] Karlstadt sur le Main est une ville située le long de la rivière Main dans le district de Basse Franconie et le land de Bavière en Allemagne.

[2] L’université de Wittemberg, ouverte entre 1502 et 1817, est une université allemande qui s’est notamment distinguée au moment de la réforme protestante.

[3] L’université d’Erfurt, fondée en 1392, est l’une des plus anciennes universités d’Allemagne et la troisième du pays par sa taille. Cette université a été créée par décret du pape Urbain VI en date du 4 mai 1389 et ouvrit officiellement au cours de la deuxième semaine après la Pâques de 1392. Le décret, déjà rédigé en 1379 par le pape Clément VII à la demande des bourgeois d’Erfurt n’a jamais été confirmé par acte de fondation par suite du Grand Schisme d’Occident, mais les chercheurs estiment qu’il s’agit bien là de l’année à retenir, ce qui fait d’Erfurt la plus ancienne université d’Allemagne avant Heidelberg (1385) et Cologne (1388).

[4] Cologne avait déjà été le siège d’une université fondée en 1388 et supprimée en 1798 lors de l’occupation française. Cette ancienne université de Cologne fut la quatrième université créée dans le Saint Empire romain. Cependant, elle présente une particularité : elle est établie, en 1388, par la ville de Cologne. C’est la première université en Allemagne fondée par une ville et ses citoyens. Son établissement suit ceux de l’Université Charles de Prague en 1348, l’Université de Vienne en 1365 et l’Université Ruprecht Karl de Heidelberg en 1386. L’université devient célèbre pendant le Moyen Age, mais elle se montre peu apte à se réformer dès la Renaissance.

[5] L’université de Rome « La Sapienza », est la principale université italienne. Elle est également appelée La Sapienza, et fait référence à l’église Sant’Ivo alla Sapienza qui fut édifiée en tant que chapelle de l’université. Le pape Boniface VIII fonde cette université comme un Studium pour des études ecclésiastiques qui soit davantage sous son contrôle que celles de Bologne et de Padoue. En 1431, le pape Eugène IV introduit une nouvelle taxe sur le vin, de façon à obtenir un budget pour l’université. L’argent est utilisé pour construire le Palazzo alla Sapienza, situé près de la basilique Sant’Eustachio.